L’expérimentation. Ou comment faire croire aux acteurs et aux actrices de l’ESR qu’iels ont le choix

    
Par dérogation aux articles L. 952-6 et L. 952-6-1 et à titre expérimental, pour les postes publiés au plus tard le 30 septembre 2024, les établissements publics d’enseignement supérieur peuvent demander, après approbation du conseil d’administration, à être autorisés à déroger pour un ou plusieurs postes à la nécessité d’une qualification des candidats reconnue par l’instance nationale afin d’élargir les viviers des candidats potentiels et de fluidifier l’accès aux corps […].”
Cette manière d’opérer de la part de notre gouvernement, nous rappelle étrangement l’article 1 de l’Ordonnance n° 2018-1131 du 12 décembre 2018 :
    
“À titre expérimental, jusqu’au terme de la période définie au II de l’article 52 de la loi du 10 août 2018 susvisée, un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel peut regrouper ou fusionner des établissements d’enseignement supérieur et de recherche publics et privés, concourant aux missions du service public de l’enseignement supérieur ou de la recherche.”
 

Pourquoi “expérimenter” ?

C’est une manière de la part de nos décideurs de rassurer les foules en faisant croire que la décision, celle d’expérimenter, est entre leurs mains. Également de nous faire croire que les acteurs-trices de terrain auront leur mot à dire sur la décision finale, celle de transformer l’essai de l’expérimentation.

À la lecture du rapport du comité d’examen à mi-parcours sur le Programme d’investissements d’avenir (PIA), on sent bien que cette manœuvre politique est pensée de longue date.

Voici ce qu’on peut lire dans ce rapport, qui date de 2016 (p62) : 
« Pour éviter les batailles législatives, les mobilisations dans les rues et les postures des uns et des autres, plusieurs choix structurants ont été faits : − le choix du volontariat : les universités, grandes écoles et laboratoires proposent librement des programmes de recherche, d’intégration et de gouvernance ; − le choix du bottom-up: l’initiative venant du bas et autour d’un projet, la motivation est d’autant plus forte ;−   l’endowment :  une  dotation  en  capital  sur  le  modèle  des  grandes  universités  de  recherche américaines  est  accordée  au  terme  d’une  période  probatoire  et  après  évaluation  du  respect  des  engagements  pris,  matérialisés  par  des  critères  de  performance prédéfinis. »
On ne peut guère être plus clair.
 

« Librement », vous avez dit « librement » ?

Quelle université s’est réellement sentie libre de s’engager dans un regroupement d’établissement ? Très peu voire aucune. En effet, les regroupements d’établissement ont été fait principalement pour obtenir les labels I-DEX ou I-SITE. Sans I-SITE ou IDEX, vous deviendrez des universités de seconde zone. Sans regroupement, vous n’obtiendrez rien. Le message est tellement prégnant dans les universités que si vous osez le remettre en questions, on vous qualifie au mieux d’irresponsable. Pourtant, la communauté universitaire est loin d’être convaincue par tout ça.

La réalité est qu’une minorité de chercheuses et chercheurs voient réellement la couleur des financements, les projets d’excellence étant construits à partir d’axes thématiques, assez resserrés. La chercheuse ou le chercheur doit constamment faire face au dilemme d’orienter sa recherche vers les thèmes qui vont bien. Également, à travers ces programmes d’excellence, des « graduate schools » (master – doctorat) en cohérence avec les thématiques de l’I-SITE ou IDEX voient le jour. Non seulement, des masters sont sur-dotés avec des bourses doctorales à la clé mais les programmes d’excellence peuvent même financer davantage les licences qui mènent à ces masters. Les équipes pédagogiques se retrouvent face au même dilemme que les équipes de recherche.
À tous les niveaux donc, la “liberté” est toute relative.
On retrouve également la même logique dans la mise en place des chaires de professeur junior (CPJ), introduites par la LPR. Frédérique Vidal, pour répondre aux critiques mettait en avant le fait que si les établissements ne voulaient pas se saisir du dispositif, ils étaient libres de ne pas le faire.
Encore, une fois, cette liberté n’est qu’apparence. Dans l’Accord relatif à l’amélioration des rémunérations et des carrières, adossé au projet de la LPR, voici ce qu’on peut trouver :
“La mise en œuvre du dispositif de même que celui de l’attribution de postes de chaires de professeurs juniors et que la réalisation des plans de recrutements dans les corps de professeurs des universités et de directeurs de recherche prévus chaque année par la voie des concours de droit seront suivis dans le cadre des dialogues annuels stratégiques de gestion avec les recteurs de région académique et les recteurs délégués. Ces derniers disposeront à l’échelle de la région académique d’une enveloppe budgétaire pour financer les postes requalifiés et d’une enveloppe de publication de postes de chaires de professeurs juniors.
Sans qu’il y ait de lien arithmétique entre les deux enveloppes au niveau de chaque établissement, les recteurs délégués s’assureront de la cohérence de projets de recrutement des établissements sur la base de leur plan global de recrutement annuel et pourront opérer des péréquations intra régionales en fonction des arguments et des perspectives pluriannuelles développés par les établissements. Il sera tenu compte des arbitrages rendus par le ministère tant en matière de chaires de professeurs juniors que de repyramidage dans les notifications budgétaires annuelles des établissements.”
En d’autres termes, si vous ne jouez pas le jeu des CPJ, vous disposerez de moins de postes de PU/DR pour vos MCF/CR. 
 
Avec ces stratagèmes, la ministre peut mettre la pression sur les présidentes et présidents d’université (comme le montre en détails Julien Gossa dans son billet “Quel dialogue de gestion pour quelle autonomie ?”), qui mettent donc à leur tour la pression sur les directrices et directeurs d’unité, qui mettent à leur tour la pression sur les enseignant.e.s et/ou chercheur.e.s de leurs équipes.
Ce processus doit s’inverser, et c’est urgent.


Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2021, 13 février). L’expérimentation. Ou comment faire croire aux acteurs et aux actrices de l’ESR qu’iels ont le choix. Academia. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ais7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.