Où sont les femmes dans les médias scientifiques ?

Le texte ci-dessous est issu d’une communication présentée le vendredi 29 janvier 2021 à la journée « Femmes scientifiques à la Une ! Comment améliorer la représentation des femmes scientifiques dans les médias ? » organisée par Sciences et Médias à la BNF. 

Où sont les femmes dans les médias scientifiques ?

Quelques éléments de diagnostic quant aux représentations des femmes dans les médias scientifiques, avec une entrée par les produits culturels scientifiques destinés à la jeunesse.

L’enfance et la jeunesse sont en effet des moments cruciaux pour la formation des rapports aux sciences – le goût, l’intérêt, les aspirations… Tous les contenus qu’on fréquente et qu’on consomme à ce moment-là ont un impact fort sur la possibilité ou non de développer goûts et pratiques scientifiques.

Explorer la culture scientifique

La notion de « culture scientifique » permet de décrire l’ensemble des pratiques et objets culturels et de loisir liées aux sciences :

  1. les sorties : visites dans des musées, des centres de culture scientifique, technique et industrielle, des expositions… ;
  2. la lecture : sur papier ou écran (supports de vulgarisation ou médiation ou textes qui évoquent des personnages ou activités scientifiques) ;
  3. l’audiovisuel : émissions, vidéos en ligne… ;
  4. pratique amateur et ludique :  coffrets de chimie ou d’expériences, microscopes, télescopes, robots, maquettes, clubs et associations…

Le constat : minoration, invisibilisation et stéréotypisation des femmes

Lorsqu’on observe de près les contenus de cette culture scientifique jeunesse – on constate qu’elle est conçue à destination des garçons, et non des filles. Grâce aux enquêtes de corpus récentes, on peut identifier trois règles qui régissent la représentation des femmes :

  1. Une règle de minoration des femmes. Tous supports confondus, on y trouve représentés à peu près deux fois plus d’hommes que de femmes
  2. Une invisibilisation des femmes scientifique. L’écart sexué s’accroît pour le statut scientifique : les femmes de sciences sont presque invisibles dans les musées, manuels scolaires, magazines spécialisés, dessins animés…
  3. Une forte stéréotypisation. Lorsqu’elles sont présentes, les figures féminines sont souvent porteuses de stéréotypes. Ce sont des femmes passives, voire considérées comme des objets, et cantonnées aux domaines jugés féminins (la nature, la maternité, le soin de l’autre…).

Quelques exemple dans chaque catégorie pour illustrer ces phénomènes.

Musées de l’homme… musées d’hommes

Quand on mêne l’enquête au Palais de la Découverte ou à la Cité des Sciences, on constate que les frises historiques, documents et activités des expositions présentent presque exclusivement des scientifiques masculins. Les femmes, même non-scientifiques, y sont rares.

Au Palais de la Découverte, par exemple, la salle de physique permanente « Lumière » présente plus d’une centaine d’hommes, mais seulement six femmes — on y voit donc (en cherchant bien !) autant de femmes que de portraits d’Albert Einstein.

Dans les imprimés

En matière d’imprimés, ce sont les manuels scolaires qui sont la source de contenu culturel scientifique la mieux analysée grâce entre autres au travail du Centre Hubertine Auclert. Ce dernier montre que les manuels de maths contiennent une femme pour 5 hommes et ne mentionnent que 3,2 % de femmes scientifiques célèbres.

Les études de corpus sur la littérature jeunesse font des constats similaires : deux tiers des encyclopédies et ouvrages documentaires pour la jeunesse étudiés par C. Détrez ne présentaient que des personnages masculins. Dans quasiment tous les titres consultés, seuls des hommes étaient représentés en train de pratiquer les sciences. Quand les ouvrages documentaires mettent en scène des filles, c’est trop souvent pour les placer dans des rôles stéréotypées : porter un bébé, bronzer, faire la cuisine, regarder les garçons… ou encore illustrer une page intitulée « Et si nous n’avions pas de cerveau ? ». Ces livres documentaires et scientifiques jeunesse ne se contentent pas de véhiculer le sexisme. Ils participent à sa justification en naturalisant les différences sexuées.

Qu’on se penche, en France ou dans le contexte anglo-saxon, sur la presse scientifique en ligne ou traditionnelle, les résultats convergents. Côté jeunesse, le cas de la revue Science et Vie Junior est tout particulièrement révélateur. En 2013, le magazine mettait en scène dans ses pages près de trois fois plus d’hommes que de femmes. Entre 2011 et 2020 (= 9 ans), il n’y a pas eu la moindre femme seule en couverture du magazine, alors que plus de 30 % des premières pages sont occupées par des personnages masculins. Par contre, les représentations stéréotypées –– par exemple le motif de la femme objet –– ne manquent pas.

Audiovisuel : scientifique fou, nom masculin

À l’écran aussi, les femmes sont les grandes absentes des laboratoires . Dans les années 2010, on compte 1 femme de science pour 7 hommes au cinéma.

Dans l’offre jeunesse, C’est pas sorcier n’échappe pas à la règle : pour la saison 2012-2013, tout statuts confondus, l’émission donnait la parole à 71 % d’hommes et 29 % de femmes. La même année, 87 % des personnages scientifiques des dessins animés diffusés sur les grandes chaines de TV française étaient des hommes.

Jeux et jouets scientifiques de garçons

Un bref aperçu des coffrets sciences disponibles dans le commerce illustre une fois de plus la règle de minoration des femmes. En 2018, la marque leader du marché proposait 56 coffrets sciences illustrés d’un petit garçon pour 11 coffrets mixtes ou illustrés d’une fille seule. Si année après année les personnages féminins gagnent du terrain, leur légitimité scientifique est loin d’être acquise. Le marketing genré envoie toujours un message clair : aux garçons les sciences et techniques ; aux filles la beauté et la création.
Quelles perspectives ?

Une fois le diagnostic posé, reste la question de l’avenir : la tendance est-elle à l’amélioration ? Ces dernières années ont vu une certaine prise de conscience et un progrès en matière de représentations de femmes dans le champ scientifique. On peut désormais citer de nombreuses initiatives qui mettent en évidence soit l’existence et l’importance des femmes dans l’histoire des sciences soit la possibilité pour les jeunes filles de s’identifier à des figures scientifiques.

Pour n’en citer qu’un tout petit nombre : l’installation de 3 reproductions d’hominidées femmes au musée des Confluences (qui n’a pas manqué de causer stupeur et controverses, d’ailleurs, car est-il bien raisonnable de représenter l’humanité par des femmes ?) ; le retour d’une fille en couverture de Sciences et Vie Junior après 10 ans d’absence ; le succès d’un film comme Les Figures de l’ombre ou encore la création de LEGO  « Les femmes de la NASA »…

La recherche récente nous montre à quel point les représentations transmises par la culture scientifique pèsent dans l’élaboration des imaginaires des individus, et peuvent contribuer à faire évoluer leur perception des sciences et des métiers associés. Chez les enfants, quelques exemples suffisent à faire bouger ces imaginaires en formation. Les producteur·ices de contenus  ont donc un rôle majeur à jouer pour rendre les sciences plus inclusives et la suite de cette journée ira dans ce sens et donnera des outils pour lutter contre la minoration, l’invisibilisation et la stéréotypisation des femmes dans les médias scientifiques.

Où sont les femmes dans la politique de recherche française ?

La question de la représentation des femmes scientifiques ne doit cependant pas éclipser les vraies femmes de sciences : celles qui sont dans les laboratoires et les bureaux en train de faire la recherche scientifique française.

Cela nous amène à une nouvelle question :

Quelle considération pour les chercheuses, les enseignantes et les femmes du personnel de bibliothèque, ingénieur, administratif et technique qui fait tourner nos universités ? Bien peu. Beaucoup beaucoup trop peu.

Le 24 décembre dernier, en guise de cadeau de Noël, la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) a été promulguée en dépit de l’intense résistance du monde universitaire mais aussi contre l’avis de plusieurs instances – parmi elle le Conseil économique, social et environnemental et le Haut Conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes.

Comme l’établit la note Vigilance égalité à partir de l’audition d’expertes et experts : « Ni la question de l’égalité entre les femmes et les hommes, ni celle d’une approche du genre dans la recherche, ni l’objectif prioritaire d’attirer les jeunes filles vers les sciences ne sont manifestement pris en compte » dans la loi.
Le constat, qu’Academia a déjà relayé, est catastrophique.

Malgré quelques ajouts de dernière minute pour tenter d’amender le projet, la loi promulguée demeure indigente en matière d’égalité des sexes. Au mieux, elle ne corrigera pas les inégalités actuelles dans le monde scientifique. Au pire, elle les renforcera. Aucune campagne d’information sur les métiers scientifiques ne pourra contrer les effets structurels de la loi sur les véritables conditions d’exercices de ces métiers.

Précarisation, exclusion et discrimination des femmes scientifiques

Les femmes se trouvent déjà dans une position dominée dans le champ scientifique – du fait des « plafonds », « parois de verre » et inégalités salariales qui font obstacle à leurs carrières, mais aussi parce qu’elles sont majoritaires dans les emplois précaires, et enfin du fait violences sexistes et sexuelles qui y ont cours. Or deux des mesures les plus controversées de la loi, la mise en en place des recrutements par les chaires junior (ou tenure-track) et celles des CDI de projet, leur seront particulièrement néfastes.

Comme le rappellent avec force les auditionnées par le Haut Conseil à l’égalité : « Ni la précarisation ni la compétition ne sont favorables à l’excellence des chercheuses » et « toutes les mesures passées du même type ont défavorables pour les femmes » (C. Goldstein).

***

Dans les médias scientifiques, les femmes sont réduites à une minorité invisible et stéréotypée. Mais ce que l’évolution actuelle de la politique de recherche leur promet est bien pire puisque précarisation, exclusion et discrimination risquent de devenir les règles de la participation féminine dans le champ scientifique.

Tant que tous les signaux d’alerte continueront d’être ignorés – qu’ils concernent la place des femmes en sciences, le fonctionnement de la recherche française ou encore, aujourd’hui, la souffrance étudiante – il est bien difficile de trouver l’espoir et la conviction d’une amélioration à venir.

Pourtant, nous persistons.
Les sociologues Tania Angeloff et Nicole Mosconi ont écrit que l’enseignement du genre, de l’égalité, est un métier de Pénélope : un travail toujours recommencé dans lequel pour tout ce qui est fait, autant est défait. C’est aussi un métier de Cassandre.

Dans tous les cas, expliquer, comprendre et dire les inégalités est un métier scientifique. C’est donc un métier de femmes et nous continuerons de l’exercer.


1 réflexion sur « Où sont les femmes dans les médias scientifiques ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.