Violences sexistes et sexuelles : l’ENS de Lyon en ébullition

A l’ENS de Lyon, beaucoup d’événements se passent dans le calme feutré des cercles universitaires et ne sont donc pas visibles de l’extérieur. Pourtant, depuis quelques semaines, l’ENS est en ébullition, pour dire stop au déni de la direction et du président Pinton sur les questions de santé étudiante et les violences sexuelles et sexistes.

Photo de l’ENS de Lyon, toujours vide, mais où une gronde étudiante monte sur des sujets de santé étudiante et de violences sexistes et sexuelles

C’est d’abord la publication des résultats d’une grande enquête sur les formations et la santé, menée par les élu·es étudiant·es en 2019 (disponible ici), qui a mis le feu aux poudres. Les résultats de cette enquête sont éloquents et montrent une augmentation des troubles de la santé depuis la précédente vague d’enquête, en 2015. Ils montrent aussi les forces comme les faiblesses du modèle de scolarité impulsé par l’équipe présidentielle de l’ENS. Tous ces éléments, bien qu’appuyés sur une démarche de traitement des données au sein du laboratoire de l’éducation, ont été balayés par la présidence, qui, dans un mail lapidaire, a parlé d’un rapport « à charge », rempli « d’attaques personnelles », qui aurait « choqué » de nombreux·ses enseignant·es-chercheur·euses.

Cette réponse reprenait les éléments de langage d’un courriel courroucé des directions des départements de sciences exactes et expérimentales, que nous avons pu nous procurer. Dans ce courriel, les directeurs et directrices de 6 départements faisaient part à la présidence de l’ENS de leur « désapprobation de la démarche des élu·es étudiant·es », témoignant d’une « attitude qui n’est pas celle d’un dialogue constructif » et qui risquait « de dégrader l’image de l’établissement ». La seule ouverture accordée par le président n’était ainsi que la désormais rituelle et nécessaire « instruction du dossier », qui ne manquera pas de faire parler d’elle dans les semaines suivantes.

Ces premières réactions ont suscité l’ire d’un grand nombre d’enseignant·es et de chercheur·euses, qui ont publié dès la semaine suivante une lettre ouverte au président de l’ENS, rappelant la nécessité d’un dialogue avec les étudiant·es. Certains passages sont sans détour un désaveu (de plus) pour le président Pinton : « Ce qui « choque » le président de l’ENS, ce n’est donc pas que des élèves et étudiants ou étudiantes de l’ENS souffrent, c’est que des étudiant·es fassent une enquête montrant cette souffrance, la rendent publique et donnent leur point de vue sur ses causes ». Pour ces enseignant·es (un tiers des titulaires de l’ENS, quand même !), l’enquête doit être prise en compte, car elle met des chiffres, pour beaucoup et même au-delà des signataires, sur une réalité qui est déjà connue depuis longtemps. Sans aucune prise en compte par la direction de l’Ecole…

Deuxième étape : déni des violences sexistes à l’Ecole

Deux semaines plus tard, rebelote et grande émotion lors d’un CHSCT sur les violences sexistes et sexuelles. Lors de la présentation d’une enquête du syndicat CGT sur ces agissements au sein de l’établissement, la présidence a, selon le compte-rendu syndical, demandé de « mesurer les propos » et de nouveau parlé d’« attaques personnelles », allant jusqu’à menacer de quitter la réunion. Le compte-rendu évoque une fin de CHSCT « ignoble », où la présidence aurait dressé un parallèle entre le tapage nocturne et les faits de violences sexuelles.

Au-delà de ces éclats de voix, l’émotion est grande dans la mesure où l’ENS apparaît comme en retard dans la prévention et la prise en charge des violences sexistes et sexuelles touchant ses personnels et ses étudiant·es. Les dispositions de la circulaire du 9 mars 2018 semblent peu respectées, tant en termes de formation que de mise en place d’un dispositif d’écoute, ce que déplore le syndicat CGT dans son communiqué. La réponse apportée à de multiples reprises semble être toujours cette « instruction du dossier », qui, pour les représentantes CGT, ne correspondrait à rien de concret.

Détournement d’un jeu vidéo, montrant la réaction de la Présidence de l’ENS face à la nécessité d’agir sur les VSS

Ce nouvel épisode a créé une grande émotion à l’ENS, notamment au sein de la communauté étudiante. En témoignent les nombreux détournements et memes publiés sur les réseaux sociaux dans les jours qui ont suivi la publication des comptes-rendus de la séance.

Détournement de la campagne du gouvernement sur le respect des gestes barrières, mettant en scène Jean-François Pinton et la rituelle « instruction du dossier »

Si cette réaction courroucée de la présidence a pu provoquer une vive émotion, c’est parce qu’il y a une récurrence « inquiétante », selon les termes d’un communiqué des élu·es étudiant·es, de moments où la présidence nie publiquement ou cherche à relativiser les résultats d’enquêtes révélant des problèmes liés à la santé, aux formations, à la violence ou au harcèlement au sein de l’établissement. Alors même que ces problèmes ont émergé largement dans le débat public, et qu’il serait sans doute bénéfique pour « l’image de l’école » d’en prendre la mesure pour y remédier. C’est le sens d’un appel qui a été lancé par plusieurs associations de l’ENS (appel que l’on peut retrouver ici), dont le syndicat étudiant ÉCHARDE, membre de notre collectif, à se rassembler jeudi midi pour dire stop au déni de la direction de l’ENS.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.