Maternité dans l’ESR. La rage et la tristesse de Clémentine



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2021, 26 janvier). Maternité dans l’ESR. La rage et la tristesse de Clémentine. Academia. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aiqi

Une réflexion sur « Maternité dans l’ESR. La rage et la tristesse de Clémentine »

  1. Les syndicats de l’ESR sont là pour soutenir les salariées en difficulté face à leur employeur. Rien n’est rose et le texte régissant le congé maternité ne date que de 2012. Il a été coûteux et chronophage à obtenir. https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid20536/bulletin-officiel.html?cid_bo=60265&cbo=1
    Sans doute plus que la décharge de service qu’il a permis d’obtenir 🙂
    Néanmoins, il est là pour les suivantes.
    La salariée en congé maternité n’a pas à chercher son ou sa remplaçant.e, ni à corriger des copies. Il est aussi de notre responsabilité, pour nos futures collègues, de ne pas accepter de travailler pendant nos congés. Cela éduquera nos employeurs (l’ESR) à l’idée qu’un congé maternité c’est normal. Je dois avouer ressentir à la fois de la compassion, mais aussi un mur d’incompréhension culturelle face à ces messages. Comment acceptez-vous cela ? Enseignant-chercheur, ce n’est qu’un putain de métier. Vous pouvez relever la tête et dire non !
    Ce n’est pas le graal de travailler à l’université. Surtout dans ces conditions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.