La #cancelculture pour les nuls

Faire taire : tel est l’objectif que se donnent celles et ceux qui pratiqueraient — consciemment ou non — la cancel culture. Depuis quelques mois, on assiste à une recrudescence de commentaires sur l’existence d’une #cancelculture à la française, qui consisterait à déboulonner les statues, à « couper la République en deux » (Emmanuel Macron), ou plus pratiquement, à entraver la tenue de « débats »1 ou à censurer des oeuvres2.

Il est pourtant une #cancelculture bien française, qui se reconnaît difficilement comme telle, et qui se pratique dans l’espace de communication feutrée des universités : le harcèlement sur les listes professionnelles, à l’endroit des jeunes chercheurs et, plus souvent encore, des jeunes chercheuses.

Pour ce billet, nous nous appuyons sur les archives de la liste Theuth, spécialisée en épistémologie et histoire des sciences. Nous ne souhaitons pas particulièrement stigmatiser une liste de diffusion qui a été, par le passé, un beau lieu de débat professionnel et scientifique. Cette liste en effet n’est pas modérée a priori3, ce qui favorise les débats ou les échanges. Elle diffère ainsi grandement des listes où les modérateurices, en autonomie ou soumis·es à un protocole complexe de censure, comme H-France, Histoire eco, la liste de diffusion de l’Association française d’histoire économique4, ou encore geotamtam, qui regroupe des centaines de géographes; ces listes sont modérées a priori ; les lecteurices n’ont pas accès aux épiques échanges invisibles ont lieu avant la publication ou la censure — ni même idée de leur existence, puisqu’aucune justification publique et régulière de l’activité de modération n’est jamais publiée sur lesdites listes. Parmi les sujets les plus censurés sur ces dernières listes citées, on trouve ainsi toutes les considérations touchant aux conditions de travail et d’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche, jugées « non scientifiques », ou sans rapport avec l’objet de la liste de diffusion, et plus récemment, les informations touchant aux attaques contre les « libertés académiques ». C’est ainsi que, pendant des années, l’emploi dans l’ESR et ses conditions n’ont fait l’objet d’aucune discussion au sein de certaines sociétés savantes, les privant de facto d’un levier sur une évolution dégradant considérablement les conditions d’exercice et la science telle qu’elle se fait. En ce sens, Theuth n’est pas représentative de nombre de listes de diffusion universitaire et reste un espace professionnel bien vivant.

Meme sur Twitter, 10 décembre 2018

La conjonction entre un échange récent sur Theuth, à propos de l’Observatoire du décolonisme, et le fait que plusieurs membres, également membres de Vigilances Universités, y pratiquent de façon régulière le harcèlement sexiste et dominant à l’endroit de jeunes chercheuses et de jeunes chercheurs  — visant in fine à les faire taire — nous conduit aujourd’hui à resaisir le pseudo-débat autour du décolonialisme à l’université au prisme du harcèlement des subalternes de l’ESR5. Ce harcèlement prend plusieurs formes : en général, des interpellations à n’en plus finir sur l’usage « scandaleux » (sic) de l’écriture inclusive ou de la langue anglaise ; moins fréquemment, l’attaque ad hominem et l’injure publique6. Ces comportements, qui s’apparentent à du harcèlement avec ciblage spécifique des femmes et des jeunes chercheurs et chercheuses ne font pas l’objet d’une modération a posteriori effective7.

Le harcèlement professionnel ne laisse pas indemnes les membres d’une communauté scientifique. Plusieurs collègues ont d’ailleurs quitté Theuth, fatiguées des remarques sexistes continuelles. Dans le contexte récent de mise en lumière de l’association Vigilance Universités, à la manœuvre dans l’élaboration et la publication de plusieurs tribunes cette année8, la rédaction d’Academia a découvert avec stupéfaction que ceux-là mêmes qui prônaient le maccarthysme universitaire, pratiquaient quotidiennement le harcèlement sur une liste professionnelle bien familière. Attaques publiques et dévalorisation publiques apparaissent, sous ce nouveau jour, comme les deux mamelles de la domination professionnelle de ceux qui sont habituellement prompts à se poser comme victimes de la supposée #cancelculture des militant·es gauchistes9. Ce faisant, et sans modération de la part de leurs collègues titulaires, ce sont bien les « dominé·es » de l’ESR, les non-titulaires, les femmes et les personnes racisées, qui se trouvent privées d’un espace de travail serein. Il est ainsi plus simple de cancel celles et ceux à qui ces personnes malveillantes dénient toute légitimité ou qui, en raison d’une politique plus que malthusienne de l’emploi universitaire, ont intérêt à se taire, à oublier même certains sujets ou certaines pratiques de la recherche, s’iels veulent être un jour recruté·es.

Nous choisissons de reproduire trois réponses de la liste, sélectionnées au sein de son archive publique, avec l’accord de leurs autrices et de leur auteur, afin de donner à d’autres les moyens de se défendre contre la mâle #cancelculture à la française.

  1. Observatoire du décolonialisme, Vigilance universités et domination (janvier 2021)
  2. « Les convulsions qui indiquent la fin prochaine »: point médian, écriture inclusive et réactions d’arrière-garde (novembre 2020)
  3. Au revoir TheuthienNEs : quitter la liste pour en refuser le sexisme (décembre 2018)

#ResistESR

Observatoire du décolonialisme, Vigilance Universités et domination

Fin janvier, sur la liste de diffusion Theuth, un chercheur partage de façon badine une page satirique de l’Observatoire du décolonialisme à la bêtise confondante10. Un autre chercheur, membre de Vigilance Universités, surenchérit en questionnant le bien fondé du programme de recherche « Decolonizing Light » de l’université Concordia (Montréal). Aux yeux de ces chercheurs, ce projet de recherche est une nouvelle manifestation des dérives post-modernes à l’université. Un jeune chercheur, sensibilisé à la calomnie dont ce genre d’étude sur les sciences peuvent être victimes de la part des réseaux conservateurs nord-américains et français, décide d’intervenir :


From: Sylvain Lavau
To: Pierre Mounier-Kuhn
Cc: Yves Gingras, Laurent Loty, theuth <theuth@listes.univ-rennes1.fr>, Jacques Treiner, François Baskevitch
Subject: Re: [Theuth] Vient de paraître // Observatoire du décolonialisme
Date: Sun, 24 Jan 2021 19:23:39 +0000

Bonjour,

le site decolonialisme.fr est un site monté par des titulaires et émérites de l’enseignement supérieur français qui fantasment sur un prétendu entrisme des études décoloniales et de l’écriture inclusive dans les départements de sciences sociales à l’université, et qui mettrait en péril la recherche dans ces disciplines. Les personnes derrière « L’observatoire du décolonialisme » et ce site decolonialisme.fr sont pour beaucoup dans le collectif Vigilance Universités, qui regroupe principalement des gens de l’enseignement supérieur (majoritairement titulaires et émérites), et qui jusque là se concentrait, à coup de tribunes dans Marianne, sur le fait de monter des paniques morales à partir d’événements universitaires marginaux et anecdotiques, quand il n’est pas question de créer des mensonges purs et simples (par exemple la prétendue annulation du séminaire de Jean SZLAMOWICZ à Dijon sous prétexte de pressions de collègues, n’était en fait due…qu’à la grève massive de décembre 2019).

Le projet de recherche « decolonizing light » de l’université Concordia, qui en soit n’est qu’un programme assez banal de recherche trans-disciplinaire dont le but semble être d’étudier comment les discours scientifiques autour de la lumière en physique peuvent être chargés d’une histoire coloniale (et pas de remettre en question les théories physiques sur la lumière), a déjà été la cible des fantasmes de la droite nord-américaine en août 2020. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la personne qui a partagé ce projet de recherche pour le faire passer pour une n-ième dérive du « décolonialisme » à l’université, Laurent Loty, est l’un des membres les plus actifs du collectif Vigilance Universités. En effet, ce collectif, ainsi que les gens derrière « L’observatoire du décolonialisme », est composé en grande partie des professeur·es titulaires ou émérites, issu·es plutôt de la philosophie, de la littérature et de la linguistique (et n’ont aucune expertise en sociologie et a fortiori en études décoloniales), pour empêcher que puissent se développer des recherches innovantes dans l’université française.

Je mets l’accent sur l’aspect « titulaires et émérites » car c’est bien l’aspect central du problème : ces professeur·es utilisent leur position de pouvoir — à travers leurs relais dans la presse grand public et dans les ministères (ils et elles ont par exemple été entendu·es par le rapporteur des lois sur la loi sur les séparatismes, dans le but d’ajouter un volet « universités » à cette dernière) — pour calomnier des programmes de recherche majoritairement portés par des personnes précaires de l’ESR (jeunes chercheurs et chercheuses non titulaires). Ces professeur·es titulaires et émérites n’hésitent d’ailleurs pas à solliciter la ministre de l’ESR et Macron pour qu’iels surveillent et éventuellement interdisent les recherches en études décoloniales. C’est un recul énorme pour les libertés académiques, et notamment celles des précaires et des jeunes chercheur·ses, qui n’ont pas les moyens matériels et académiques de se protéger. Soulignons par ailleurs que les membres de Vigilance Universités — se disant pourtant très inquiet·es de l’état de l’Université française — étaient largement absents des manifestations contre la LPPR. Ceci n’est bien entendu pas un hasard.

Le site decolonialisme.fr de « L’observatoire du décolonialisme » s’inscrit dans cette stratégie politique puisque mis en ligne la semaine où Le Point faisait sa une sur « Décoloniaux, racialistes, identitaristes : enquête sur les nouveaux fanatiques » (les gens de cet observatoire et de Vigilance Universités sont d’ailleurs interrogé·es dans le dossier). En montant des paniques morales et des mensonges, leur but est de faire passer les études décoloniales en France pour quelque chose de dangereux et, à terme, les interdire.

Si vous avez besoin de plus amples informations (pour notamment rendre publics les mails du collectif Vigilance Universités qui soutiennent mes propos), je reste à votre entière disposition.

Cdt,
Sylvain Lavau

La réponse d’un autre membre de Vigilance Universités, lui aussi sur la liste Theuth, ne se fit pas attendre : ce membre commence par contester les compétences du docteur en mathématiques Sylvain Lavau pour émettre un quelconque jugement dans les disciplines couvertes par Theuth, avant d’expliquer que ses affirmations sont au mieux erronées, au pire ineptes. D’autre part, il l’accuse à demi-mot que son affiliation à une université Russe trahirait son affinité politique pour un certain stalinisme (sic). Il conclut :

Je respecte vos compétences, je vous respecte en tant qu’individu, je respecte les membres de cette liste. À mes yeux, ce n’est pas de la politesse, c’est une méthode: si je ne diffame pas publiquement mes interlocuteurs, c’est un peu par respect pour moi, beaucoup pour tenter d’être rigoureux: je sais que ça ne m’avance à rien d’affirmer que les triangles sont isocèles quand cela me plaît et qu’en revanche, ça m’apporte beaucoup d’imaginer que la personne avec laquelle je dialogue en sait beaucoup plus que moi. Après se construit l’espace du débat, de la controverse s’il le faut, autour d’hypothèses, de raisonnements.
C’est aussi la délicate construction de cet espace qui fait à mes yeux l’intérêt de l’épistémologie et, plus concrètement, celui de la liste theuth.


Le jeune chercheur, victime de cette calomnie, répondit sans s’appesantir pour ne pas alimenter plus avant un quelconque débat stérile et usant, et couper court à la discussion :

From: Sylvain Lavau
To: Eric Guichard
Cc: ‘theuth’ <theuth@listes.univ-rennes1.fr>
Subject: Re: [Theuth] Vient de paraître // Observatoire du décolonialisme
Date: Mon, 25 Jan 2021 08:42:41 +0000

Bonjour,

Le mail d’Eric Guichard (lui même membre de Vigilance Universités) à mon encontre illustre tout à fait les méthodes d’intimidation de ce collectif envers les jeunes chercheur·ses. Je vais donc répondre succinctement puisque ça ne mérite pas d’autre réaction :

    1. cher Éric il faudrait commencer à lire un site dans son ensemble : sur mon site il est aussi marqué que j’ai une licence de sociologie et un master de philosophie des sciences, et que je commence à produire de la recherche dans ces disciplines. Je suis tout à fait intégré dans le milieu de la recherche sur les sciences et je suis tout à fait au fait du fonctionnement des SHS (sans même parler du fait que j’ai étudié à l’EHESS…). Je vous prie donc de retirer toutes les insinuations condescendantes d’illégitimité à mon encontre.
    2. si je suis dans une université russe c’est tout simplement parce que la France n’offre pas de postes. J’ai dû me résoudre à l’exil (les frontières russes sont actuellement fermées) car ils m’offraient un salaire et des conditions de travail acceptables sur un contrat qui dure plus d’un an. Je n’ai pas vu de telles conditions de travail en France depuis des années, sinon je serais bien resté. L’exode (ou l’abandon) forcé des jeunes chercheur·ses est réel et a des conséquences importantes sur leur équilibre psychologique et social. Mon départ de France est une illustration matérielle des réformes successives qui appauvrissent l’ESR depuis une quinzaine d’années. Mais cela, cher Éric, vous l’auriez su si vous étiez venu manifester à nos côtés contre la LPPR au lieu de vous inventer des fantasmes au sein de votre collectif.

Cdt
S.L.


« Les convulsions qui indiquent la fin prochaine »: point médian, écriture inclusive et réactions d’arrière-garde

Enième diatribe sur l’écriture inclusive sur la liste Theuth ; attaque explicite d’une jeune collègues et réponse sur l’usage légitime du point médian. L’autrice de ce message nous précise qu’elle avait choisi de prendre position publiquement parce que « la personne visée par ces mails recevait en privé des messages d’insultes ».


From: Zoë Dubus
To: Igor55565, Naïs Virenque, Fabrice FLIPO
Cc: Robert Alessi, Theuth <theuth@listes.univ-rennes1.fr>
Subject: RE: [Theuth] Atelier de lecture à propos de la crise écologique et de la justice climatique
Date: Thu, 19 Nov 2020 13:44:45 +0000


Il me semble impossible de ne pas réagir à la bêtise et à l’agressivité de certains des messages envoyés sur cette liste au sujet de l’écriture inclusive. Messieurs, vous faites partie d’un monde archaïque en train de disparaître et vos efforts pathétiques pour le maintenir sont d’habitude la risée de la plupart de vos collègues. Ainsi, monsieur Ly, je ne vous connais que parce qu’un échange de mail a circulé dans lequel vous vous faisiez vertement remettre à votre place lors d’une de vos innombrables diatribes contre l’écriture inclusive par une femme de votre laboratoire.
Il est en revanche absolument intolérable que Madame Virenque fasse l’objet de telles attaques personnelles ; d’abord parce que ce type de comportement est inacceptable dans tous les cas, ensuite parce que cette personne a eu la patience et la bonté de vous répondre avec politesse.
Pour terminer je vous signalerai à toutes fins utiles que ma thèse, ainsi que celles de nombre de doctorant·es de ma génération, sera rédigée en écriture inclusive. La plupart de mes autres écrits le sont aussi, je la pratique dans mes cours à l’oral. La majorité des courriers que je reçois de la part de l’administration de mon université sont écrits en écriture inclusive. De plus en plus d’administrations de la fonction publique et d’entreprises privées en font autant.
Votre entêtement et vos insultes n’y feront rien : le monde change, il le fera sans vous. Vous ne serez bientôt qu’un lointain souvenir et votre acharnement lamentable contre l’élaboration d’une langue moins sexiste nous fortifie dans cette certitude : ce ne sont que les convulsions qui indiquent la fin prochaine.
Zoë Dubus


Au revoir TheuthienNEs : quitter la liste pour en refuser le sexisme

Le texte suivant tire les conséquences d’une séquence d’échanges professionnels initiés à l’occasion de la parution d’une annonce de soutenance de jury d’habilitation à diriger les recherches composé uniquement de membres masculins.


From: Christelle Rabier <christelle.rabier@gmail.com>
To: theuth@listes.univ-rennes1.fr
Subject: [Theuth] Au revoir TheutienNEs
Date: Thu, 6 Dec 2018 20:55:24 +0100

Chères et chers collègues11,

je remercie les unes et les autres pour leurs interventions constructives – en particulier la question de l’injure publique, qui d’un point de vue légal, est donc un délit, même sans son aggravation pour ses dimensions sexistes, racistes ou homophobes, mais qu’on peut interpréter aussi d’un point de vue interactionniste et linguistique- à l’occasion de cet échange, initié – pour rappel – par la surprise occasionnée par la composition sexuée d’un jury d’habilitation à diriger des recherches, soit à l’encadrement de doctorantEs.Voilà 20 ans que je suis membre de cette liste à peu près, et, à mon sens, membre active. L’intérêt de cette liste, outre l’information active et passive, résidait à mon sens dans son caractère non modéré et sa fonction professionnelle : organiser un espace de discussion à propos des pratiques professionnelles relevant de la 72e section. Je rends un hommage ici public à Hélène Gispert, à Catherine Goldstein et à Sophie Roux, pour avoir contribué par leurs messages à ces débats. Elles ne sont pas les seules sans doute, mais leur action et leur discours furent, à mes yeux, essentiels à ma formation continue sur des sujets aussi divers que le nombre de postes ouverts relevant de la 72section, l’accès ouvert et l’évaluation – pour ne citer que ces thèmes.

Ce qui vient de se passer sur Theuth me conforte dans l’idée que cette liste ne sert plus cette fonction d’échange professionnel, qui ne saurait se réduire à la défense de la langue française, quand zéro poste de MCF et de PR relevant de cette section a été créé l’an passé12 sinon à Science Po. Cela est sans parler des conditions de travail de nos jeunes collègues, hommes et femmes, qui enchaînent après leur thèse qu’on espère financées, des contrats aux vertus variées pour leur épanouissement personnel et professionnel.

La question du sexisme – plaie des relations sociales et universitaire – fait sur Theuth l’objet d’un traitement particulier : aucun débat sur le fond ; des piques répétées à l’égard de collègues féminines qui s’interrogent : et, pour finir, une justification de cet état de fait pour des raisons financières, calendaires et scientifiques. « Sans oublier la nécessité d’éviter les conflits d’intérêt ». Imaginez un instant qu’un collègue masculin en position d’encadrer des étudiantEs balaye d’un revers de main en 2018 les inquiétudes formulées13 ne laisse pas de me surprendre. Sur la liste, j’ai reconnu à plusieurs reprises différentes attitudes sexistes visant à disqualifier une parole féminine, à la « mansplainer » ou simplement ignorer une polémique sexiste. L’attitude du modérateur est à cet égard exemplaire : il s’offusque de l’injure publique formulée de façon ponctuelle, pas de l’humiliation verbale et répétée de jeunes collègues féminines.

Plus généralement, on peut légitimement s’interroger, alors que le formidable mouvement féministe initié par #Metoo ne peut être resté au seuil de l’université. Quelles formes de brimades sexistes ou harcèlement de diverse nature connaissent-elles ? De quelle protection les étudiantes et les collègues féminines reçoivent-elles ? Quelle est la position de la section 72 sur les promotions différentielles entre hommes et femmes ? La liste de diffusion n’a pas l’honneur de recevoir informations et questionnements collectifs à ce sujet. Bien au contraire, j’ai envie de dire : elle préfère faire taire un homme au nom de Lounès, alors qu’un Laurent a pu officier pendant des années sans qu’on y trouve à redire.

Peut-être la période est-elle à l’enflammement. Soit. Les personnes qui se sentent visées peuvent certainement engager une procédure pénale : cela ne relève pas de la liste. Une suspension temporaire de M. [Lounès] Chikri aurait été compréhensible, pour calmer quelques ardeurs, si elle engageait un débat collectif sur les objets de cette liste, sa police et ses finalités ; la décision – prise, officiellement après avoir pris avis, apparemment par le seul « modérateur », est simplement inacceptable.

Pour moi, la messe est dite – et je vais me retirer sur mes terres marseillaises où les combats contre le racisme, le mépris de classe et pour la dignité des habitantEs, quelle que soit leur nationalité et leur fortune, et ceux en faveur de la défense du droit à l’enseignement supérieur, prend désormais le pas sur le reste.

Bonne continuation à toutes et à tous,

Christelle Rabier


*
*   *

Concluons sans autre forme de procès avec une caricature qui a circulé sur la liste après une énième « polémique » sur l’écriture inclusive. Fantasme de science, naufrage de la vieillesse?

Sur Academia, voir également

  1. Entendre « soliloques » le plus souvent, à l’instar de la conférence annulée à l’Université de Bordeaux-Montaigne en octobre 2019. []
  2. En ce qui concerne la pièce des Suppliantes d’Eschyle, empêchée de se tenir à la Sorbone le 25 mars 2019 : les manifestations anti-racistes avaient été motivées par la fuite de photos faisant état de l’usage du blackface lors des répétitions. Ce n’est qu’après cette représentation avortée que le metteur en scène, Philippe Brunet, a choisi d’utiliser des masques, respectant ainsi par ailleurs la tradition antique. []
  3. Il en existe d’autres, parmi lesquels la liste de diffusion de l’Association nationale des candidat·es aux métiers de la science politique (ANCMSP). []
  4. Nous avons pu avoir comme justification à la non-publication d’un message touchant les conditions de travail universitaire, envoyé sur cette liste, que ledit message était passé sur celle de l’Association française de l’histoire des mondes du travail (AFHMT), liste proche par ses objets, non modérée a priori et qu’il n’était pas donc pas besoin de le publier sur Histoire eco ! []
  5. Nous invitons celles et ceux qui n’ont jamais eu vent de cette liste d’entrer Theuth dans le moteur de recherche de Twitter et d’y lire les commentateurs humoristiques ou désabusés des jeunes ou moins jeunes collègues. []
  6. Exemple rapporté par Alexandre Moatti le 5 décembre 2018 : « Du rififi sur la liste d’histoire des sciences Theuth. Un collègue défend le PIR et Bouteldja en traitant un autre collègue d’âne bâté, et en donnant en fin de courriel les définitions d »âne’ et de ‘bât’. Ambiance. #VivreEnsemble« . []
  7. Pour être précis, elle existe, mais elle est vraiment très peu utilisée, et la justification frise quelquefois le ridicule. Nous n’avons souvenir que d’une exclusion, celle d’un certain Lounès qui avait injurié un autre membre de la liste. []
  8. Ayant soutenu le Manifeste raciste dit « des 100 », devenu « des 90 », prônant la mise en place d’une police politique supervisant le contenu de la recherche en sciences sociales. []
  9. Pour une posture identifique, voir « La gauche cannibale, un syndrome universitaire » de Rick Fantasia, Le Monde diplomatique, août 2019, p.6-7. []
  10. Nous renvoyons aux différents billets de l’Observatoire du décolonialisme et des idéologies indigénistes, pour saisir ce que nous qualifions de « bêtise ». []
  11. Version à peine remaniée de l’archive publique disponible ici, consistant à des corrections ortho-typo et de légères reformulations pour clarifier le sens. []
  12. Source : https://academia.hypotheses.org/suivi-des-recruments-2018-2019/72-epistemologie-histoire-des-sciences-et-des-techniques-campagne-2018-9 []
  13. Le candidat à l’HDR s’était offusqué qu’on s’interroge sur la composition genrée de son jury, la justifiant par la difficulté de trouver les bons spécialistes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.