Du racisme dans le monde académique — Un exemple en mathématiques

Marissa Kawehi Loving est une jeune mathématicienne américaine. Originaire d’Hawaï (elle se présente comme kanaka maoli, le nom du peuple qui a quitté les îles Polynésiennes pour s’installer sur cette île il y a environ 800 ans), elle a soutenu sa thèse en 2019 à l’université de l’IIlinois (Urbana-Champaign). Elle est aujourd’hui visiting assistant professor à Georgia Tech, autrement dit, post-doc. Son parcours est assez emblématique d’une génération académique dont, malgré une grande précarité professionnelle, l’activité s’équilibre entre recherche, enseignement, diffusion de la science et engagement politique en faveur d’une plus grande diversité au sein des mathématiques.

Cet engagement, elle en témoigne dans son travail universitaire, sur sa page web (voir la section Required reading) mais aussi sur Twitter, où elle n’hésite pas à « monter en première ligne », par exemple pour dénoncer la dénomination choisie par l’American mathematical society (AMS) pour une bourse : “AMS Fellowship for a Black Mathematician”. Comme elle le dit, avec rage mais néanmoins humour :

Comme j’aimerais voir sur le CV des brillants profs senior les lignes « Bourse pour hommes blancs venant de famille riche », « Récompense pour hommes blancs disposant d’épouses à domicile qui organisent leur vie » & « Récompense pédagogique pour être un homme blanc respecté injustement »Tweet de @MarissaKawehi, 16 janvier 2021

Pour donner un peu plus de contexte aux lecteurs et lectrices d’Academia, le milieu mathématique américain a vu ces derniers mois l’éclosion d’un “mouvement inclusif” très vocal, notamment à l’occasion du congrès annuel de l’AMS en janvier 2020 et l’apparition d’un hashtag #DisruptJMM: ces jeunes chercheurs et chercheuses (beaucoup de chercheuses en effet) débutaient systématiquement leur présentation par une mention des territoires spoliés, des difficultés spécifiques aux minorités américaines, des conditions de travail…

Avec Mathew Ando, Justin Lanier et Bianca Viray, une des actions récentes de Marissa Kawehi Loving a été de créer la groupe paraDIGMS, précisément sous l’égide de l’AMS. Outre une conférence sur les questions de représentation, ce groupe propose des ateliers dont les membres travaillent à développer et mettre en place des règles et des pratiques équitables pour recruter, admettre, conserver, soutenir les étudiants au niveau graduate (master et thèse), en particulier des étudiants issus de groupes sous-représentés.

Récemment, ces actions lui ont valu des commentaires infects sur Twitter, expression le plus souvent anonyme du racisme et du sexisme qu’on qualifierait bien d’ordinaire si l’expression ne contenait pas le risque qu’on s’en accomode. En tout cas, ce sont des commentaires comme on en entend tout le temps dans nos laboratoires et sur les listes de diffusion académiques.

D’où, également, les mots de soutien qui se sont exprimés sur ce même réseau en sa faveur, en particulier un long fil d’une autre mathématicienne, @WanderingPoint.

Sur Academia, voir aussi


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.