Atelier d’art thérapie — Soigner l’Université

Correspondance dans une université parisienne

Proposition de Serge*1

Il y a quelque chose de possible, c’est de mettre en place un atelier de peinture. Je ne sais pas quelles sont les disponibilités de salles d’atelier à l’UFR αω le soir, mais ce que je sais, c’est que la couleur est un anti-dépresseur extrêmement puissant. Mes étudiant·es qui ont souvent touché à pas mal de cames me le font souvent remarquer. Matisse disait qu’il y avait un paradis dans la couleur, mais c’est vrai. La couleur c’est de la lumière, et comme la vie a besoin de lumière, dès que l’hiver arrive, les gens vont mal. Alors avec un confinement hivernal… Moi quand ça ne va pas, je peins. Et comme ça ne va jamais, je peins tout le temps. Du coup la couleur est devenue l’espace où je vis, ma terre promise et mon salut. Sans ça, je ne serai certainement plus là pour vous en parler.Il suffirait que chacun vienne avec une boîte d’huiles ou des aquarelles et quelques autres produits que je vous indiquerai. La térébenthine c’est une drogue qui ne coûte pas très cher et ça pourrait faire tenir chacun.e jusqu’à la lumière du printemps. Les étudiant·es pourraient venir ainsi que les prof·es  qui en ont envie. De toute façon devant la couleur, la peinture, la création, tout le monde est à égalité, nu comme Adam et Eve au paradis. S’il y a des volontaires et qu’on trouve une salle, je peux trouver trois heures par semaine pour vous initier à ce genre de shoot. Il y a une accoutumance c’est sûr, mais c’est sans danger pour la santé.
Pour aider les étudiants à acquérir le matériel, il faudrait trouver un petit budget. (je crois qu’on peut trouver pour 20€/ 25€ environ des tubes d’huiles pas trop chers) Pourquoi l’huile ? Parce que ce sont des sensations qui n’ont rien à voir avec l’acrylique. Si ça vous dit. On peut faire quelque chose d’un peu autogéré. Sans dieu ni maître mais où chacun pourra reprendre des forces au paradis. En plus la peinture c’est bien, parce que quand on peint on peut se parler, et ça fabrique des endorphines.
Amateures et amatrices de paradis artificiels, on monte une salle de shoot?

Serge*

Réponse de la direction de l’UFR  à quelques personnes — mercredi 13 Janvier, 15:24

Cher Serge, j’y suis personnellement tout à fait favorable, et je trouve même que ce serait indispensable. Hélas, le gouvernement ne nous autorise pas à mettre cela en place, il a du reste interdit les cours de dessin pour le personnel Biatss lors du premier semestre, sachant que les seuls usages autorisés en ce moment à l’université sont les usages pédagogiques inscrits dans la maquette officiellement et purement à l’attention des étudiants. Le prétexte sanitaire nos coupe les ailes systématiquement,

bien à toi, Jean-Luc*

Ça s’est poursuivi comme ça :

Chers ami·es,

j’ai proposé un atelier de peinture à l’usage des profs, étudiants, biatss.

On me répond que c’est impossible. (ci-dessous l’échange de mail avec la direction de mon UFR). Y aurait-il des lieux à Université α qui puissent accueillir ce genre d’initiative ou est-ce qu’on va être condamné à regarder nos étudiant·es , et nos camarades se laisser cabosser l’existence et se suicider sans qu’on puisse rien y faire?

Derrière les jérémiades du gouvernement, il y a la réalité d’une non assistance à personne en danger évidente. S’il y a une direction élué cet après-midi, il faudra qu’elle se prononce rapidement sur la poursuite de ce légitimisme suicidaire.

Serge*

Affiche, 2021

  1. *Les prénoms ont été anonymisés. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.