Nouveau déni des franchises universitaires. Communiqué de la présidence de l’Université Paris-Nanterre, 19 février 2021

Guillaume, étudiant de 20 ans, s’est suicidé la semaine dernière sur le campus de l’Université de Paris Nanterre. Il était à l’origine du mouvement #MeTooGay, Pendant l’hommage, la police a investi le campus, sans autorisation puis verbalisé les personnes rassemblées. Face à la détresse étudiante, la répression.

Le président de l’Université manifeste, dans un communiqué, ses graves inquiétudes.

Flash Info – Message de la présidence – 19 février 2021

Hier, 18 février sur le Campus de Nanterre, un rassemblement d’étudiants et étudiantes, de personnels de l’Université et du Crous ainsi que de représentants et élus de la Mairie de Nanterre devait être suivi par une marche blanche en hommage à un étudiant décédé la semaine dernière.

Ce rassemblement et cette marche étaient organisés à l’initiative de l’assemblée des résidents de la cité universitaire située sur le campus. Cet événement de recueillement a donné lieu au déploiement de forces de police au sein de l’université, sans aucune consultation, information ni demande de la présidence de l’établissement.

A l’issue de ce rassemblement, nombre de participants ont été verbalisés par les forces de police pour avoir contrevenu aux règles du couvre feu.

L’Université Paris Nanterre exprime sa plus vive inquiétude face à ce déni de la franchise universitaire. Elle demande aussi l’annulation immédiate des amendes infligées.

Dans le contexte actuel où des accusations graves sont portées contre l’université française, où la liberté académique est interrogée et où la situation des étudiants doit être notre préoccupation première, une telle intervention policière prend une dimension particulièrement inquiétante.

Philippe Gervais-Lambony

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.