Petite contribution à une réflexion sur l’avenir de l’ESR

Il y a quelques jours a été publié sur Twitter un thread affirmant que le problème de la précarité étudiante pourrait être résolu si seulement on admettait que la place de la plupart des étudiant·es précaires n’est pas sur les bancs de l’université publique. Il s’agit du thread disponible juste ici pour les intéressé·es.

Face à cela, l’une de nos contributrices se propose de partager ici une version un peu remaniée de son avis original publié sur Twitter juste . Il s’agit de quelques réflexion sur la place de l’université aujourd’hui, son rôle dans les politiques d’emploi, d’intégration, de citoyenneté. En bref, une petite contribution à ce que pourrait être l’université, aux objectifs qu’elle pourrait se donner et à la signification politique de tout cela.

Cette tentative de contribution à la réflexion collective repose sur deux présupposés :

  1. L’autrice soutient ardemment l’idée d’une démocratisation des études supérieures, sans considérer que cette démocratisation doit nécessairement se faire par l’université comme espace.
  2. Elle considère que le problème réside bien plus dans l’allocation des moyens que dans les prétendues compétences de chacun(e) ou dans une notion de mérite.

Image par Michal Jarmoluk via Pixabay

En effet, cette question de la précarité étudiante et des débouchés post-diplômes turlupine la rédactrice de ce billet et cela d’autant plus qu’il ne lui semble pas, qu’en l’état, l’Université a les moyens de garantir la réussite de l’ensemble des étudiant·es qu’elle accueille.

Cela signifie que dans le supérieur, comme dans les autres espaces scolaires, les origines sociales et les moyens familiaux déterminent grandement la réussite des études de son choix1. Par ailleurs, le fait de devoir ou non occuper un emploi salarié à côté de ses études joue un rôle déterminant.

À cela se superpose un second problème : les filières professionnelles sont reléguées et construites de manière à produire de la main d’œuvre sans laisser une véritable place aux humanités. Elles sont perçues et envisagées en termes politiques comme des filières poubelles, dont les débouchés dans le supérieur sont — relativement — nuls. Les passerelles entre monde professionnel et enseignement supérieur sont peu nombreuses, sélectives, trustées par celles et ceux qui, disposant de capitaux scolaires plus importants ne réussissent pas en rentrer dans les filières plus sélectives de leur choix (écoles de commerce, écoles d’ingénieur, classes préparatoires, …). Les débouchés dans le supérieur des filières professionnelles et/ou technologiques sont donc envisagés par certains comme des tremplins en vue de leur propre réussite universitaire.

Il me semble qu’émerge là un problème d’offre et de perception de celle-ci.
D’un côté, nous avons des filières qualifiantes mais dévalorisées dans l’opinion publique et, disons-le, méprisante de l’importance des humanités dans la construction de soi — comme en témoigne la dernière réforme du baccalauréat professionnel..
De l’autre,
des débouchés trop peu nombreux pour poursuivre ces études professionnalisantes avec des formations professionnelles supérieures qui ne sont pas accessibles aux élèves moyens, en difficulté… La réforme ParcourSup jette une lumière plus crûe encore sur ce problème.

Or, tout cela a lieu dans un marché de l’emploi saturé, où la confiance aux jeunes est faible et où le cumul de certaines caractéristiques — prénom, couleur de peau, lieu d’habitation, … — va amener au cumul des discriminations et donc au cumul des difficultés à l’entrée sur le marché de l’emploi.

De ce fait, dans le système supérieur injuste que nous avons construit, faute de débouchés professionnelles et de filières professionnalisantes accessibles aux élèves moyens, la fac reste une voie royale. Égalité des diplômes, bourses contre assiduité, …

Sur ces quelques constats — et grâce à la contribution précieuse de @socio_reflexe — les statistiques sont sans appel : le fait de posséder un titre universitaire est d’une très grande rentabilité sur le marché de l’emploi. Voici donc quelques éléments empiriques et statistiques pour nourrir cette réflexion :

Ainsi, malgré toutes ses failles, malgré la précarité et le mal-être étudiant, l’Université apparaît comme une allégorie de l’ascenseur social, qui peut former nombre de jeunes et qui dispose de multiplies parcours professionnalisant ou non. C’est l’immense réussite de notre système supérieur.

Mais alors, comment cette réussite, confirmé par les statistiques, peut-elle être envisagé comme un tel échec, comme une telle machine à reproduire les inégalités ?

LA FAIBLESSE DU TAUX D’ENCADREMENT

En effet, construire des filières qui répondent aux besoins des bassin d’emploi, accompagner les étudiant·es dans leurs projets, ce qui veut dire les encourager et les soutenir dans la réussite, mettre en place des programmes de tutorat pour les étudiant·es les plus en difficulté suppose de l’encadrement : des personnels d’enseignement et de recherche, des travailleurs sociaux, des psychologues, des services d’orientation, …. L’université a besoin de personnels pour favoriser la réussite de chacun·e.

Dans une université massifiée, qui joue un profond rôle d’ascenseur social et d’accompagnement éducatif alors oui, il faut un investissement MASSIF. Parce qu’il s’agit de combiner deux objectifs :
  • Répondre aux besoins économiques pour permettre aux étudiants qui le souhaitent de trouver facilement un emploi après des études « courtes »
  • Ne jamais lésiner sur le savoir en tant que savoir et permettre à chacun·e de croire en ses rêves et donc de s’extraire de sa condition.

Ces deux objectifs ne nous semblent pas incompatibles. Ils n’exigent rien de plus qu’un engagement public massif dans l’enseignement de la maternelle au supérieur avec comme objectif de concilier réalité économique — parce que le réalisme économique reste une condition sine qua non pour permettre à chacun·e de se nourrir et de répondre à ses besoins de première nécessité sans sortie du capitalisme — et possibilité de s’extirper de sa condition par l’éducation.

Cela signifie aussi que l’une des luttes à mener pour égaliser les conditions est celle en faveur du salaire étudiant. Professionnaliser son parcours avec des stages, pouvoir de consacrer à ses études exige d’être payé pour étudier. C’est le seul moyen de répondre à la précarité.

Cela pourrait aussi passer par une remise à plat du système avec une réduction de la part du privé et un questionnement de la place des grandes écoles.
Mais encore : peut être que nous devrions d’abord nous concentrer sur cette exigence de moyens pour nos étudiants et profs ?

****

Nous espérons que ce billet pourra permettre d’entamer une discussion collective sur les finalités de l’université, sur sa place dans la société. Subséquemment, c’est aussi la question de la place des humanités et des savoirs dans la construction de chacun·e, en tant qu’individu, en tant que citoyen·ne qui apparaît comme l’une des questions sous-jacentes à cette réflexion.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2021, 13 février). Petite contribution à une réflexion sur l’avenir de l’ESR. Academia. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ais8

  1. Tout cela a été largement étayé par les travaux de Pierre Bourdieu et de Jean-Claude Passeron. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.