Zoom ou la censure des libertés académiques

  • par Alexandre Hocquet,
    publié en anglais dans The Conversation, sous le titre « Debate: Is open scholarship even possible with Zoom?», 7 décembre 2020

En plein milieu de la pandémie de Covid-19, plusieurs grandes maisons d’édition ont eu l’idée d’ouvrir l’accès à la littérature scientifique à tous. La communauté universitaire comme les médias ont salué ce geste. Pourtant, qui dit accès gratuit à la littérature scientifique ne veut pas dire libre accès. Décider unilatéralement de supprimer temporairement les barrières, puis de les remettre unilatéralement en place plus tard, s’apparente davantage à une technique de verrouillage du lectorat, très appréciée des éditeurs de logiciels.

https://theconversation.com/debate-is-open-scholarship-even-possible-with-zoom-149293

Open scholarship and the use of corporate software services such as Zoom are not always compatible. Anna Shvets/Pexels

En effet, c’est un bon exemple de l’ambiguïté de la « activité universitaire ouverte » (open scholarship). C’est aussi un bon rappel que la science ouverte et le libre accès s’inspirent du mouvement du logiciel libre. Ce mouvement a débuté dans les années 1980 en réaction aux pratiques commerciales propriétaires de verrouillage provenant précisément de l’industrie informatique, et plus particulièrement de l’industrie du logiciel. Les années 1980 correspondent à l’irrésistible montée en puissance de Microsoft. La victoire de Microsoft Windows sur le système d’exploitation OS/2 d’IBM marque un tournant dans l’histoire de l’informatique : le moment où l’industrie du logiciel a supplanté l’industrie du matériel. Ce moment marque également le succès de la méthode « embrasser, étendre, éteindre» de Microsoft aux dépens d’IBM, une stratégie commerciale en contradiction avec le logiciel libre, en réaction à laquelle la Free Software Foundation a établi ses principes.

Science ouverte et logiciels libres

Pour que la science soit ouverte, on peut raisonnablement penser qu’elle doive utiliser des logiciels ouverts. Cependant, être complètement ouvert n’est pas si facile. Comme l’a montré l’anthropologue Chris Kelty, chacune des étapes de l’activité doit être ouverte afin de ne risquer aucune forme d’enfermement (logiciel scientifique ouvert, système d’exploitation ouvert, matériel standard, protocoles ouverts, formats de fichiers ouverts, neutralité d’Internet, etc.). On peut avoir une attitude fataliste et la considérer comme irréalisable. À l’opposé, nous pouvons tous et toutes adopter un point de vue vigilant : chaque partie de la science, chaque logiciel qui pourrait être libre mais qui est enfermé par une entreprise représente dans ce cas une défaite.

Au moment où  on rendait la littérature temporairement accessible avec une telle générosité, la pandémie a rendu la vidéoconférence cruciale dans les milieux universitaires et les solutions ouvertes existantes mises en place par les structures nationales ou les universités ont été pulvérisée devant la demande exponentielle — qui augmente le besoin de bande passante et donc d’infrastructure. Cela a poussé de nombreuses institutions scientifiques à investir dans des solutions propriétaires : beaucoup d’entre elles ont opté pour Zoom ou Microsoft Teams.

La visioconférence est devenue stratégique en ce sens que, tout à coup, ce média est devenu une réalité essentielle pour des milliers d’universitaires qui, jusqu’au début de l’année 2020, n’en avaient qu’une vague appréhension. C’est un outil qui permet d’imaginer de nouvelles façons d’enseigner ou de communiquer entre chercheur·ses. C’est aussi un logiciel, c’est-à-dire un dispositif qui intègre des valeurs, et qui façonne ses utilisateurs : par exemple, utiliser la vidéoconférence Teams signifie s’aligner sur la vision de Microsoft de ce qu’est une conférence, un logiciel destiné à enfermer les utilisateurs dans l’environnement Microsoft.

Être en capacité d’échanger entre universitaires à l’ère de la communication par ordinateur : c’est ainsi que le courrier électronique a été conçu historiquement, et le courrier électronique reste aujourd’hui le dernier protocole de messagerie omniprésent non propriétaire. C’est un média né de l’acculturation mutuelle des ingénieurs en informatique et des universitaires. Quarante ans plus tard, les universitaires ont cédé leurs outils de communication professionnelle — comme les listes de diffusion — à des systèmes propriétaires — comme les plateformes de réseaux sociaux telles que Researchgate — qui offrent des services de marketing en échange de la collecte de données1. En plus des publications, la communication entre universitaires possède en effet de nombreuses autres facettes. La vidéoconférence fait de plus en plus partie de ce paysage universitaire. Là encore, les universitaires deviennent des utilisateurs passifs.

Firmes, vie privée et liberté d’expression

De nombreux articles ont déjà été écrits sur la propension de Zoom à récolter et à utiliser des données personnelles sans consentement. Quant à Microsoft, sa stratégie d’acculturation par verrouillage est notoire. Pourtant, le cas récent de la « censure de Zoom » orésumée est l’événement le plus révélateur de ce renoncement des universitaires à leurs outils de communication.

Un événement universitaire à  l’occasion d’un hommage à l’activiste palestinienne Leila Khaled dont la diffusion était prévue via la plateforme Zoom a été annulé par Zoom sans justification. Il s’est avéré que Zoom a agi de la sorte à la suite d’un avertissement des lobbies pro-israéliens. Alors que les universitaires impliqué·es se sont déclaré·es scandalisées par ce qu’iels considèrent comme une censure de la liberté d’expression académique, l’administration de l’université n’a que légèrement protesté : en fait, même si les allégations selon lesquelles un tel événement constituerait un « soutien matériel » favorisant l’activité terroriste semblent sans fondement, voire fallacieuses, l’éventualité de le contester devant un tribunal se résume à compter « combien de divisions » d’avocats de part et d’autre.

Sur cette base, la bataille semble bien inégale entre un service juridique universitaire et une plate-forme d’entreprise géante. Quelques-uns — mais pas tous — des événements scientifiques sur la censure par Zoom ont eux-mêmes été annulés ou arrêtés pendant la diffusion. Les universitaires apprennent the hard way, à leurs dépens, que leur communication par ordinateur dépend en grande partie des conditions de service opaques d’une plate-forme propriétaire. Il va sans dire que ce n’est pas exactement la meilleure façon de garantir la protection de la liberté d’expression des universitaires.

De forts vents contraires

Il aurait été possible pour la communauté universitaire d’investir dans une solution ouverte garantie par une infrastructure nationale ou universitaire — à l’échelle nationale, le coût est faible. En France, c’est même le rôle de Renater, le réseau national. En fait, il a créé pendant plusieurs années de tels services qui étaient basés sur des logiciels libres — par exemple, RendezVous Renater est un outil de vidéoconférence basé sur Jitsi. Pourtant, l’État doit encore fournir des ressources pour son infrastructure nationale. RendezVous Renater s’est effondré lorsque les utilisateurs se sont désespérément tournés vers la vidéoconférence au printemps 2020 et, au moment où il s’en est remis, tout le monde utilisait Zoom ou Teams.

À l’heure où les universités se tournent vers Gmail pour leur service de courrier électronique universitaire parce que Google leur offre gratuitement ce que les infrastructures nationales comme Renater sont obligées de leur faire payer cher, on peut être pessimiste. Comme pour le système de santé national, les décisions en matière d’infrastructures sont dictées par le désengagement de l’État et l’exigence de rentabilité. Dans un tel contexte, l’activité universitaire ouverte peut très bien prendre un mauvais tournant.

#ResistESR

https://twitter.com/avb_soc/status/1317990816783138817?s=20

@avb_soc, 2020



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2020, 8 décembre). Zoom ou la censure des libertés académiques. Academia. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ain9

  1. NDLR: Sur Academia(.hypotheses.org), voir #DeleteAcademiaEdu: un plaidoyer pour les archives ouvertes à but non lucratif, 5 septembre 2017. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.