Les étudiant·es entrent en grève. Les policiers besognent. Libération, 7 janvier 2021

A la Sorbonne, des violences policières émaillent les mobilisations étudiantes

Ce jeudi matin, un étudiant a été interpellé et plusieurs blessés lors de l’intervention des forces de l’ordre, à l’occasion du blocus de l’université parisienne. La veille, des violences policières avaient déjà été dénoncées lors d’un autre blocus.

  • par Cassandre Leray, Libération, 7 janvier 2020 [sous embargo]. Extraits

Depuis le début des partiels, Suzanne, 20 ans, n’a pas passé le moindre examen. Boycott complet, pour un ras-le-bol total. Ce jeudi ne fait pas exception. Etudiante en troisième année d’anglais, elle est censée composer à 8h30. Mais au lieu de ça, dès 7h du matin, elle se pointe avec sa meilleure amie Ilona1 et plusieurs dizaines d’autres étudiantes et étudiants devant la Sorbonne (Ve arrondissement). Le groupe installe collectivement chaînes, grilles et poubelles pour bloquer l’entrée. «Puis on a fait une chaîne humaine. On était pacifiques, on ne disait rien, on ne bougeait pas. C’est là que les policiers sont arrivés et qu’il y a eu des violences…» raconte Ilona, la voix enrouée. «Je suis encore sous le choc», embraye sa meilleure amie.

Depuis plusieurs jours, les mobilisations s’enchaînent sur différents sites de la Sorbonne, prestigieuse université parisienne. À leur échelle, les étudiants tentent de se faire entendre face à une administration qui «n’écoute pas», déplore Suzanne : «Tout ce qu’on veut, c’est l’égalité pour les partiels. On ne dénonce pas seulement les examens inadaptés, mais aussi les conditions dramatiques dans lesquelles on vit depuis des mois et le silence de l’université», ajoute-t-elle.

Tête qui tourne, genou qui brûle, l’épaule en vrac, Ilona est atterrée. Ce matin, elle voulait juste se mobiliser avec ses camarades comme elle le fait tous les jours, depuis lundi. «Sauf que les policiers ont commencé à nous pousser pour essayer de détruire la chaîne humaine, on a tenu une ou deux minutes puis on a lâché», relate cette jeune femme de 21 ans. Dans le mouvement de foule, Ilona explique qu’elle tombe par terre : «Là, cinq policiers se sont mis sur moi pour me pousser et empêcher mes camarades de m’aider. Je ne pouvais même plus bouger, j’ai du me mettre en position foetale. En essayant de me relever, je suis tombée sur le dos. Les policiers m’ont traînée au sol, mais mes copines ont fini par réussir à me dégager de là.» C’est Suzanne, témoin de la scène, qui a réussi à rattraper sa meilleure amie : «Elle essayait de se relever, elle est en situation de handicap, je voulais juste l’aider. Trois policiers m’ont fait une clé de bras pour m’en empêcher», raconte-t-elle après coup, la douleur dans son dos encore vive.[…]

@yentlx__, tweet et vidéo de violences policières, 7 janvier 2021, 8:44

«Les policiers se sont attaqués particulièrement à un garçon, ils étaient plusieurs sur lui au sol, c’était très violent. Il a été interpellé», détaille Sarah, vidéos à l’appui. Selon un de ses amis, «il est encore au commissariat». D’après une source policière, une interpellation «pour violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique» a bien eu lieu ce jeudi matin à la Sorbonne. […]

Mercredi après-midi, des violences policières auraient déjà éclaté à l’occasion d’un autre blocus sur le site de Clignancourt, un campus de la Sorbonne (XVIIIarrondissement). […] La « police a chargé pour nous déloger. Ils nous poussaient à coups de boucliers et coups de poing. J’ai vu un membre de ma promo tomber et les policiers ont commencé à le tirer par les pieds. J’ai essayé de le rattraper en me tenant à une barrière, et là un policier nous a donné des coups de poing. Ensuite, il a mis des coups avec ses bottes sur ma main.»

En voyant sa main enfler, Valentin se met à l’écart pendant qu’un camarade appelle les pompiers. Vingt minutes plus tard, l’étudiant est dans l’ambulance, direction l’hôpital Bichat. Il s’en sort avec un «traumatisme de la main gauche», des antidouleurs et un conseil : «Le médecin m’a dit d’aller porter plainte.» Le jour même, il se rend au commissariat du XVIIIe arrondissement et dépose une plainte pour «violence par une personne dépositaire de l’autorité publique sans incapacité». […]

Mathias était lui aussi présent lors du blocus mercredi. Et ce jeudi matin, dès qu’il a entendu parler de l’interpellation, il s’est dépêché de venir place de la Sorbonne. Investi dans les mobilisations depuis le début des partiels, il ne compte pas lâcher : «Je n’ai pas peur de la police. L’administration et certains profs nous menacent de nous mettre zéro, ça ne me fait pas peur non plus», martèle-t-il. «Nous sommes juste des étudiants en difficulté et, au lieu de parler avec nous, on se prend des charges policières.»

  1. Les prénomns ont été modifiés. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.