Propositions concrètes relativement au manque de postes dans la recherche

  • par Irène Pereira, PRCE en philosophie, HDR en sociologie*, Qualifiée MCF : en 19 (2010), en 04, 17 et 19 (2014), en 70 et 17 (en 2020); qualifiée PU : en 19 (2016)

1.  En soutien au mouvement de précaires dans l’ESR, j’ai décidé de demander systématiquement à faire mentionner lors de mes interventions orales et/ou textes académiques, le point suivant :

« Les recherches présentées lors de cette intervention ou ce texte sont réalisées sur son temps personnel par une personne sans poste d’enseignant-chercheur statutaire. Ce message vise à visibiliser le manque de postes dans la recherche. »

J’ai apposé la même mention sur un carnet Hypothèses que j’anime.

J’invite toutes les autres personnes qui sont dans la même situation à faire la même chose afin de visibiliser le travail gratuit sur lequel repose la recherche en France.

Par ailleurs,

2. je suis favorable à ce que les associations professionnelles de chercheurs et chercheuses adoptent un code de bonne conduite concernant les pratiques dans la recherche concernant la relation avec les personnes non-titulaires.

On ne peut pas affirmer qu’il n’y a pas assez de postes dans la recherche et continuer à entretenir le travail gratuit. Il y a là une contradiction.

Proposition de Vade mecum de bonnes pratiques
contre le travail gratuit non rémunéré des chercheurs sans postes:

  • ne pas inviter une personne sans poste à un colloque ou un séminaire sans s’assurer de lui garantir l’argent pour l’inscription, le transport et l’hébergement. (Ne pas lui annoncer après l’avoir invité qu’en fait c’est lui qui doit tout payer de sa poche)
  • ou quand on organise un colloque faire en sorte que les précaires et/ou étudiant-e-s, ou les personnes sans postes de chercheurs/ses, qui participent à l’organisation du colloque soient rémunérés (car dans les lignes des budgets pour les colloques la main d’œuvre n’est pas incluse)
  • ou encore lorsqu’on sollicite un précaire ou une personne sans poste de chercheur/se pour l’organisation d’un dossier de revue ou un livre collectif ou tout autre tache de ce genre (animation site internet) que ce soit payé
  • ou encore que lorsqu’on sollicite un-e précaire ou personne sans poste de chercheur /se pour des tâches de recherche, que ces dernières soient rémunérées.

De manière générale, il est donc de la responsabilité morale des titulaires lorsqu’ils sollicitent des personnes sans postes de chercheurs/ses de trouver les financements qui correspondent à l’activité demandée.

Pour finir voici le point 5 de la revendication des collectifs de précaires:

  • Fin du travail gratuit et rémunération de toutes les activités invisibles effectuées par les non-titulaires : surveillances d’examens et correction de copies, heures supplémentaires non payées, vacations et activités de recherche non rémunérées, recours abusif aux stages, etc.

#ResistESR


2 réflexions sur « Propositions concrètes relativement au manque de postes dans la recherche »

  1. Merci beaucoup de votre initiative. J’ai soutenu ma thèse en 2012 et travaille la plupart des semaines 7/7, au RSA, avec deux enfants. Ce type d’initiative est un soutien moral vital.

  2. Très bonne initiative. Merci pour les nombreux chercheurs précaires que je connais et qui galèrent des années durant après leur doctorat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.