« Peut-on rendre la recherche “productive” ? », par un économiste de l’EHESS

« Peut-on rendre la recherche “productive”? »

  • par Pierre-Cyrille Hautcœur, directeur d’études à l’EHESS, Le Monde, 18 décembre 2020

Tribune. Le Parlement a adopté, le 20 novembre, la loi de programmation de la recherche, malgré la très large hostilité du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), au-delà des clivages politiques habituels. Il est vrai que, tout en prétendant réaliser un « effort sans précédent », elle redresse à peine la tendance à la baisse ou la stagnation des dépenses qui affecte la recherche et l’enseignement supérieur depuis deux décennies, alors qu’elles augmentent dans la plupart des pays avancés, à partir de niveaux déjà plus élevés.

Mais l’insuffisance budgétaire n’est pas ce qui rend cette loi si impopulaire chez les chercheurs. C’est plutôt qu’elle demeure dans la continuité doctrinale des principales réformes de l’ESR depuis au moins 2002. Accusée d’être inspirée par les économistes, artisans d’une « science lugubre » qui placerait les choix purement gestionnaires au-dessus des ambitions scientifiques, cette loi s’appuie de fait sur la microéconomie des incitations et des organisations pour remettre en cause un monde de la recherche publique très largement installé dans un système statutaire jugé a priori « inefficace ».

L’objectif est d’accroître la productivité de la recherche en créant plus d’incitations, de hiérarchie et de concurrence. Plutôt que de revaloriser tous les salaires (qui ont décroché par rapport au secteur privé et à l’étranger), on récompense davantage les meilleurs chercheurs, les meilleurs laboratoires, les meilleures universités pour inciter tout le milieu scientifique à travailler plus et mieux. L’outil premier de cette politique est l’Agence nationale de la recherche (ANR), grande bénéficiaire de la loi, qui répartit une part croissante des budgets par appels d’offres, permettant une mise en concurrence des projets de recherche et la mise en avant de thématiques ou méthodologies prioritaires en cohérence avec la politique du gouvernement.

Chercheurs « précaires »

La même logique a été appliquée depuis 2007 par le programme « Investissements d’avenir » aux laboratoires, formations doctorales, universités et grandes écoles. C’est désormais au Haut Conseil de l’évaluation de l’ESR (HCERES) de piloter l’évaluation à tous les niveaux. Cette restructuration, qui tranche avec l’évaluation de la recherche par les pairs, semble être la clé de voûte de la politique suivie, comme en témoigne le fait que Thierry Coulhon, l’un des architectes des réformes depuis le cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur Valérie Pécresse (2007-2011), jusqu’à celui du président Macron, a quitté récemment cette fonction pour prendre la présidence du HCERES.

More signs of natural cooperation. Credit: OUr Enchanted Garden, 2005
Without the assistance of ants in the garden, this peony would not be able to open up properly – one bit me the other day when I put the support rings up – yikes! Guess the ant didn’t think I was cooperating too!

On pourrait pourtant opposer à cette stratégie, largement tirée de la microéconomie standard supposant l’efficacité de la concurrence, nombre de travaux et modèles économiques pouvant inspirer une politique différente, voire opposée, par exemple en soulignant les externalités de la recherche, les complémentarités entre financements permanents et sur projets, ou les dynamiques sociales au sein des institutions.

Le développement de la recherche sur projets crée ainsi une catégorie de chercheurs « précaires », salariés à durée déterminée sur les contrats acceptés, dont l’insertion professionnelle devient très difficile quand le nombre d’emplois de titulaires se réduit. L’ANR facilite aussi l’entrée de nouveaux acteurs privés, fondations ou écoles qui se multiplient pour bénéficier des financements publics disponibles et fragilisent les grilles salariales de la fonction publique. La réduction de la liberté d’action qui résulte de la bureaucratisation des dispositifs d’évaluation permanente risque de décourager les plus inventifs des chercheurs et les plus dévoués des enseignants, ceux qui valorisaient particulièrement cette liberté, sans que les compensations financières prévues suffisent à les remotiver.

Vertus innovatrices

Surtout, la conception centralisée, homogène et unifiée de l’« excellence » imposée depuis vingt ans ne peut que nier la prétendue autonomie des universités, voire la liberté de la recherche. A la différence des agences d’évaluation (ou, mieux, d’accréditation) d’autres pays, qui visent à simplement vérifier la cohérence et la faisabilité de stratégies définies de manière autonome, le HCERES les évalue et les classe en fonction de ses propres critères, ce qui pousse à l’uniformité et à l’imitation du modèle supposé « le meilleur ».

Alors même que la gestion privée réévalue la diversité des modes d’organisation et redécouvre les vertus innovatrices des petites structures horizontales, les voici pourchassées dans l’université et la recherche. Pourquoi ? Certains y voient complots ou conflits d’intérêts. D’autres, une foi démesurée dans la concurrence « darwinienne ». Le plus probable, hélas, est que l’université et la recherche soient mal comprises par les dirigeants français, dont la plupart sont passés par les grandes écoles. Ils ne connaissent pas la recherche et n’en perçoivent donc ni les conditions de succès ni les potentialités.

Pierre-Cyrille Hautcœur, lauréat du Prix du meilleur jeune économiste en 2003,
est directeur d’études à l’EHESS (qu’il a présidée de 2012 à 2017)
et professeur à l’Ecole d’économie de Paris

Pour approfondir



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2020, 21 décembre). « Peut-on rendre la recherche “productive” ? », par un économiste de l’EHESS. Academia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aio2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.