Pour un environnement professionnel sécurisant et ouvert à la diversité

Le titre de ce billet reprend le sous-titre d’une charte récemment mise en place par l’Institut de recherche en informatique fondamentale (Irif) de l’Université de Paris.

Chacune et chacun d’entre nous doit pouvoir évoluer dans le meilleur environnement de travail possible, que ce soit dans les locaux du laboratoire ou en dehors (missions, colloques, comités…). En s’appuyant sur des valeurs fondatrices, telles que les principes d’égalité, de transparence et de respect mutuel, l’IRIF cherche à assurer un environnement de travail garantissant à toutes et tous l’égalité de traitement et des chances, ouvert à la diversité, sécurisant, respectueux et exempt de discrimination et de harcèlement.

— Préambule de la Charte des membres de l’Irif

Cet institut de recherche vient en effet de mettre au point une charte assez détaillée reprenant un certain nombre de recommandations et prescriptions de nature à favoriser ce « meilleur environnement de travail possible ».

Il s’appuie pour cela le rappel de certains articles de loi (article 6bis de la loi 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, articles 222-33 et 222-22-2 du code pénal concernant le harcèlement sexuel ou moral, articles 225-1 et 225-1-1 du code pénal concernant la discrimination), le réglement intérieur concernant la lutte contre le harcèlement sexiste et sexuel en vigueur à l’Université de Paris, les recommandations (8 juillet 2020) de l’Institut des sciences de l’information et de leurs interactions (INS2I) du CNRS, le code de déontologie scientifique du CNRS, ainsi que sur des chartes extérieures, telle la charte d’Engagement LGBT+ de L’Autre Cercle.

Les trois premières pages du document sont organisées suivant trois grands thèmes :

  • Égalité de traitement et de chances, ouverture à la diversité;
  • Dignité personnelle, respect du travail et des personnes;
  • Protection contre les agissements sexistes et le harcèlement sexuel,

et sont complétées par une vingtaine de situations concrètes accompagnées de recommandations, voire de prescriptions, plutôt précises.

Elles indiquent aussi, à l’attention des victimes, un certain nombre d’interlocuteurs, proches ou non, susceptible de les écouter et de les aider.

Enfin, ce document insiste sur la responsabilité de la direction du laboratoire « qui est là pour porter aide et secours à toute personne de l’Irif, membre ou visiteur. »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.