À l’EHESS, étudiant∙es en détresse surveillée

UPDATE. 12 février 2021

Depuis plusieurs semaines, les étudiant∙es de l’École des hautes études en sciences sociales se mobilisent : Masterant∙es et doctorant∙es sont très inquiets et inquiètes de leur situation et demandent à la présidence un soutien financier, des espaces de travail et de convivialité pour lutter contre l’isolement mais aussi des cours en hybride, de façon à ce que celles et ceux qui ont besoin de retrouver des relations de travail en présence, et celles et ceux qui ont quitté Paris ou Marseille, ou n’ont pas encore pu se rendre sur le sol de la métropole puissent suivre l’ensemble des séminaires, et pas uniquement ceux de tronc commun, que la direction des études a accordé en application de la circulaire présidentielle de janvier.

La situation de ces étudiant·es est grave. Alors que l’EHESS n’avait pas fait d’enquête lors du premier confinement contrairement à d’autres universités, une initiative — « Étudier à l’EHESS en temps de COVID » — d’un enseignant assisté d’une enseignante donne désormais la pleine mesure de la détresse que ces étudiant·es connaissent depuis la rentrée universitaire : 60% d’entre elleux disent éprouver un sentiment de mal‐être, de tristesse, de dépression, d’anxiété souvent ou en permanence ; plus de trois-quart d’entre elleux ont d’immenses difficultés à se concentrer, pour de multiples raisons matérielles et psychologiques, engageant à court terme leur devenir professionnel.

Academia a rassemblé ici une série de communiqués émanant des étudiant·es et des agents de l’établissement, ainsi que des médias documentant l’évacuation policière du samedi 6 février 2021. Les étudiant·es appellent à une distribution alimentaire et à un rassemblement contre les violences sociales, institutionnelles et policières.

Rassemblement contre la précarité étudiante

Vendredi 12 février, 12h, 54 bd Raspail. Paris 6e

Événement Facebook

RENCONTRE POUR LA SOLIDARITE ETUDIANTE – RASSEMBLONS-NOUS CONTRE LA VIOLENCE SOCIALE, POLICIERE ET D’ETAT.
ROUVRONS LES FACS! CHASSONS LA BAC!
Contre la précarité grandissante des étudiant.es, contre la violence institutionnelle et policière déployée contre les mobilisations étudiantes et pour le redéploiement des solidarités universitaires, étudiant.es, nseignant.es-chercheur.ses et personnel de toutes les facs, retrouvons-nous nombreux.ses vendredi midi devant les bâtiments de l’EHESS au 54 boulevard Raspail !
Vendredi soir, des étudiant.es de l’EHESS ont occupé leurs lieux d’étude dans le but de se réapproprier des espaces de solidarité, d’entraide et de travail. 14 camions de police pour expulser les étudiant.es, voilà la réponse du gouvernement et de la présidence de l’EHESS samedi matin face à la détresse et la précarité étudiante ! La répression policière est leur moyen pour combler l’insuffisance et le mépris des quelques mesures concédées.
Mais cela ne nous fera pas taire, nous appelons à la mobilisation collective et réaffirmons nos revendications :
    • Reprise effective de tous les cours au format hybride
    • Accès autonome et sans réservation à des salles de travail
    • Aide financière pour tou.tes les étudiant.es ( boursier ou non)
    • Augmentation des bourses, RSA dés 18 ans
    • Accès effectif à un soutien psychologique spécialisé
    • Accès au budget prévu pour les initiatives étudiant-es (épicerie, création artistique, activités sportives etc)
Grâce à la recup, nos mains et le soutien de collectifs retrouvons nous pour une DISTRIBUTION de panier de nourriture (légumes, fruits) + Sandwichs (vegan et non vegan) + produits hygiéniques (savon corps, shampoing, protections hygiéniques, dentifrice, brosse à dents)
L’AG des étudiant.e.s de l’EHESS qui ont hâte de vous rencontrer !

Vous aimez l’EHESS et son esprit critique : venez le dire avec des banderoles1 !

  • Décisions prises lors de l’Assemblée générale étudiante, 28 janvier 2021
  • Communiqué de l’Assemblée générale étudiante du 8 février (transmise le 12/2)
  • Communiqué « La présidence descendra-t-elle de sa tour d’ivoire), 12 février 2021

Envoyé: Jeudi 28 Janvier 2021 11:05:03
Objet: SOS APPEL A UNE ASSEMBLE GENERALE EN PRESENTIEL LE 29 JANVIER A 13H AU 96 BOULEVARD RASPAIL PRESENTIEL + DISTANCE
Nous relayons ci-dessous les décisions prises lors de l’Assemblée Générale étudiante du 26 janvier et le mail collectif qui en a suivi.
L’Assemblée Générale de ce 26 janvier 2021 a réuni une cinquantaine d’étudiant-es. Nous avons posé l’état des lieux et les revendications suivantes.
Etats des lieux :

Tandis que le second semestre débute sans initiative conséquente de la Présidence face à la situation réelle des étudiant-es de l’EHESS, nous décidons de nous organiser et appelons à la responsabilité de notre Présidence et de nos professeur-es. Dans le besoin impérieux de nous projeter dans les mois à venir, nous nous sommes rassemblé-es en Assemblée Générale étudiante hybride présentiel-distanciel, mardi 26 janvier 2021, et avons formulé nos revendications. Nous attendons désormais des actions concrètes qui sauront y répondre.

Depuis presque un an, la pandémie aggrave la situation estudiantine déjà alarmante, prise dans un processus de précarisation (ORE, LPR, baisse des financements divers, etc.). Nous notifions une précarité grandissante due à la non-prise en charge globale des conséquences de la crise sanitaire. Nous soulignons certains efforts de la Présidence, notamment via le sondage sur les conditions de vie étudiante diffusé par la Vie Étudiante, les aides financières ponctuelles (bons Carrefour), et les prêts d’ordinateurs et de clés 4G. Efforts qui demeurent pourtant insuffisants.

Trop d’étudiant-es renoncent à leurs études car trop coûteuses mentalement et financièrement. Trop d’étudiant-es ne sont pas accompagné-es, voire abandonné-es. Trop d’étudiant-es se trouvent isolé-es.

Pourtant, n’est-ce pas le devoir de l’École de nous soutenir dans l’apprentissage, à l’aune de nos vies professionnelles, de nous permettre un accès égalitaire et sain aux connaissances ? Au-delà de tout appel à la « résilience », il semble inhumain d’exiger des étudiant-es qu’ils et elles s’adaptent à de telles conditions. Face au délaissement et à l’inaction gouvernementale concernant l’enseignement supérieur, pourquoi l’École n’a-t-elle pas pris les devants pour rétablir au mieux des conditions d’études viables ?

Si conformément aux souhaits de la présidence  » tout ce qui peut être fait pour briser [l’]éloignement doit être tenté – évidemment dans le respect des mesures édictées « , alors il est impératif de re-penser un second semestre combinant présentiel et distanciel. La permission à un accès facilité à des espaces de travail équipés pour des étudiant-es souffrant depuis 10 mois de l’absence de lien social est une nécessité. Alors que nombre d’entre elles et eux ne possèdent pas les conditions décentes pour poursuivre leur travail, et que des décrets sont édictés pour permettre l’accès sans limitation de jauge à des « activités de soutien pédagogique ((Le dimanche 10 janvier 2021, le Premier ministre a, par l’article 2 du décret n° 2021-16 du 9 janvier 2021, élargi ences mots le champ des exceptions au principe d’interdiction posé par l’article 34 du décret du 29 octobre 2020.»)) qui seraient organisées sur les campus, il est urgent que l’Ecole assume une prise en charge logistique (jauge maximale, roulements d’élèves en demi-groupes…) de ces activités – au sein de ses bâtiments vastes et largement inoccupés.

Nous constatons que certain-es professeur-es ne semblent pas réaliser la situation réelle de leurs élèves. Les injonctions incohérentes liées aux validations ainsi que les inégalités de traitement entre les mentions, selon l’investissement inégal des professeur-es auprès de leurs élèves, ne font qu’exacerber le sentiment d’impuissance de nombre d’entre nous, face à un suivi inégal et à des non-dits croissants. Les situations divergentes des étudiant-es face à leurs conditions de travail augmentent en outre les inégalités de chance à l’accès à une thèse.

Les étudiant-es rassemblé-es à l’Assemblée Générale du 26 janvier 2021 ont pu partager leur vécus face à la pandémie, et ont voté les demandes suivantes :

Des conditions matérielles dignes pour étudier : 

1. Nous réclamons le retour des séminaires en présentiel en demi-groupes, nous demandons à nos professeur-es de se joindre à notre revendication. Cela avec des jauges restreintes, selon les capacités d’accueil des salles, et un dispositif hybride présentiel et distanciel, et dans le respect des règles sanitaires en vigueur.

2. Un accès à des espaces de travail équipés

  • L’accès inconditionnel aux salles pour travailler

  • L’accès inconditionnel à l’audiovisuel et le wifi de l’école

  • La possibilité pour les masterant-es d’obtenir des attestations pour se rendre aux locaux, par exemple les étudiant-es ayant besoin d’utiliser l’audiovisuel et le wifi de l’EHESS

3. Une aide financière inconditionnelle à toustes les étudiant-es de l’EHESS : un tri entre les étudiant-es n’est pas possible dans les conditions de la crise actuelle qui s’installe, et même les boursier-e-s témoignent de leur difficulté à recevoir une aide.

  • Nous renouvelons notre demande d’aide financière aux étudiant-es. Les pertes d’emplois, les augmentations de dépenses en chauffage dû à l’obligation de rester chez nous… nous mettent dans l’incapacité de payer nos charges. Qu’en est-il du fond CVEC mentionné lors du CA du 11 décembre 2020, promis aux étudiant-es ?

  • Nous exigeons/ demandons pour les boursier-e-s une année de bourse en plus : la direction est en position de faire pression sur le CROUS pour encourager cette mesure vitale.

4. L’allègement des validations. 

  • Nous demandons un allègement des rendus

  • Nous demandons que les rendus soient adaptés à la situation : les professeurs ne peuvent exiger des rendus papiers lorsque nombre d’étudiant-es ont été dans l’obligation de quitter Paris.

Des conditions psychologiques dignes pour étudier : 

Matériel et psychologique sont liés. En cas de difficultés, nous avons besoin d’avoir accès à un soutien psychologique spécialisé et dans des délais raisonnables.

5. La mise en place d’un.e assistant.e social.e à l’EHESS, comme monsieur Prochasson en a fait la promesse lors de son élection en 2017.

De la transparence pour nous projeter et avoir envie de continuer à étudier: 

6. Nous avons besoin de pouvoir nous projeter sur le reste de l’année : les cours reprendront-ils en présentiel ? Étant donné que des étudiant-es n’ont plus de logement à Paris et n’auront pas les moyens d’en reprendre, l’EHESS peut-elle garantir la poursuite des cours en hybride dans le cas de reprise en présentiel ?

7. En cas de reconfinement, notre détresse matérielle et psychologique ne fera que s’aggraver. En conséquence, les revendications ici édictées n’en sont que plus pressantes. L’EHESS doit fournir des attestations de déplacement pour accéder à un lieu de travail décent.

Nous en appelons à la solidarité de nos professeur-es : écoutez-nous, nous avons besoin de vous, rejoignez-nous. Nous vous encourageons à réfléchir ensemble à nos situations matérielles et psychologiques, et à multiplier les initiatives pour nous permettre de retrouver du lien social et des conditions d’études décentes. Vous avez la possibilité de soutenir notre volonté de réinvestir les locaux.

Nous attendons vos retours et propositions, et espérons la tenue prochaine d’une Assemblée Générale rassemblant étudiant-es, professeur-es et personnes de l’administration.

Les étudiant-es de l’Assemblée Générale du 26 janvier.


Envoyé: Vendredi 29 Janvier 2021 09:39:23
Objet: Message de la CGT EHESS

Monsieur le Président, chères et chers collègues, chères étudiantes, chers étudiants,

Il est rare que la communauté de l’EHESS dans son ensemble, personnels et étudiant∙es, soit invitée à se réunir en assemblée. C’est le cas aujourd’hui, avec un ordre du jour fermé et des questions à poser à l’avance par mail. La CGT EHESS vous communique donc, par mail, le message suivant.

La CGT EHESS soutient les revendications légitimes et compréhensibles des étudiant∙es rassemblé∙es à l’Assemblée Générale du 26 janvier 2021, qui sont pour beaucoup partagées par l’ensemble des personnels.

Des conditions matérielles dignes pour étudier, pour travailler et pour enseigner :

  1. Permettre le retour des séminaires en présentiel en demi-groupes, pour tous et toutes les étudiant∙es et enseignant∙es, pour qui la santé et les conditions de vie ne représentent pas un obstacle, suivant des règles qui cherchent à préserver la santé de tous et de toutes.
  1. Organiser un accès à des espaces de travail équipés (accès wifi et audiovisuel inclus) et organiser des conditions de travail à distance correctes pour les étudiant∙es (master et doctorant∙es) et pour les agents (enseignant∙es et BIATSS).
  1. Prévoir une aide financière inconditionnelle à tous et toutes les étudiant∙es et continuer à accompagner les étudiant∙es auprès du CROUS, recruter les assistants sociaux et assistantes sociales, psychologues et personnels nécessaires à surmonter la crise, en palliant les défaillances des organismes habituellement dédiés si nécessaire.
  1. Soutenir auprès des jurys souverains des mentions l’allègement de la charge de travail et adapter les modalités de validation à la situation inouïe.
  1. En cas de reconfinement, il est nécessaire que l’EHESS poursuive son effort d’adapter la formation, en continuant d’assurer aux étudiant∙es et aux personnels les meilleures conditions de travail sur site et à distance, notamment en fournissant aux étudiant∙es qui le souhaitent des attestations de déplacement.

Depuis le début de la crise sanitaire, nous avons assisté, avec stupéfaction et inquiétude, à l’effondrement de la démocratie interne de notre école. Nous nous interrogeons sur le choix de la présidence de ne pas associer les personnels qui travaillent dans nos locaux (EHESS et CNRS) pour éclairer les décisions touchant à la santé publique et à la gestion de la crise. Les deux enquêtes sur les risques psychosociaux au sein de la communauté ont été menées à l’initiative des représentant∙es du personnel au CHSCT et à celle d’ un enseignant de la mention Sciences en société, ce qui est indigne d’un établissement supérieur consacré aux sciences sociales. L’impossibilité pour les étudiant∙es et agents de se projeter se trouve ainsi aggravée par le choix d’une gouvernance hyper-centralisée qui ne laisse aucune place aux initiatives locales et collectives.

Dans ce climat politique teinté d’autoritarisme, les attaques portées aux libertés académiques prennent un sens parfaitement inquiétant. Nous demandons à la communauté de l’EHESS — étudiants et personnels, y compris les collègues CNRS — de pleinement prendre la mesure du rôle de l’établissement— et donc des membres qui le font vivre — dans la préservation d’une activité scientifique libre au service de l’ensemble de la société.

Nous soutenons donc l’exigence de transparence et de représentation formulée par les étudiant∙es pour l’ensemble des décisions touchant aux missions prioritaires de notre École – enseignement, recherche et accès aux savoirs.

La CGT EHESS



De: « Présidence EHESS » <presidence@ehess.fr>
Envoyé: Jeudi 4 Février 2021 15:55:34
Objet: [vie-scientifique] Message important de la vice-présidente en charge de la DEVE: Reprise limitée et partielle des enseignements « en présentiel »

Cher.es collègues,
Le cadre réglementaire auquel sont soumis les établissements d’enseignement supérieur demeure fort contraignant. Il ne permet qu’un retour limité et partiel « en présentiel » de nos étudiant.es de master.
La reprise sur site se déploie au sein de trois dispositifs.
Le premier, mis en place dès la fin novembre, est celui des enseignements de master que l’on peut assimiler à des travaux pratiques pour lesquels une dérogation a été accordée par le rectorat.
Le second, autorisé par le ministère à partir du 4 janvier, concerne les groupes, limités à 10 personnes, de soutien pédagogique dans le cadre du tutorat de master et les groupes de parole, eux aussi limités à 10 personnes, à destination des étudiant.es internationaux.
La circulaire du 22 janvier permet l’ajout d’un troisième dispositif, dans la limite de 20 % de nos capacités d’accueil et d’une présence d’un jour par semaine. Particulièrement complexe à décliner, il entrera en vigueur à l’EHESS le 15 février. Ses modalités ont été précisées par la DEVE en lien avec les directions des mentions de master. Elles seront mises en oeuvre avec la collaboration de la DSI et du SPEL. En voici les grands principes :
    • Sont exclusivement concernés les enseignements fondamentaux de master (tronc commun, méthodologie, ateliers/initiation, conformément à la nomenclature de Néobab), dont la liste par mention sera arrêtée d’ici au tout début de la semaine prochaine.
    • Ne pourront accéder aux salles que les étudiant.es de M1 et M2 qui valident les enseignements répertoriés dans ce dispositif.
    • Les enseignements se dérouleront dans le respect du calendrier initialement prévu. Aucun changement d’horaire ni de salle ne sera effectué. Seuls les enseignements prévus au second semestre pourront avoir lieu. Il n’est pas envisageable d’effectuer des rattrapages de séances programmées au premier semestre.
    • L’accueil en « présentiel » aura lieu dans la limite de 50% de la capacité des salles, définie dès la rentrée universitaire 2020
    • Les enseignements se dérouleront obligatoirement en mode hybride afin d’assurer la continuité de l’enseignement aux étudiant.es qui resteront à distance.
Quel que soit le dispositif, la présence dans nos locaux se fait bien sûr dans un strict respect des consignes sanitaires (éloignement, respect de la disposition des salles et du sens de circulation dans les couloirs, port du masque, usage du gel hydroalcoolique, aération…).

Pour finir, j’attire votre attention sur le fait que les séminaires de recherche n’entrent dans aucun des trois dispositifs. Ils se poursuivront donc en visioconférence exclusivement.

Bien à toutes et tous,
Céline Béraud
——–
Céline Béraud
Directrice d’études de l’EHESS,
Vice-présidente en charge de la Direction des enseignements et de la vie étudiante,

Evacuation de la salle dédiée aux étudiant·es, dite « La Brêche », par les forces de police [VIDÉO]


Etudiant·e·s mobilisé·e·s à l’EHESS: comme réponse à la précarité étudiante, la police

Depuis deux semaines, nous avons multiplié les propositions auprès de l’administration afin de remédier à la précarité matérielle et psychologique des étudiant.e.s de l’EHESS. Nous avons décidé d’occuper les locaux : il nous était indispensable de nous réapproprier nos lieux de vie, de travail et d’étude de manière solidaire et collective. Après 12 heures d’occupation, nous avons été réveillé.e.s par la police: 14 camions, 2 voitures et un bus de police.
Depuis deux semaines, nous avons multiplié les propositions auprès de l’administration comme de la vie étudiante, afin de remédier à la précarité matérielle et psychologique des étudiant.e.s de l’EHESS. Nos demandes d’accès à des salles pour suivre des séminaires en mode hybride, pour se réunir, s’entraider et mettre en place de l’aide alimentaire à travers une cantine ou une épicerie solidaire, ont été systématiquement renvoyées à des échéances lointaines et hypothétiques en inadéquation totale avec l’urgence de la situation.
Confronté.e.s à des instances pédagogiques et administratives qui se renvoient mutuellement la balle, nous avons compris que l’urgence de la précarité des étudiant.e.s de l’EHESS ne sera jamais prise en charge par l’école selon des modalités acceptables et dans des délais décents.
C’est pour cela que nous avons décidé, après s’être vu refuser tout accès aux salles pour nous réunir, d’occuper les locaux du 96 boulevard Raspail. Il nous apparaissait indispensable de nous réapproprier nos lieux de vie, de travail et d’étude de manière solidaire et collective (et dans le respect des normes sanitaires).
Les dites « tentatives de dialogues » de la part de la Présidence, de la Vice-Présidence et du personnel de la vie étudiante se rapprochaient plus de tentatives d’intimidation, d’humiliation, d’infantilisation faisant planer la menace d’une intervention policière dès leur arrivée au 96.
Après douze heures d’occupation, sans que la Présidence n’ait cherché à écouter nos revendications (proposition d’un rendez-vous lundi avec une délégation) ou à nous faire des propositions concrètes (versement de la CVEC, débloquer des budgets pour des initiatives étudiantes, partage des richesses), nous avons été réveillé.e.s par des centaines de policier.ère.s armé.e.s et muni.e.s de boucliers et d’un bélier. S’il est évident que « cet incident atteste la détresse étudiante », il est tout aussi évident que quatorze camions, deux voitures et un bus de police constituent une réponse indécente de la part de l’École.
C’est à cette même détresse, ainsi qu’au mépris des réponses institutionnelles, que cette occupation et les diverses formes de solidarité étudiantes, « ne cessent de s’efforcer de répondre ».
Étudiant.e.s, personnels de l’école, et enseignant.e.s,
Réagissez.
Des étudiant.e.s mobilisé.e.s de l’EHESS

Envoyé: Lundi 8 Février 2021 15:26:03
Objet: À propos de l’intervention policière au 96 boulevard Raspail
Chers étudiants, chères étudiant.es, chères et chers collègues,

La section Ligue des Droits de l’Homme, le syndicat CGT et la section SUD Education de l’EHESS tiennent à réaffirmer leur inquiétude face aux événements qui se sont déroulés samedi matin au 96 boulevard Raspail. Las de l’absence de dialogue avec la présidence de l’EHESS à qui ils ont adressé à plusieurs reprises diverses demandes en ces temps de suspension des modes habituels de vie en société, des étudiant.es ont occupé vendredi soir une partie des locaux du 96 boulevard Raspail, notamment la salle étudiante et La Brêche, aujourd’hui fermées « compte tenu des circonstances sanitaires ». La seule réponse apportée par la présidence de l’EHESS a été une intervention policière dans les locaux du 96, et une annonce oubliant de mentionner que les « occupants » étaient, d’abord, des étudiant.es.

Nous condamnons fermement ce recours aux forces de l’ordre contre les étudiant.es de l’EHESS, à l’heure où notre premier devoir est de les écouter et d’être à leurs côtés.

Leur mal être – aggravation de leur précarité, cours en visioconférence, fermeture des salles de réunion, etc. –, plus profond encore que celui du reste de la population, exige que toute la communauté de l’EHESS soit à leurs côtés pour trouver des modalités de travail et des solutions aux nombreux problèmes matériels qu’ils et elles rencontrent. Ces solutions ne peuvent se construire qu’en faisant confiance aux étudiant.es et à l’intelligence collective qu’ils et elles déploient depuis déjà un an pour faire face à des conditions d’études et de vie extrêmement difficiles.

Reconnaître la « détresse étudiante » doit s’accompagner de mesures concrètes en faveur de la reprise d’une vie moins isolée. Nous demandons donc que la salle étudiante et La Brêche soient immédiatement rendues à nouveau accessibles aux étudiant.es et qu’un lieu de réunion soit, comme cela est le cas dans d’autres établissements, ouvert pour tou.tes les membres de l’Ecole au moins une fois par semaine.

La section Ligue des Droits de l’Homme de l’EHESS

Le syndicat CGT EHESS
La section syndicale SUD Education de l’EHESS

Début de semaine au 54, bd Raspail



Envoyé: Vendredi 12 Février 2021 11:10:01

Objet: [discussions-debats] Réponse de l’EHESS à la détresse étudiante: trois cafés virtuels et quatorze camions de police
Le syndicat Solidaires Etudiant.e.s relaie un communiqué de l’AG étudiante du 8 février.

RÉPONSE DE L’EHESS A LA DÉTRESSE ETUDIANTE : TROIS CAFES VIRTUELS ET QUATORZE CAMIONS DE POLICE

Nous appelons à un rassemblement aujourd’hui, vendredi 12 février, à midi devant l’entrée du 54 bd Raspail autour d’une cantine solidaire pour clamer nos revendications et nos solidarités collectives !

Samedi 6 février, le Président de l’EHESS Christophe Prochasson a envoyé un mail annonçant qu’une intervention des forces de police avait eu lieu au petit matin au 96 bd Raspail pour déloger les étudiant.e.s qui occupaient la Brêche depuis la veille. Dans ce mail, le Président assure que l’évacuation se serait déroulée « dans le calme » et qu’en outre l’École « ne cesser[ait] de s’efforcer de répondre depuis plus d’un an » à la détresse à laquelle nous sommes confronté.e.s.

Considérant cette version comme trompeuse sinon honteuse, l’Assemblée Générale des étudiant.e.s réunie le lundi 8 février tient à rétablir ici son propre récit des événements.

D’abord, nous souhaitons réaffirmer que les dits « occupants entrés par effraction” étaient en fait des étudiant.e.s de l’École, précaires pour la plupart, isolé.es depuis des mois et mobilisé.es depuis quelques semaines dans le but de revendiquer l’accès – dont nous sommes privé.es depuis le début de l’année – à des espaces communs d’échange, de discussion et d’entraide au sein de l’EHESS. Face au tout-distanciel qui nous retient chacun.e chez soi, enfermé.e derrière son écran, face à la fermeture des locaux à tous.tes les non-doctorant.es, face aux refus répétés de l’administration de nous octroyer l’accès à une salle pour travailler à plusieurs ou pour organiser des assemblées générales au format hybride, face à l’incapacité manifeste de la mission vie étudiante de donner suite à nos diverses propositions d’aide alimentaire, d’épicerie ou de cantine solidaire et de soutien dans des délais décents et face à l’urgence criante de notre détresse, nous avions décidé de rompre l’isolement en nous réappropriant la Brêche et la salle étudiante, uniques lieux de vie collectifs dédiés aux étudiant.es dans l’Ecole. Depuis sa création lors d’une occupation par les étudiant.es en 2016, la Brêche est un espace de rencontre, de solidarité et d’échange scientifique, politique et artistique.

A nos revendications pour le droit à étudier et à vivre dignement, la Présidence de l’EHESS a aussitôt répondu non pas par le dialogue ou la « tentative de dialogue » mais par l’intimidation puis par la répression. La dizaine d’étudiant.es qui dormaient dans la Brêche ont été réveillé.es et expulsé.es non pas « dans le calme » mais par l’irruption à coup de bélier d’une centaine de policiers armés et munis de boucliers. Certain.es ont été attrapé.es par le cou, deux autres ont été menottés, les étudiant.es étranger.ères mis.es en danger. Le recours aux forces de police par l’EHESS en son sein constitue une première historique et une réponse scandaleuse aux multiples violences que nous subissons déjà.

Alors que l’EHESS attend toujours son assistant.e social.e propre depuis 2017 (une promesse d’élection du Président Christophe Prochasson) et que nous devions attendre plusieurs semaines avant de voir peut-être se concrétiser notre projet d’épicerie solidaire, nous avons été surpris.es de constater que l’administration avait su débloquer instantanément les fonds nécessaires à l’embauche de plusieurs vigiles supplémentaires pour renforcer le dispositif de « sécurité » à l’entrée du 105 et du 54 bd Raspail (c’est-à-dire en bloquer l’accès) dès lundi matin. Si quelques séminaires (les troncs communs et les ateliers de méthodologie, à l’exception de tous les séminaires de recherche) sont supposés reprendre en mode hybride à partir du 15 février, l’accès à l’École sera toujours impossible pour les étudiant.es non pourvu.es de l’autorisation écrite d’un.e professeur.e pour un créneau horaire défini et limité.

Pour remédier à l’isolement, à la détresse psychologique et à la dégradation des conditions d’étude, nous revendiquons :

  • La reprise immédiate de tous les séminaires (y compris les séminaires de recherche) au format hybride
  • L’accès autonome et sans réservation à des salles de travail
  • L’accès gratuit à un suivi psychologique spécialisé
  • Des aides financières inconditionnelles, l’augmentation des bourses, l’autogestion étudiante de la CVEC, un salaire étudiant et l’extension du RSA dès 18 ans
  • Le déblocage des fonds annoncés et consacrés aux initiatives étudiantes (épicerie solidaire, création artistique, activités sportives, etc.)

Pour faire entendre ces revendications, pour dénoncer nos conditions de vie matérielles et psychologiques désastreuses, aggravées par les confinements successifs, la perte de nos emplois et l’isolement, pour dénoncer les discours lénifiants, le mépris et l’inaction sidérante de l’administration qui prétend résoudre tout cela avec des clés 4G et des cafés virtuels, pour lutter ensemble contre la répression policière et les violences institutionnelles et d’Etat, nous appelons les étudiant.es, personnel.les et enseignant.es-chercheur.ses de l’EHESS et de toutes les universités à se mobiliser et à s’organiser pour la réouverture des établissements et pour une gestion autonome et solidaire de notre avenir.

A tout à l’heure !

L’AG des étudiant.e.s de l’EHESS.

Prochaine date : Assemblée Générale étudiante, lundi 15 février à 13h.

NB:

Nous profitons de ce mail pour affirmer que l’AG étudiant.e.s, bien que solidaire de l’occupation et des occupant.e.s ayant subi la répression policière, se désolidarise de l’une des banderoles sur laquelle on pouvait lire « Ceci n’est pas une occupation, Darmanin n’est pas un violeur ». Les violences sexistes et sexuelles ne peuvent être traitées sur le mode du raisonnement par l’absurde. L’AG des étudiant.e.s affirme son engagement à lutter contre les violences sexistes et sexuelles au sein de l’Ecole, comme dans la mobilisation. La création d’un comité en mixité choisie, déjà évoquée dans les jours précédents l’occupation a d’ailleurs été actée lors de l’AG du 8 février.

Solidaires Étudiant-e-s Ehess
Contactez-nous à solidaires_ehess@riseup.net
Suivez-nous sur facebook : https://facebook.com/sud.ehess/
Permanences syndicales chaque mardi de 12 à 14 heures

Envoyé: Vendredi 12 Février 2021 15:19:42

Objet: [discussions-debats] La présidence descendra-t-elle de sa tour d’ivoire ?

Le syndicat Solidaires Etudiant.es relaie la demande des étudiant.e.s rassemblé.e.s ce matin devant les locaux de l’EHESS pour la solidarité étudiante et contre les violences sociale, policière et d’Etat.
——

Les étudiant.e.s réunies ce matin suite à appel de l’AG du 8 février ont tenté d’engager un réel dialogue avec la présidence pour lui exposer de vive voix les revendications déjà transmises à de multiples reprises. Après avoir envoyé la police sur ses étudiant.e.s, la présidence refuse de descendre négocier et de les rencontrer collectivement. Nous prenons acte de la manière dont la présidence répond à la détresse et aux difficultés étudiantes.
Nous, étudiant.e.s mobilisé.e.s de l’EHESS, continuerons le mouvement et appelons tous.tes les étudiant.e.s de l’EHESS à nous rejoindre en assemblée générale ce lundi 15 février à 13h.


Solidaires Étudiant-e-s Ehess

  1. La rédaction cherche une photo de la banderole violette et verte bien connue. Écrire à la rédaction []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.