Représentativité des personnels au sein des conseils de l’université – Cas pratique avec l’Université de Franche-Comté

Dans un billet précédent, nous nous sommes intéressés à la sur-représentativité des rangs A au sein du Conseil d’administration, en prenant pour exemple les récentes élections à l’Université de Franche-Comté.

Pour obtenir cette comparaison, il a fallu calculer le rapport entre le nombre de sièges au Conseil d’administration (CA) et le nombre d’inscrits sur les listes électorales, pour chaque collège. Plus ce rapport est élevé, meilleure est la représentativité.

Poursuivons l’analyse en étudiant cette représentativité dans le deuxième conseil de l’université, le Conseil Académique (CAC) qui est composé de deux commissions :

Chaque commission a sa propre élection avec des collèges totalement différents. Pour certains collèges, il y a également une distinction suivant les disciplines. On en trouve quatre :

  • Juridiques, économiques et gestion (JEG) ;
  • Santé ;
  • Lettres et sciences humaines et sociales (SHS) ;
  • Sciences et technologie (ST).

Représentativité au sein de la CFVU

Commençons par la CFVU dont l’analyse est facilitée par le fait que les collèges sont les mêmes que pour le CA, découpage par discipline mis à part. Vingt-deux sièges de représentants des personnels sont à pourvoir au sein de la CR. Pour les collèges A et B, deux sièges sont attribués par discipline et le collège BIATSS a pour sa part six sièges. Si on étudie le rapport sièges / inscrits, on note des grandes disparités dans la représentation des binômes collège – discipline.

Si on met de côté les BIATSS qui sont clairement sous-représentés, l’analyse est assez rapide au vu de l’équi-répartition des sièges dans chaque discipline, collège A et B. Plus l’effectif d’un groupe est faible, au mieux il sera représenté. Ce sont donc les collèges B – SHS et ST qui se retrouvent perdants, étant les plus nombreux. Egalement, le collège A – JEG est démesurément représenté. Pour chaque discipline, le collège A est bien mieux représenté que le collège B, avec des écarts conséquents en JEG et SHS, et un écart moindre en Santé.

En sommant par collège, toutes disciplines confondues, on retrouve les mêmes rapports que pour le CA, le nombre de sièges et le nombre d’inscrits étant identiques.

Représentativité au sein de la Commission Recherche

La Commission Recherche (CR) est découpée en six collèges pour les personnels dont les quatre premiers sont eux-mêmes découpés par discipline. Pour faire synthétique, le collège A est le collège traditionnel des professeurs (idem que pour le CA et CFVU), le collège B celui HDRisés, le C celui des docteurs, le D des autres enseignants et/ou chercheurs, le E des ingénieurs et techniciens et le F de ceux qui restent. Petite remarque qui peut avoir son importance, les doctorats d’exercice dans le domaine de la santé ne permettent pas d’intégrer le collège C mais le collège D.

Trente sièges de représentants des personnels sont à pourvoir au sein de la CR, dont voici la répartition :

  • Collège A : 13 ;
    • JEG : 1
    • Santé : 4
    • SHS : 3
    • ST : 5
  • Collège B : 5 ;
    • JEG : 1
    • Santé : 1
    • SHS : 1
    • ST : 2
  • Collège C : 6 ;
    • JEG : 1
    • Santé : 1
    • SHS : 2
    • ST : 2
  • Collège D : 2 ;
  • Collège E : 3 ;
  • Collège F : 1.

Voyons maintenant ce que donne la représentativité dans chaque collège, dans un premier temps en séparant par disciplines le cas échéant.

Commençons par évacuer le cas du collège C Santé. Cette sur-représentation est due à son très faible effectif (12 inscrits pour 1 siège).

On peut deviner que la distribution des sièges a été faite pour avoir un certain équilibre entre les disciplines, ce qui semble plutôt réussi pour le collège A. Notons que cette question n’a pas du tout prise en compte pour la CFVU.

Si on regroupe par collège, toutes disciplines confondues, on observe une décroissance de la représentativité selon le « prestige » du collège (excepté le collège E). Les professeurs et les HDRisés sont bien mieux représentés que les autres collèges.

Clairement, le monde universitaire est très hiérarchisé. On le voit à travers cette rapide analyse. Ce déséquilibre entre les collèges a également une incidence sur la représentativité de chaque sexe puisque la répartition femmes / hommes n’est pas du tout la même suivant les collèges. On le vit au quotidien en observant les attitudes des uns vis-à-vis des autres. Nous pensons ici à la fragilité de l’emploi des catégories les moins prestigieuses qui s’aggrave chaque année, affectant désormais la totalité de l’activité de l’université. Nous pensons enfin aux comportements harceleurs, récemment épinglés dans la presse, et largement couverts par présidences et universités. Une rénovation de la démocratie universitaire passera ainsi par une mise à plat de cette hiérarchie patente. Et, disons-le aujourd’hui, délétère pour l’enseignement supérieur et pour la recherche.

#ResistESR


Notes

  • Les universités ont une certaine latitude pour assurer « au sein de la commission de la formation et de la vie universitaire et de la commission de la recherche, la représentation des grands secteurs de formation enseignés dans l’université concernée, à savoir les disciplines juridiques, économiques et de gestion, les lettres et sciences humaines et sociales, les sciences et technologies et les disciplines de santé. » (Article L712-4 du Code de l’Education). Les observations faites ici sur cette thématique ne valent donc que pour l’université de Franche-Comté et il serait intéressant de comparer les choix faits par d’autres universités.
  • Une certaine latitude est également laissée aux établissements pour le nombre de sièges dans chaque conseil (Articles L712-3 pour le CA, L712-5 pour la CR et L712-6 pour la CFVU). Il serait aussi intéressant de voir les choix faits par les uns et les autres.

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2020, 12 décembre). Représentativité des personnels au sein des conseils de l’université – Cas pratique avec l’Université de Franche-Comté. Academia. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aink

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.