Ne pas tirer sur l’ambulance, vraiment ? Débat « Malaise étudiant » au Sénat, 10 février 2021

Monique de Marco, sénatrice de Gironde, groupe Écologiste – Solidarité et Territoires, vice-présidente de la Commission Culture, a demandé la tenue d’un débat dans le cadre des questions au gouvernement. Le thème — « Le fonctionnement des universités en temps de COVID et le malaise étudiant » — a inspiré les oratrices et orateurs inscrit·es après l’intervention initiale de la sénatrice qui rappelle les données de la fondation Abbé Pierre : ces derniers mois, 20% des jeunes ont eu recours à l’aide alimentaire; la moitié des étudiant·es déclarent des difficultés à payer leurs repas et leur loyer, qui représente 70% de leur budget. Dans une enquête portant sur 70 000 étudiant·es, 43% déclaraient des troubles de santé mentale, comme de l’anxiété ou de la dépression. Face à cela, les mesures sont insuffisantes, inégalitaires — puisque les classes préparatoires sont restées normalement ouvertes — et les services universitaires complètement débordés1. À quand une réponse structurelle au problème de la pauvreté étudiante, comme une allocation autonomie étudiante ?

Parmi les interventions, souvent prises, pointant les béances de la politique gouvernementale, citons un extrait du discours de Pierre Ouzoulias qui parle de définancement assumé par le gouvernement des budgets « Vie étudiante » depuis le début du quinquennat, en dépit des alertes.

Je n’oublie pas qu’en novembre 2019, par la loi de finances rectificative, votre Gouvernement avait supprimé 35 millions d’euros de crédits du programme « Vie étudiante ». En 2018 et 2019, ce sont 100 millions d’euros de crédits votés par le Parlement qui n’ont finalement pas été affectés à la vie étudiante par votre Gouvernement.

L’an passé, à l’occasion de la discussion des quatre lois de finances rectificatives, j’ai proposé des amendements pour apporter aux universités et au Centre national des œuvres universitaires et scolaires des moyens d’urgence pour leur permettre d’aider rapidement les étudiants. Par la voie de Monsieur Darmanin, alors ministre du l’Action et des Comptes publics, le Gouvernement m’avait expliqué qu’il n’y avait pas besoin de crédits budgétaires supplémentaires. La politique du « Quoi qu’il en coûte » a ignoré les campus et la détresse estudiantine.

Cet automne nous avons discuté d’une loi de programmation de la recherche que le Gouvernement nous a présenté comme le plus grand effort budgétaire depuis la Libération. L’Université n’a bénéficié, dans ce cadre, d’aucune aide budgétaire supplémentaire, comme si les étudiants d’aujourd’hui ne seraient pas les chercheurs de demain.

J’entends aujourd’hui les déclarations compassionnelles du Gouvernement qui s’alarme du mal vivre des étudiants. Mais, la pandémie n’en est pas l’unique cause. Dans les universités, comme à l’hôpital, la crise sanitaire est la révélatrice d’une situation de sous-investissement chronique qui a fragilisé tout le service public de l’enseignement supérieur.

La messe est dite. Sans appel pour dénoncer le mépris dans lequel le gouvernement tient « les emmurés de vingt ans » (Max Brisson), les sénateurs et sénatrices n’ont pas évoqué l’embroglio de circulaires-décrets inapplicables  : iels ont pourtant  souligné la nécessité d’un cadre réglementaire clair et stable et une plus grande décentralisation des décisions.

Public Sénat a choisi deux extraits représentatifs du discours, désormais sans queue ni tête, sans perspective, et vide de sens, de la Ministre. En voici un2 :

Que faut-il en comprendre ? La meilleure explication tient dans les mots de l’universitaire Pierre-Yves Modicom: il s’agit ni plus ni moins de « nier l’évidence sanitaire pour ne pas avoir à assumer les investissements matériels et les recrutements que la reconnaissance des faits impliquerait. L’incohérence, c’est la marque du déni obstiné de la réalité ».

Le doyen Gabriel Galvez-Behar résumait ainsi le point de vue des agents du supérieur :

Nous ne pouvons plus minimiser les séquelles de la crise, nous contenter d’un illusoire retour à la normale, ni nous satisfaire d’expédients. Tout cela réclame ce qui a tant manqué jusqu’à présent : de l’anticipation, de la cohérence et des moyens à la hauteur de l’enjeu.

Madame Vidal — alors que l’ensemble des usagers et des agents de l’ESR s’enfoncent chaque jour davantage, dans une détresse et un découragement graves — pas plus que son équipe n’ont pris la mesure du problème ni esquissé un début de solution, bien au contraire. Les réponses qu’elle a apportée devant la représentation nationale en attestent et attestent également de la toxicité de son ministère pour l’ensemble des agents publics et des usagers de l’ESR.

Si vous ne souhaitez pas tirer sur une ambulance, allez-vous laisser un cadavre piloter l’université? C’est la question que nous pouvons légitimement nous poser ce soir.

 

10 février 2021

Mercredi 10 février 2021, le Sénat a débattu, à la demande du groupe Écologiste – Solidarité et Territoires (GEST), sur le thème : « Le fonctionnement des universités en temps covid et le malaise étudiant », en présence de Mme Frédérique VIDAL, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Après une intervention de Mme Monique de MARCO, pour le groupe Écologiste – Solidarité et Territoires, ont pris part à ce débat :

  • M. Max BRISSON (Les Républicains)
  • Mme Vanina PAOLI-GAGIN (Ratt. INDEP)
  • M. Thomas DOSSUS (GEST)
  • M. Julien BARGETON (RDPI)
  • Mme Nathalie DELATTRE (RDSE)
  • M. Pierre OUZOULIAS (CRCE)
  • Mme Sylvie ROBERT (SER)
  • Mme Alexandra BORCHIO FONTIMP (Les Républicains)
  • M. Jean HINGRAY (UC)
  • M. Jacques GROSPERRIN (Les Républicains)

Pour plus de détails, consulter :

  1. Monique de San Marco parle d’une infirmière pour 18 000 étudiant·es à l’Université de Bordeaux. []
  2. L’autre est visible ici. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.