L’Université de Lille 2022 : technocratie autoritaire et « folie des grandeurs »

  • par un collectif d’enseignants-chercheurs et d’enseignantes-chercheuses de Lille

Signer la pétition

En ce début de mois de janvier 2021, l’Université de Lille souffle seulement ses trois premières bougies après la fusion des trois universités publiques de la métropole lilloise au premier janvier 2018. Une naissance au forceps, une « fusion dans l’urgence », « mal préparée » comme l’avait souligné la Cour des comptes dans son rapport très sévère de 2019 : « La fusion lilloise a été avant tout motivée, non par une ambition académique, mais par la recherche du label d’excellence, finalement obtenu à la quatrième tentative en 2017 »1. Et encore, ce lot de consolation (un financement I-Site), n’a pas vraiment « ruisselé » au-delà du « Peridex » initial2, ni « assaini » la situation financière globale. En effet, loin de s’accompagner des recrutements nécessaires, les difficultés financières de la nouvelle université et la contrainte budgétaire ont plutôt ouvert la voie à des années de vaches maigres, engendrant une augmentation significative de la précarité et une dégradation des conditions de travail.

Lille, 9 janvier 2021 CC-BY

Rien de très surprenant si l’on avait tendu l’oreille aux organisations syndicales informées des dégâts causés ailleurs par le « gigantisme », si l’on lisait la presse3ou prenait au sérieux le rapport d’audit CHSCT du cabinet SECAFI de 2017 qui prédisait une évidente augmentation des risques psycho-sociaux. Même le rapport de l’IGAENR de juillet 2018 — resté confidentiel4 — critique les lourdeurs administratives, la centralisation excessive, la perte de proximité de l’équipe de direction et… les surcoûts (de toute sorte) liés à la fusion…

Sans même avoir jugé opportun de tirer les leçons de cette première fusion catastrophique, voici que les super-managers lillois de l’ESR planifient, en pleine crise sanitaire d’une ampleur inédite, une nouvelle restructuration de l’université de Lille, à marche accélérée. Les deux semestres qui viennent de s’écouler, impliquant des adaptations multiples et répétées pour assurer le service public d’enseignement supérieur et de recherche, ont précipité – au double sens du terme – l’épuisement de la communauté universitaire lilloise, profondément affectée par les réorganisations multiples et les nouvelles fusions (de composantes) dans la fusion.

C’est pourtant dans ce contexte inédit que la présidence de l’Université de Lille tente d’imposer une nouvelle restructuration d’ampleur avec, pour argument principal, le prolongement du financement d’un projet I-SITE pour les cinq années à venir, dont le budget représente à peine 2 % du budget total de l’université. Tout se passe comme si les porteurs de ce projet imitaient localement la stratégie suivie nationalement par la ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation à l’été 2020 pour faire adopter la Loi de Programmation de la Recherche en procédure accélérée et se faisaient forts d’« expliquer » plus que de « négocier » leur projet d’Établissement Public Expérimental (EPE).

Lille, 9 janvier 2021 CC-BY

Cette récente création juridique, rendue possible par l’article 52 de la loi du 10 août 2018 pour un État au service d’une société de confiance et par l’ordonnance du 12 décembre 2018 qui en découle, permet non seulement la fusion de l’Université de Lille avec des écoles publiques (École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille, Sciences Po Lille et Centrale Lille Institut) ou privée (École Supérieure de Journalisme) mais aussi de contourner les principaux garde-fous du Code de l’Éducation sur le fonctionnement des établissements d’enseignement supérieur. Les premières analyses académiques sur ces nouvelles « super-structures » sont particulièrement inquiétantes : le professeur de droit public Sébastien Bernard analyse leur multiplication comme une « révolution silencieuse »5 synonyme, pour la sociologue Corinne Eyraud, d’une « mort sur ordonnance » de l’université publique française telle qu’elle s’est construite après 19686.

Inspirée par l’expérience de la communauté universitaire de Lyon/Saint-Étienne, qui a fait échec au projet de fusion de l’Université Jean-Monnet avec l’Université Lyon 1, l’Université Lyon 3 et l’ENS, l’assemblée générale des personnels de l’Université de Lille, soutenue par l’intersyndicale (CGT-FSU-SUD), réclame depuis novembre 2020, tout comme plusieurs conseils de composantes, l’organisation d’une consultation référendaire. Rejeté sans réel argument par la présidence, un tel référendum permettrait pourtant d’informer la communauté universitaire et d’organiser un large débat sur ce projet de restructuration profonde de l’université, qui engage directement son avenir et celui de ses personnels et étudiant.es. Un passage en force ancrerait un recul inouï de la démocratie universitaire, sans compter les risques que comporte le projet en lui-même pour les libertés académiques, les conditions de travail et l’accroissement des inégalités entre étudiant∙e. en termes de qualité des formations et des services auxquels elles et ils auront accès.

Pour soutenir l’organisation de ce référendum, une pétition est à signer et à partager :

Accès à la pétition pour signature

#ResistESR

Lille, 9 janvier 2021 CC-BY

  1. http://snesup.univ-lille1.fr/site/IMG/pdf/2019-fevrier-rapport-cours_des_comptes_universite_de_lille_1_.pdf []
  2. Communiqué du SNESUP de l’Académie de Lille du 3 avril 2017 : « Les promoteurs de la candidature IDEX Lille se félicitent d’avoir obtenu un I-site ! Et pourtant… » []
  3. Voir notamment : Christelle Gérand, « Aix-Marseille, « laboratoire de la fusion des universités » », Le Monde diplomatique, septembre 2016. []
  4. Pour des extraits du rapport de l’IGAENR : https://cgt.fercsup.net/syndicats/nord-pas-de-calais-picardie/universite-lille/article/journal-de-la-cgt-universite-de-lille-no4 []
  5. « Les établissements publics expérimentaux : une révolution silencieuse pour l’enseignement supérieur et la recherche ? ». L’Actualité juridique. Droit administratif, Dalloz, 30/11/2020, pp. 2306-2313. []
  6. « Université française : mort sur ordonnance », Droit et Société, 2020/2, n°105. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.