Le mur des lamentations

  • par Liam Kelsen. étudiant L3 LAC, Université de Paris

Contexte

Si l’université subit de plein fouet les conséquences d’une situation sanitaire exceptionnelle, les instances dirigeantes dépassées n’ont eu pour seule réponse que le silence pour un corps enseignant qui s’est reposé de plus en plus sur le dernier et pourtant premier maillon de la chaîne : les étudiant·es. À l’Université de Paris, la pression s’est inexorablement accentuée sur les épaules des jeunes qui, enserré·es dans le silence du confinement, n’ont eu d’autres choix que de parer au plus pressé, colmater, arbitrer pour simplement survivre. le fossé entre le corps étudiant oppressé et le corps enseignant tout aussi perdu il faut bien l’admettre, n’a eu de cesse de se creuser tout au long du semestre : les vagues de DM dans le but de compenser une éventuelle non-tenue des partiels de fin de semestre succèdent aux pdf en guise de cours ou aux cours Zoom où les caméras d’ordinateur s’éteignent pour ne plus se rallumer.

Mais face à une énième « vous avez plus de temps puisque vous êtes chez vous » et un conseil d’UFR qui comptait se tenir sans un seul représentant étudiant, nous n’avons eu d’autres choix que d’agir pour nous faire entendre. Ainsi, les étudiants décident d’élire une représentante par intérim et mettent en place un sondage afin de prendre le pouls de la situation étudiante. Sans surprise, elle est alarmante. Plus de 322 avis sont obtenus pour l’UFR LAC en 5 jours (un des slogans y fait référence). Néanmoins, notre avis et le sondage sont balayés d’un revers de main au conseil d’UFR. Nous décidons donc de nous attaquer à la politique de l’autruche qui nous réduit, une fois encore, au silence. Ainsi, nous transformons notre faiblesse, à savoir ne plus oser mettre nos caméras sur Zoom, en une véritable force : 11 slogans divers et variés sont créés et réunis par un même style, écriture blanche sur fond noir. En 48h, se passant de main en main, ou plutôt de mail en mail, c’est une marée de photo de profil auxquelles les enseignants sont rapidement confrontés : un mur noir de lamentations blanches ne laisse plus de place au doute. Le dialogue s’instaure enfin. Conscient que nous allions faire face à une certaine défiance confondant cet appel à l’aide en contestation de fainéants, nous avons rédigé une lettre de doléances afin de bien prouver que nous n’étions pas contre les enseignant·es ou les instances dirigeantes mais que nous cherchions simplement à demander de l’aide sous peine de voir la vague de décrochage croître de façon exponentielle.
Il est important de noter que les enseignant·es de l’UFR LAC ont fait montre d’une écoute, d’une compréhension et d’une aide salvatrice qui nous ont permis de terminer ce semestre. Mais alors que commence le second semestre, la boule au ventre fait aussi son retour. Enseignant·es et étudiant·es sont à présent côte-à-côte devant l’abandon des instances dirigeantes de l’Université. Et déjà nous comprenons que ce parcours du combattant n’a connu qu’une simple pause.
Comme le nombre de victimes.
Précision sur un slogan. « Vaut mieux être distant et vivant«  qui fait référence à des professeurs qui ne souhaitaient pas faire cours en présentiel par peur du coronavirus. C’est tout à fait compréhensible. En revanche, ils imposaient les partiels en présentiel.

Sur Academia, voir aussi


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.