En France, les recherches sur la question raciale restent marginales, contrairement à ce que prétendent les parlementaires. Sur Mediapart, 8 février 2021

En France, les recherches sur la question raciale restent marginales

Avec des relents de maccarthysme, une violente campagne politico-médiatique s’est abattue sur les chercheurs travaillant sur les questions raciales ou l’intersectionnalité en France, les accusant de nourrir le « séparatisme ». Dans les faits, ces recherches sont pourtant dramatiquement marginalisées.

Que se passe-t-il donc à l’université ? Alors que des étudiants font aujourd’hui la queue pour obtenir des denrées alimentaires et que certains se défenestrent de désespoir, la classe politique a longuement débattu la semaine dernière de « l’entrisme » de ces courants intellectuels aux contours pour le moins flous.

Après les déclarations du ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer en novembre dernier – au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty, il avait dénoncé pêle-mêle les « thèses intersectionnelles » et « l’islamo-gauchisme » qui auraient fourni, selon lui, « le terreau d’une fragmentation de notre société et d’une vision du monde qui converge avec les intérêts des islamistes » –, Emmanuel Macron a lui-même tancé, dans son discours des Mureaux (Yvelines), le discours « postcolonial », coupable, selon lui, de nourrir la haine de la République et le « séparatisme ».

À l’Assemblée, Annie Genevard a invité à se référer aux « travaux » du tout récent Observatoire du décolonialisme qui a publié son manifeste dans un dossier spécial du Point, le 14 janvier. Appelant à la « riposte », les signataires – des universitaires pour l’essentiel très éloignés du champ qu’ils évoquent et pour une grande partie à la retraite – décrivent ainsi le péril qui pèserait sur le monde académique français. « Un mouvement militant entend y imposer une critique radicale des sociétés démocratiques, au nom d’un prétendu “décolonialisme” et d’une “intersectionnalité” qui croit combattre les inégalités en assignant chaque personne à des identités de “race” et de religion, de sexe et de “genre”. » « Nous appelons à mettre un terme à l’embrigadement de la recherche et de la transmission des savoirs », affirment-ils.

À Mediapart, une des figures de cette riposte, la sociologue de l’art Nathalie Heinich, explique ainsi que « nous assistons à la collusion des militants et des chercheurs autour d’une conception communautariste de la société ». Ces derniers mois, différents appels ont été publiés en ce sens, auxquels ont répondu d’autres appels. S’armant de son courage, Le Point a même, pour son dossier intitulé « Classe, race et genre à l’université », « infiltré une formation en sciences sociales à la Sorbonne, pour tenter de comprendre cette mutation ».

Derrière le bruit et la fureur de ces débats, de quoi parle-t-on ? Quelle est la place réelle des recherches sur les questions raciales ou mobilisant les concepts d’intersectionnalité à l’université française ? La première difficulté réside dans un certain flou de l’objet incriminé – les critiques mélangent ainsi dans un grand maelström études de genre, postcolonialisme, etc.

Powerpoint présenté par Patrick Simon le 6 mai 2020. © Patrick Simon

Lire la suite sur Mediapart


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.