Il faut sauver l’ENS Tunis

  • par Nadia Hebaz, enseignante au département des langues de l’IPELSHT (section de français).

Dans la cour de l’ENS Tunis. Crédit: Hammouda Bouabeene, automne 2020

Il y a presque un an, à la veille des vacances d’hiver, des étudiantes de l’ENS Tunis entamaient une procédure pour protester contre le harcèlement d’un de leurs professeurs, A.H. Soutenues par leurs camarades, garçons et filles, et par le directeur de l’école, elles avaient été reçues au Ministère de l’Enseignement Supérieur, où leurs dépositions avaient été officiellement enregistrées. Je les avais accompagnées en cette journée pluvieuse et froide, et avais pu constater la qualité de l’accueil et de l’écoute, ainsi que le professionnalisme des responsables. J’avais également relayé leur lutte sur Twitter.1. En janvier 2020, le professeur en question était suspendu, et quelques semaines plus tard, il passait en conseil de discipline. Puis, la pandémie a atteint la Tunisie. Après des mois d’attente, nous avons appris la mutation du harceleur dans un autre établissement. Plutôt que de rouspéter contre l’insuffisance de cette mesure, j’avais choisi de célébrer ce qui me semble être malgré tout une belle victoire. Pour la première fois dans l’histoire de l’université tunisienne, une affaire de harcèlement a été portée en place publique. Des jeunes femmes ont pris la parole dans la cour de l’école, dans la rue, dans les médias ; des jeunes gens les ont soutenues sans remettre en cause leur parole ni s’interroger sur leur tenue vestimentaire ; un directeur les a écoutées et a affirmé haut et fort la justesse de leurs revendications. Le tout dans un pays patriarcal où le respect des enseignant·es est inculqué à tous·tes depuis la petite enfance, et où les professeurs jouissent d’une grande considération, renforcée par l’exigence coranique, maintes fois répétée, de la quête du savoir. Ces normaliennes, ces pionnières, par leur courage, ont permis la libération de la parole d’autres victimes, et mis fin au règne du silence2.

Départ de cortège. Crédit: Sarra Laajimi, automne 2020

En cette dernière semaine de cours de l’année 2020, me revoici en train d’accompagner les normalien·nes, mais dans un tout autre combat. Depuis sa création, l’École Normale Supérieure de Tunis forme les futur·es enseignant·es du pays. Dès leur réussite au concours d’entrée, accessible à bac+2 , les élèves bénéficient d’une bourse et savent qu’un poste les attend à la fin de leur cursus de trois ans, lequel intègre une préparation à l’agrégation et des stages pédagogiques. Cette assurance de devenir fonctionnaire de l’État tunisien donne la sérénité nécessaire à un plein investissement dans les études. C’est entre autres pour cela que j’avais choisi en 2005 de quitter la fac pour venir à temps plein à l’IPELSHT (Institut Préparatoire aux Études Littéraires et de Sciences Humaines), où j’étais vacataire depuis deux ans. Dans cet établissement universitaire correspondant aux CPGE françaises un corps enseignant travaille dur depuis 2002 pour former la fine fleur du pays en LSHS. Les résultats du concours d’entrée à l’ENS sont éloquents, puisque, pour les six sections concernées (arabe, anglais, français, histoire, géographie et philosophie), l’écrasante majorité des admis·es vient de « la prépa »3. Nous en sommes d’autant plus heureux·ses  que ces jeunes ne viennent pas tous·tes de milieux à fort capital culturel et/ ou socioéconomique. J’ai eu de nombreux et nombreuses étudiant·es en très grande précarité, qui ont pu intégrer l’école malgré des conditions familiales très difficiles.4.

En route ! Crédit: Sarra Laajimi, automne 2020

Fin octobre 2020, coup de tonnerre : le Ministère de l’Éducation nationale annonce que dans le projet de loi de finances 2021 seuls 15 postes sont prévus pour les 83 élèves de l’actuelle promotion, qui seront diplômé·es en juin 2021. Autrement dit, c’est la fin du recrutement automatique des élèves de l’ENS. Les 68 élèves restant·es n’ont qu’à chercher du travail ailleurs, dans un pays où le chômage des jeunes est particulièrement élevé, et où les opportunités d’emploi, surtout pour les LSHS sont très faibles. La mesure déclenche une vague de protestations à l’ENS, immédiatement soutenue par l’IPELSHT, tous corps confondus. On s’attend à un dialogue, mais les portes du Ministère de l’Éducation nationale restent closes. Les élèves organisent alors un sit-in dans les règles.

Sit-in

Les manifestations se succèdent, et la couverture médiatique prend de l’ampleur : presse écrite en arabe et en français, radios, journaux rendent compte de la situation. Le 8 décembre, une première réunion avec des représentants du Ministère de l’Éducation nationale débouche sur un communiqué. Le recrutement des 83 élèves de l’actuelle promotion y est garanti, et il est question de l’adéquation future entre le nombre de postes ouverts par le ministère et le nombre d’étudiant·es préparant le concours d’agrégation. La formulation floue de la phrase, qui ne spécifie rien pour les élèves de l’école, les conduit à poursuivre leur mouvement de protestation.

Je suis l’actualité tous les jours, mais sans participer aux manifestations, dont je pressens l’inutilité. En ce lundi 14 décembre 2020, j’apprends qu’une nouvelle étape est franchie. Huit élèves entament, sous la surveillance d’une équipe de professionnels de la santé, une grève de la faim : Emna Bouissi, Amine Ben Taleb, Yosr Bahri Chaïeb, Zahra El Gadhi, Adem Hnini, Mootez Gallaoui, Ameni Gharsalli et Yosr Wazzen.

En attendant le Ministre. Crédit: Sarra Laajimi, ENS, automne 2020

UNE GRÈVE DE LA FAIM

Pendant que nous petit-déjeunons, déjeunons et dînons de bon appétit, pendant que la pandémie fait rage, et que prendre soin de sa santé est indispensable, pendant que l’on se prépare aux vacances, aux retrouvailles familiales, avec leur cortège de savoureux petits plats, huit jeunes gens et jeunes filles plus brillant·es et plus motivé·es les unes que les autres se contentent d’eau et d’un peu de sucre, dans les locaux d’une école pour laquelle iels ont beaucoup sacrifié. Une école qui leur a coûté des nuits de veille, des grandes crises d’angoisse, de nombreux moments de découragement. Une école censée fournir le meilleur à l’élite de la nation, aux futurs professeurs de nos enfants. Tout cela parce que certains ont décidé, bien au chaud dans leurs bureaux, que la nation n’avait pas d’argent à dépenser pour sa jeunesse.

Ou plutôt si : après des années de revendications, les diplômé·es chômeur.ses vont être recruté·es par l’État. Est-ce à dire qu’il faut d’abord passer par des années de précarité, en état de dépendance totale vis-à-vis de parents aux conditions souvent plus que modestes, pour pouvoir espérer l’aumône d’un poste ? Est-ce l’avenir qui est proposé à cette magnifique jeunesse? Car oui, elle est magnifique, je le dis haut et fort. Je vis avec elle depuis septembre 1997, et elle me nourrit. Elle a du talent, de l’ambition, beaucoup d’humour et voit la vie en grand. Je mesure ma dette à son égard, et ma chance de travailler pour elle et avec elle.

Vive l’ENS ! Crédit: Sarra Laajimi, automne 2020

UNE GRÈVE DE LA FAIM. Relayée sur une page Facebook5, créée en 2017 suite aux premières attaques contre l’école. En effet, tout ceci n’est pas nouveau. Il ya belle lurette que l’école et la prépa sont visées. En 2008, la dictature finissante avait décidé, sans crier gare, et malgré nos excellents résultats, de transformer la prépa en institution universitaire comme toutes les autres, avec perte du statut spécifique de classes préparatoires, intégration forcée dans le système LMD, et même licences appliquées en plus des licences fondamentales. Il avait fallu la mobilisation de nos étudiant·es en mars 2011, dans l’euphorie de la toute jeune Révolution, pour que nous retrouvions notre nom et notre vocation.

Aujourd’hui, notre institution, dans sa dix-neuvième année, n’a toujours pas de statut clair, et fonctionne dans un flou juridique maintenu par les équipes ministérielles successives. Il est régulièrement question de fermer l’IPELSHT, qui coûterait trop cher, tout comme l’ENS. La crise économique et la dépendance vis-à-vis de bailleurs de fonds dont l’objectif est le démantèlement de l’école et de l’université publiques renforcent un argument qui, en réalité, ne tient pas debout. Si la qualité a un coût, il demeure nettement inférieur à celui de la médiocrité, lorsqu’il s’agit de l’avenir d’un pays.

À la Kasbah. Crédit: Sarra Laajimi, automne 2020

Hériter, transmettre

Ces attaques régulières, répétitives, ont poussé les élèves de l’ENS à se battre dès la fin de la dictature. En exigeant le départ du directeur de l’institution, très proche de l’ancien régime, et avec lequel la communication était très difficile. Puis en exigeant la réintégration  de Rafik Zeghidi, un de mes anciens étudiants.  Ayant participé, avec d’autres militants syndicalistes de l’UGET (Union Générale des Étudiants Tunisiens), à un sit-in pour réclamer des logements étudiants décents pour tous·tes, il avait été emprisonné de longs mois et exclu de l’ENS. Il est revenu à  l’école sous les applaudissements.6

D’autres mobilisations ont suivi, relatives à la dégradation des conditions matérielles des élèves, avec notamment une gestion désastreuse de l’internat. Il y a eu aussi des conflits avec l’administration de l’école. De lutte en lutte, j’observe la professionalisation des élèves, l’impeccable gestion de leurs mouvements. La solidarité des ancien·nes ne fait jamais défaut. Et le réseau est de plus en plus varié.

Car les LSHS ne mènent pas seulement à l’enseignement. Dans les salles de classe, les médias, l’art, la société civile, la politique, les normalien·nes créent tous les jours la Tunisie de demain. Iels y mettent du coeur, du talent, de l’énergie, font bouger les lignes, créent, innovent. Et dérangent.

Une manifestante. Crédit: Sarah Ladjimi, automne 2020

De notre côté, l’épuisement et la lassitude nous guettent. Nos étudiant·es ne mesurent pas toujours l’ampleur de l’hostilité à laquelle nous faisons face. De nombreuses personnes, dont des collègues, se disent ouvertement contre les enseignements élitistes — tout en essayant, autant que possible, d’en faire profiter leurs enfants, bien entendu. Ici, nul besoin de manifeste pour attaquer les LSHS7 nul besoin de nous reprocher d’armer idéologiquement certains groupes.

La lutte est sournoise, feutrée, inavouée. Nous en connaissons les motifs. Il n’est pas anodin de former des esprits libres, curieux, éveillés, outillés, critiques. Il n’est pas recommandé, dans le monde d’aujourd’hui, d’accompagner le développement d’authentiques citoyen·nes. De ne pas participer au formatage de gentils et dociles moutons de Panurge, prêts à travailler plus pour consommer plus.

Briser la jeunesse

Nous savons qu’il y a un prix à payer. Ce qui me dérange, c’est qu’on nous le fasse payer aussi lâchement. Par étudiant·e·s interposé·e·s. Histoire de nous décourager, et de détourner de nous la relève : à quoi bon subir deux ans de prépa si c’est pour finir comme tout le monde au chômage de longue durée?

Les sit-inneurs. Crédit: Hammouda Bouaabene, ENS, décembre2020

Viser l’ENS nous touche directement. Viser la jeunesse de cette manière nous blesse au plus profond. Savoir que ce que nous ressentons n’est rien par rapport à ce que nos étudiant·es vivent, mesurer notre impuissance à les aider réellement dans ces circonstances terribles, être lucides par rapport aux petits moyens dont nous disposons, oui, cela fait mal. Après une année compliquée, un trimestre à jongler entre enseignement en présentiel et en distanciel, nous n’avions pas pas besoin de cela. Mais nous continuerons. Notre colère et notre détermination s’afficheront partout. Sur leurs murs, sur nos pages, dans nos rues, devant leurs institutions.

Sit-in, photo de groupe. Crédit: Oumaima Sahnoun, ENS, décembre 2020

*
*    *

Le 15 décembre en fin de journée, j’apprends qu’un accord a finalement été trouvé avec les ministères de tutelle. Qui se sont engagés à une réflexion en profondeur sur le statut de l’école, les textes juridiques la régissant, et à une mise en place de séances de travail en commissions pour faire avancer les choses. Soyons optimistes, et réjouissons-nous : la grève de la faim s’arrête, et des vacances bien méritées commencent dans quelques jours. Mais soyons réalistes : ce n’est que partie remise. Il faudra à nouveau se battre. Et pour cela, le courage, la détermination et la bonne humeur des normalien·nes nous seront indispensables. Merci à elleux.

Les photos illustrant l’article ont été prises par les talentueux·ses Sarra Laajimi, Oumaima Sahnoun et Hammouda Bouaabene. Elles ont été prises à l’école et dans la rue, près de la place de la Kasbah, où se trouvent les sièges des plus grands ministères régaliens, dont celui du Premier ministère. Elles montrent une jeunesse qui s’empare de l’espace public, dans le calme et la sérénité. Sous le regard des forces de l’ordre qui, il y a peu, auraient reçu l’ordre de charger, et de frapper sans retenue. Elles témoignent des avancées du pays depuis 2011, malgré tous les vents contraires. Merci aux artistes et merci aux élèves de l’ENS.

Deux sit-inneuses. Crédit: Oumaima Sahnoun, ENS, décembre 2020

Courage et soutien à toutes les luttes de l’ESR, ici et ailleurs.

#ResistESR

 

  1. Où le dossier a bénéficié du soutien actif de Laélia Véron. Témoin des agissements du jeune A.H alors en stage à l’ENS Lyon, et du laxisme dont avaient fait preuve les autorités françaises à son égard, en classant sans suite les plaintes déposées contre lui, la linguiste, très populaire sur le réseau, a été la première à le nommer ouvertement et à documenter le cas, faisant découvrir aux Tunisien·nes le passé peu reluisant du prétendu « poète ». []
  2. Cette affaire A.H est très importante, et j’y reviendrai dans un autre billet. []
  3. Il n’est pas rare que 100% d’une promotion vienne de chez nous. []
  4. Avant la Révolution de 2011, lorsque les postes de professeur dans le secondaire s’achetaient à prix d’or, intégrer l’ENS était vital pour elleux : personne dans leur entourage n’avait ni l’argent, ni les connaissances pour leur en procurer un. []
  5. Sauver l’École Normale Supérieure. []
  6. Rafik est l’un des membres les plus discrets de ce groupe dont la lutte a été suivie en Tunisie et à l’étranger, et qui a bénéficié du soutien de nombreuses ONG. Malheureusement, comme souvent dans ce genre de situations, la médiatisation et le soutien avaient pris fin dès la sortie de prison des étudiants. C’est à ce moment que ses camarades ont agi : en lui permettant de réintégrer l’école, iels l’ont remis en selle, matériellement et psychologiquement, après près de deux ans d’une détention éprouvante, entre les mains de surveillants pénitentiaires chargés de les « détruire », comme il me l’avait dit. La regrettée activiste Lina Ben Mhenni avait également soutenu ces étudiants []
  7. La part des disciplines scientifiques — mathématiques et sciences physiques — à l’ENS est faible. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.