Atteintes aux libertés d’expression et invisibilité médiatique. Bilan de la visite présidentielle sur le campus Paris-Saclay

Communiqué de la SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE 27 janvier 2021

La SMF souhaite alerter sur les événements survenus lors de la visite présidentielle sur le campus Paris-Saclay le 21 janvier 2021
Jeudi 21 janvier 2021, le Président Macron est venu célébrer le lancement du « plan quantique » sur le tout nouveau campus d’excellence Paris-Saclay. À l’occasion de cette visite, avait été prévue une rencontre avec quelques étudiants dans la maison des étudiants, à Bures sur Yvette.
Cet événement, et surtout l’échange avec les étudiants, a bénéficié d’une vaste couverture pour relayer les nouvelles annonces du Président au sujet des conditions de retour des étudiants à l’université.

La SMF souhaite alerter sur les événements survenus lors de cette visite sur le campus, et restées largement ignorés par les médias :

  • Une visite tenue secrète jusqu’à son annonce par les médias, la veille après-midi, à l’ensemble du personnel de l’université et de ses usagers.
  • Un cortège présidentiel d’une ampleur inégalée comportant de nombreuses rues et axes fermés à la circulation sur tout le campus, et un dispositif policier semblable aux encadrements des manifestations parisiennes : plus d’une centaine de cars garés autour des bâtiments d’enseignement, des policiers en casques et tenues de combat, un cordon sécuritaire à plusieurs centaines de mètres du lieu de présence du Président.
  • Des contrôles d’identités, photos et films des quelques collègues venus protester avec des banderoles, se déplaçant à pied sur le campus et retenus par la police à plusieurs centaines de mètres du lieu sécurisé, sans motif.
  • Des menaces de garde à vue de collègues en cas de refus de confiscation des banderoles repliées qu’ils avaient avec eux.
  • Des ordres d’expulsion du campus envers des collègues assortis de menaces de garde à vue.
  • Des contrôles et fouilles d’étudiants et destruction de pancartes et banderoles.
  • Encerclement et retenue, pendant plus de 2h d’un groupe d’une trentaine de collègues du campus venus manifester leur désaccord sur les politiques concernant l’ERSI.
  • Accompagnement sous escorte policière des manifestants à travers le campus et jusqu’à sa sortie après le départ du Président.

Il nous faut réfléchir aux conséquences des actes de la police sur un campus universitaire face à des collègues et étudiants venus pacifiquement avec des banderoles ainsi qu’au traitement de l’information choisie par les médias.

Alors que l’amendement ajouté au Sénat sur l’intention de nuire vient d’être censuré par le Conseil Constitutionnel, les agissements de la police envers les collègues sur le campus universitaire sont graves, et doivent être connus.

                                                                                             Pour la SMF, Mélanie Guenais


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.