Peut-on mener des recherches sur la guerre en étant financé∙e par le Ministère des Armées?

Le difficile pas de deux entre militaires et chercheurs

Peut-on mener des recherches sur la guerre tout en étant financé par le ministère des armées ? La question divise le milieu académique. État des lieux d’une recherche à l’indépendance fragile…

es lecteurs de L’Obs ont assisté cet automne à une vive controverse par tribunes interposées autour du lien entre les opérations extérieures de l’armée française et les actions terroristes sur le sol français. L’étincelle, venue du monde artistique et intellectuel, mit le feu au poudre du baril académique.

Quatre tribunes (ici, ici, ici et ) de chercheurs se sont succédé pour y répondre, les unes soutenant que l’usage de la force est indispensable et légitime pour défendre la France « attaquée pour ce qu’elle est et non pour ce qu’elle fait », les autres critiquant une guerre nourrissant le terrorisme par sa violence n’épargnant pas les civils. Derrière cet affrontement par voie de presse, se cache un débat jamais mis sur la place publique mais très présent dans l’esprit de tous les protagonistes de cette controverse.

Comment peut-on mener des recherches sur la guerre – et en particulier celles que mène aujourd’hui la France – sans dépendre de l’armée ?

Comme toute la société française, le monde des sciences humaines et sociales a été ébranlé par les attentats de 2015. De partout, on voulait lui donner un sens, demandant aux chercheurs d’expliquer et d’interpréter ce retour du sang et des armes, inédit depuis plus d’un demi-siècle et les attentats de l’OAS.

L’armée ne tarda pas à comprendre l’intérêt qu’elle aurait à nouer des liens avec le milieu académique. En physique ou en biologie, sciences aux implications militaires si manifestes, les liens existaient de longue date, notamment à travers la puissante Direction générale de l’armement. Elle finance chaque année quelque 130 bourses de doctorat (missions aujourd’hui reprises par l’Agence de l’innovation de défense). Désormais, c’est vers les sciences politiques, la sociologie et l’histoire qu’elle se tourne.

Lire la suite sur le site de Mediapart

Illustration en bandeau: Des soldats du 2e régiment de hussards lors d’une cérémonie en hommage à deux soldats de l’opération Barkhane tués peu avant au Mali, le 8 janvier 2021 à Haguenau. © PATRICK HERTZOG / AFP


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.