Nouvelle attaque contre les libertés académiques en Turquie : “Cette fois, nous n’abandonnerons jamais”

Dans le texte suivant, notre collègue Asli Telli, en anglais et en traduction française, attire notre attention sur la détérioration récente et accélérée des libertés académiques en Turquie, mais également sur la résistance à l’emprise politique du gouvernement, de l’intérieur des universités, et appelle à une nécessaire solidarité avec les étudiants et personnels de l’Université Boğaziçi  (Boğaziçi Üniversitesi, Istanbul, parfois appelée en France Université du Bosphore), en lutte contre l’imposition d’une nouvelle direction par un décret d’en haut.

La nomination par le président turc Recep Tayyip Erdoğan d’un nouveau recteur non élu à la tête de l’Université Boğaziçi, le 1er janvier de cette année, a suscité un tollé et un mouvement de protestation qui se prolonge. Depuis novembre 2016, dans le cadre de l’état d’urgence décrété à la suite de la tentative de coup d’État du 15 juillet de la même année, les universités publiques turques se sont vu imposer par la présidence des recteurs au mépris des processus électoraux internes. Le processus est similaire au remplacement en série de maires de l’opposition de gauche par des fidéicommis (trustees dans le texte ci-dessous, kayyum en turc) désignés en fonction de leur loyauté politique au gouvernement.

La nomination de M. Melih Bulu comme recteur de l’Université Boğaziçi représente une étape supplémentaire dans la mise au pas du monde universitaire, non seulement en raison de la personnalité du nouveau recteur, mais aussi du fait que la décision sans élection court-circuite complètement la démocratie universitaire. À la place, les nominations de ce genre, à l’Université Boğaziçi et dans d’autres institutions universitaires, sont caractéristiques d’une tendance à imposer la tutelle du Parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkınma Partisi), le parti du président, sur la société civile et en particulier sur la population estudiantine.

Celle-ci est de fait l’objet d’une suspicion constante par le pouvoir, en particulier depuis le mouvement de protestation populaire de Gezi en mai-juin 2013, qui avait canalisé les aspirations à l’émancipation sociale et économique au sein de la jeunesse turque. La nomination de M. Bulu a déclenché un mouvement de protestation large, lui aussi, au nom de la défense des libertés académiques formulée dans les Principes du Sénat de l’Université Boğaziçi en 2012, et de la résistance à la mise au pas de l’opinion. Les manifestations ont déjà fait l’objet de la répression policière, et les étudiants engagés, d’une série d’arrestations. Mais le combat continue.

La rédaction d’Academia

Revue de presse française: “Erdogan veut mettre au pas l’Université du Bosphore“, par Marie Jégo, Le Monde,7 janvier 2021

Traduction française

Assaut contre l’autonomie des universités en Turquie :
Cette fois, #WedontAcceptWeWillNeverGiveUp

  • par Asli Telli

L’année 2021 apporte avec elle l’espoir, la joie et la persévérance ainsi que des défis comme jamais auparavant en raison de la période de pandémie sans précédent. Dans certaines régions du monde, ce changement est plus net et plus fort contre l’hégémonie. À Istanbul et dans d’autres parties de la Turquie, des milliers d’étudiants ont protesté contre la nomination par le président d’un recteur de l’université Bogazici, l’une des universités les plus réputées de Turquie. Ces nominations de complaisance ont eu lieu dans des dizaines d’universités du pays depuis 2016 ; ainsi, la protestation massive à Istanbul a non seulement rapidement déclenché un mouvement à travers tout le pays, mais aussi un puissant soutien international en seulement quelques jours. Les manifestations étudiantes et les rassemblements sur les campus ont fait l’objet d’interventions violentes de la part de la police, qui a notamment arrêté des dizaines d’étudiants, procédé à des arrestations à domicile, violé les droits de garde à vue et infligé des blessures lors de flash mobs. En raison du profil politique (membre de l’AKP et sympathisant de longue date) et du parcours universitaire bien connu du nouveau recteur, les enseignant·es-chercheur·ses (faculty) de l’université de Bogazici sont également très préoccupés par leur autonomie institutionnelle ; plusieurs universitaires ont leurs responsabilités administratives. Ce débat sur l’autonomie institutionnelle existe depuis longtemps en Turquie puisque la République a fait face à quelques interventions militaires par le passé, dans un pays à l’histoire relativement jeune. Cependant, le décret datant de 2016, point noir de l’état d’urgence et du régime présidentiel, qui supprime le droit des professeur·es d’université à élire leurs recteurs et transfère le pouvoir direct de nomination au président, est une caricature en soi.

Manifestation à la Sorbonne, 16 janvier 2021

Chronique de la semaine écoulée

Le professeur Melih Bulu a été nommé recteur de l’université Boğaziçi par un décret présidentiel publié le 1er janvier 2021. La nomination du recteur administratif (trustee rector) a suscité de vives critiques tant parmi les étudiants et les universitaires de l’université qu’au sein de la communauté académique. Avant d’être nommé à Boğaziçi, Bulu était candidat aux élections parlementaires de 2015 pour le parti au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP). Plusieurs clubs d’étudiant·es de l’université ont mené une campagne sur les médias sociaux avec le hashtag #kayyımrektöristemiyoruz (Nous ne voulons pas d’un président d’université administratif). L’appel des étudiants a également été soutenu par les membres de la faculté de l’université, qui ont publié une déclaration commune le 3 janvier. “Un universitaire extérieur à la communauté universitaire de Bogazici a été nommé recteur, ce qui est une pratique introduite pour la première fois depuis la junte militaire au pouvoir dans les années 1980”, disait leur déclaration. Cible des critiques sévères des étudiants et des membres de la faculté, le professeur Bulu a rédigé un tweet apaisant : “Nous sommes tous dans le même bateau”, y lisait-on. La protestation des étudiants a fait face à une intervention policière sévère pendant plusieurs jours jusqu’à ce qu’on apprennent la détention contre au moins 40 personnes pour “violation de la loi sur les réunions et les manifestations” et “résistance à l’officier en service”. Tous les détenus ont été libérés les 7 et 8 janvier 2021. La manifestation est devenue une campagne virale et est soutenue par des étudiants et des professeurs du monde entier.

“Nous avons vu ce film tant de fois en 18 ans”

Le président Erdogan entend, par ses déclarations, réécrire l’histoire :

“Nous avons vu ce film des centaines de fois en 18 ans. Nous avons vu les acteurs de ce sale scénario renforcer les contraintes de la tutelle. Nous l’avons vu alors que des appels au coup d’État étaient lancés dans les rassemblements de la République. Nous l’avons vu alors que les meurtres déchirants étaient maltraités”.

Alors que de telles revendications trouvent leur origine dans l’autoritarisme croissant, des étudiants, déclarés terroristes par ce pouvoir destructeur, ramènent l’esprit de Gezi dans les campus et dans d’autres sphères publiques. Les revendications de la solidarité étudiante rencontrent un écho favorable dans le règlement du Sénat universitaire qui date de 2012. Ces principes protègent l’intégrité, les libertés académiques, la pensée critique et aussi le droit des professeurs d’université d’élire le recteur de l’université parmi leurs propres collègues.

Ce mouvement intervient à un moment très important où l’exercice indépendant de la recherche, de l’enseignement, de l’apprentissage et de la sensibilisation du public dans le paysage de l’enseignement supérieur fait l’objet d’interventions autoritaires  par les pouvoirs en place en France, en Italie, au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Inde, au Brésil et ailleurs. Ce qui ressort de ce choc des discours ne pourrait être que meilleur que ce que nous voyons aujourd’hui. Des étudiants, des professeurs d’université et des partisans de tous horizons réécrivent l’histoire pour retrouver l’autonomie institutionnelle et les libertés académiques dans le paysage de l’enseignement supérieur, comme un modèle pour une planète meilleure, démocratique et bien informée pour tous.

Traduction d’après Deepl

Quelques marques de créativité de la solidarité étudiante sur le campus et ailleurs

 

Déclarations de soutien et de solidarité de la diaspora


Assault on University Autonomy in Turkey:
This time #WedontAcceptWeWillNeverGiveUp

  • by Asli Telli

2021 brings with it hope, joy and perseverance as well as challenges in a way like never before due to the unprecedented pandemic times. In some parts of the world, this shift is more distinct and loud against the hegemony. In Istanbul and consecutively other parts of Turkey, thousands of students have been protesting the President’s appointment of a Trustee Rector to Bogazici University, one of the most reputable universities in Turkey. These self-indulged appointments have been taking place in dozens of universities in the country since 2016; thus the strong protest in Istanbul, not only triggered a swift nation-wide movement, but also firm international support in a matter of few days. The student protests and stand-ins on campus have faced violent interventions by the police, including dozens of students taken into custody, house raids, violations in custody and physical violence causing injuries during flash mobs. Due to the political profile (AKP member and sympathizer for a long time) and notorious academic background of the newly appointed Rector, Bogazici University Faculty is also very concerned about their institutional autonomy; several academics quitting their senior/executive roles. This debate about the institutional autonomy has been there for a long time in Turkey since the Republic faced a few military interventions in the past despite its considerably young history. However, the Decree dating 2016, a blackmark of the State of Emergency and Presidential Regime, that erases the right of university faculty to elect their Rectors and transfers the power to the President for direct appointment, is a parody on its own.

Weekly Chronicle

Prof. Melih Bulu has been appointed as the Rector of Boğaziçi University in a Presidential Decree issued on January 1. The appointment of the trustee rector has sparked harsh criticisms among both the students and academics of the university as well as in the academic community. Before being appointed to Boğaziçi, Bulu was a candidate for nomination to run in the Parliamentary elections in 2015 for the ruling Justice and Development Party (AKP). Several students’ clubs of the university have been campaigning on social media under the hashtag #kayyımrektöristemiyoruz (We don’t want a trustee university president). The call of the students was also supported by the faculty members of the university, who released a joint statement on January 3. “An academic outside Bogazici University community was appointed as rector, which is a practice introduced for the first time after the 1980s military tutelage,” read their statement. Amid harsh criticisms of students and faculty members, Prof. Bulu`s tweet was welcoming, “We are all in the same boat,” it read. Students` protest has faced harsh police intervention for several days until the declaration of detention warrants against at least 40 people for “violating the law on meetings and demonstrations” and “resisting the officer on duty.” All of the detained were released on January 7 and 8, 2021. The protest became a viral campaign and is supported by students and faculty all over the world.

“We have seen this film so many times in 18 years”

President Erdogan`s claim aims to reshape history: “We have seen this film hundreds of times in 18 years. We have seen the actors of this dirty scenario buttressing the impositions of the tutelage. We saw it while calls were made for a coup in Republic rallies. We saw it while the heart-wrenching murders were abused.” While such claims are raised by the authoritarian surge, students, acclaimed terrorists by the same power vacuum, are bringing the spirit of Gezi back to campus and other public spheres. The demands of the student solidarity resonate well with the University Senate Principles, dating 2012. These principles protect integrity, academic freedoms, critical thinking and also the right of university faculty for electing the university rector from their own colleagues.

This movement comes at a very significant time when the independent exercise of research, teaching, learning and public outreach in higher education landscape is rigorously intervened/at times violated by the powers that be in France, Italy, the UK, the US, India, Brazil and beyond. What comes out of this clash of discourse could only be better than what we are seeing today.  Students, university faculty and supporters from all walks of life are rewriting history for reclaiming institutional autonomy and academic freedom in the higher education landscape, as a model for a better, democratic, well-informed planet for all.

Some creative vernaculars from the Student Solidarity on campus and elsewhere:

Statements of support and solidarity from the diaspora academics and international allies, a recent solidarity event organized by Humboldt University and a blog piece:


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.