Harcèlement. Comment les institutions faillissent

Omerta mode d’emploi #6

← Article précédent

Article suivant →

témoignage anonyme en réponse au fil précédent

J’ai lu votre tweet à propos du harcèlement en prépa. J’ai beaucoup de mal à bien quantifier le rapport bénéfice-risque de mettre au jour publiquement des situations récentes de harcèlement lorsqu’elles ont été réglées en interne et que les victimes n’ont pas considéré que cela nécessitait d’être public. Cette situation est d’autant plus complexe lorsque l’on travaille dans le domaine de la recherche et que les institutions académiques en question sont respectées et puissantes. Mais il est peut-être utile, sans nommer personne, de rappeler que ces faits ne s’arrêtent pas après le concours et que des personnes en situation de pouvoir minimisent ou même se retrouvent complices de ces actes.

https://www.flickr.com/photos/marcomartinscosta/418161152/in/photolist-CXbK3-2z9681-59YXxi-4p88pD-5okzLd-5ogjwk-5okzSy-5okzTE-5okzPw-4XU5dJ-4XPPbe-4XU4n5-6vvXek-2Rof56-4s1rfH-4s1pZK-4YuAvo-4RcigP-3nDzeQ-6x1RuK-27xTVV-GeAng5-GeKVCv-t5WxAR-u2VRQM-u2VSDF-mHiNDM-mHiN24-mHkGkj-6AjMHQ-o8oRN6-nRcQ2X-4Ac4PB-7EQj5w-7G8fKF-etoi-5ogjsx-2jjRBU3-5D48Jg-oK1XCK-29d86Cp-bhvBrz-bhvBR8-mHiMve-nRcYNd-eWg4WJ-drTFJE-nRdDZt-o8yNNG-dCqJqH

Justice, Budapest, Hongrie. Crédit: Marco Aurelio Martins Costa, 2007

Une fois l’an, mon ancienne école propose une journée de sensibilisation sur le harcèlement. Dans ce cadre un site est mis en place où les élèves peuvent témoigner anonymement, ces témoignages ont pour but d’être affichés publiquement dans l’école. Il s’est avéré une année qu’une partie de ces témoignages accusaient l’équipe d’enseignants et la direction de remarques sexistes et autres comportements inappropriés. Ces messages n’ont jamais été publiés et nous n’en avons eu connaissance que par des discussions de couloir. Après cela les langues ont commencé à se délier : ce prof n’est pas safe, ce prof a fait une remarque sur la poitrine ou la tenue d’une telle. Malheureusement que du discours rapporté et pas de plainte officielle.

L’école a pris acte de ces faits et a assuré qu’elle allait faire en sorte que cela ne se reproduise pas. Au final j’imagine quelques sermons et tapes sur l’épaule. Une chose est sûre pourtant, plus tard dans l’année de ces événements, la vice-présidente « Vie étudiante » a renoncé à sa mission, officiellement pour reprendre sa carrière dans la recherche à 100%, officieusement pour désaccord fondamental entre elle et la direction sur l’importance de sa mission.

Il y avait malheureusement je pense une donnée quantifiable manquante à notre ancienne VP : le nombre de plaintes officielle pour ces faits. Sans ce pouvoir du nombre, la direction avait la capacité de minimiser le problème. Cette situation est frustrante, car j’avais moi-même poussé la porte de cette VP pour rapporter des faits mineurs et répétés harcèlement sexuel (remarques lourdes, suppositions sur ma sexualité, …) dont j’étais victime, sans nommer personne juste pour signaler que cela existait. Cette personne — un étudiant —  trouvait ça marrant et ignorait mes demandes et avertissements. De l’aveu de la VP j’étais le premier et le seul à être allé aussi loin dans une plainte.

Pour l’instant je suis hors de portée de ces personnes, mais ces écoles représentent un petit monde, et il n’est pas très difficile de comprendre sachant d’où je viens pourquoi les témoignages de ce genre restent vagues et anonymes et jamais officiels. Certaines et certains luttent pour casser ce cycle de l’indifférence face à ces comportements, il y a bien sûr beaucoup de progrès et des interlocuteurs et interlocutrices de confiance chez nos enseignants, et aujourd’hui mon école, avec le concours des élèves, continue les campagnes anti-harcèlement. Mais cette divergence entre la communication sur le harcèlement et la minimisation du problème par cette direction questionne la mise en place d’un cadre sincère et fonctionnel propice à une prise de conscience. On peut craindre que ces comportements ne soient à leurs tours mésestimés par les élèves d’aujourd’hui devenu les enseignantes et enseignants, chercheurs et chercheuses de demain.

#ResistESR


Sur Academia, voir aussi :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.