Les universitaires et le droit du travail. Le congé maternité

  • par Barbara Schapira, maîtresse de conférences en mathématiques, Université de Rennes-1

On voit régulièrement, et pour cause, sur les réseaux sociaux ou dans les médias, de nombreux.ses universitaires se plaindre, à juste titre, de leurs conditions de travail. Bâtiments délabrés, heures supplémentaires en nombre, amphis surchargés et les paquets de copies délirants qui vont avec, misère étudiante, précarité des personnels, recours abusif aux contractuel·les … Tout cela est tristement banal. Sans parler maintenant de l’immense détresse des étudiant·es et universitaires liée à la fermeture partielle ou totale des universités depuis mars 2020, sans le moindre euro supplémentaire pour faire face bien entendu.

Je partage tout à fait ces constats dramatiques.

Mais régulièrement, au milieu de ces réclamations légitimes, on lit des témoignages étonnants, à propos des congés maladie ou maternité. Des collègues obligé·es de corriger 300 copies après un accouchement, de reporter leurs heures d’enseignement au retour de congé maternité, de s’occuper elles-mêmes d’embaucher des enseignant·es pour les remplacer pendant le congé maternité…

Il y a  beaucoup à dire sur les inégalités H/F liées à la maternité et aux tâches domestiques liées à l’éducation des enfants.

Mais les femmes ont, au fil du temps, en France, obtenu des droits. Y compris à l’université. Le congé maternité des enseignantes et enseignantes-chercheuses est régi par la circulaire de 2012.

Une universitaire en congé maternité pour son premier ou deuxième enfant a le droit à 16 semaines de congé (sans mail, sans copie, sans contact obligé avec le travail, et sans surcharge de travail liée à l’embauche d’un.e remplaçante) et à un demi-service d’enseignement.

Une universitaire enceinte n’a pas à se soucier ni de la gestion des ressources humaines de son établissement (embauche d’un·e remplaçant·e), ni du budget de son établissement (budget pour la remplacer). Une universitaire aussi exceptionnelle soit-elle n’est pas irremplaçable. Si un cours ne peut pas avoir lieu une année pour congé
maternité, il aura lieu l’année suivante. Ce n’est pas de la responsabilité individuelle de la femme enceinte de s’assurer du respect des maquettes de formation.

Chères collègues, par respect pour votre bébé né ou à naitre, pour celles qui ont bataillé pour ce texte, et pour celles qui suivront, faites respecter ce droit qui est le votre à un congé maternité digne de ce nom.

Chers collègues, par respect pour vos collègues, vos femmes, vos enfants nés ou à naitre, pour le droit et l’égalité, faites respecter ce droit.

Il y aurait beaucoup plus à dire sur ce sujet.

https://www.flickr.com/photos/37195641@N03/28455951261/in/photolist-KmybVk-7cuymw-4FoUUD-4sT4hK-6T2oFQ-7dF24K-7fWqc4-KwSRxQ-2dnXHE2-e6sBeV-cfCkbG-9KX8KX-Gp1ec6-6EQL55-awTqLt-doriY7-6sqMLs-4FSDct-p4Rkzh-aTbapt-ocUQBr-pph19S-7Yhw8D-3YMfMT-4U5oRg-KZ6bP-csy2kL-H6KXTq-56RN2X-UdpZh5-5Be6g-N3BimD-5tenQB-9JLTxk-5iK3kt-cD9275-bczSZg-8UtxsW-ag3pLP-ijpAq-sMNniL-9HJXtT-7Cnjed-2FzvxZ-METC-8PHG7Y-7TWUBN-77tsdA-EejVUW-6qEC3h

The Baby’s Feet, by lwtt93, 2016

Le texte ne garantit pas le droit des collègues contractuelles ou vacataires, mais rien n’interdit de leur appliquer la même règle, et de faire voter au CA un texte garantissant cela.

Le texte ne garantit pas que les collègues récupèrent des enseignements qu’elles ont dû laisser pendant leur congé maternité mais rien n’interdit qu’on leur permette de le faire, et que le conseil d’UFR vote cela.
Le texte n’est pas bien connu partout mais rien n’interdit d’aller vérifier auprès de vos collègues enceintes qu’elles sont bien au courant.

Le texte ne garantit pas l’absence de soucis, par exemple si le congé maternité doit être allongé en dernière minute, avant ou après les dates officielles, par un congé maladie, mais il garantit le congé maternité.

Le texte ne garantit pas, enfin, que votre directrice ou directeur de département ou  d’UFR sera bienveillant·e et respectueux·se du droit. Mais les syndicats sont là pour cela, contactez le syndicat le plus actif de votre établissement, ou de votre académie, il vous accompagnera pour faire respecter le droit.

Les chargé·es de mission pour la parité, l’égalité et contre les discriminations peuvent également être de bon conseil et faire évoluer les pratiques dans votre établissement1.

Le droit à congé des universitaires est régi par un texte récent et imparfait, mais bien meilleur que la situation précédente. Faisons-le respecter, par respect pour notre profession, pour nous-mêmes.

#ResistESR


Pour aller plus loin

  1. NDLR: ce n’est pas nécessairement toujours le cas. Pour votre pleine information, reportez-vous à Université de Lorraine. Qui doit se former aux questions de harcèlement et de violences sexistes et sexuelles à l’Université ?, 29 décembre 2012. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.