La future présidence de la CPU : pas de changement de cap en vue

La Conférence des présidents d’université (CPU) renouvelle sa direction en 2021. L’issue de l’élection laisse peu de place aux doutes puisqu’une seule liste s’est présentée. Elle se compose de :

  • Manuel Tunon de Lara (président), docteur en médecine et président de l’université de Bordeaux ;
  • Virginie Dupont (vice-présidente), professeure de chimie et présidente de l’université de Bretagne Sud ;
  • Guillaume Gellé (vice-président), professeur de génie informatique et président de l’université de Reims – Champagne Ardenne.

Pour celles et ceux qui se rappellent du processus d’élaboration de la Loi de programmation de la recherche, Manuel Tunon de Lara était l’un des rapporteur·es  chargé de la thématique « Attractivité des emplois et des carrières scientifiques » aux conclusions bien illogiques1. Il est aussi l’un des piliers de la Curif et désormais de l’Udice. Cela donne déjà une idée de la politique qui pourra être menée par la CPU sous sa présidence.

Le 3 décembre 2020, cette liste signe une profession de foi donnant la direction qu’elle souhaiterait insuffler à la CPU. L’agence d’information News Tank se l’est procurée et en propose une analyse dans un article réservé aux abonnés. À travers un fil Twitter retranscrit ici, Academia vous propose à son tour une analyse du futur cap de la CPU.

Navigation by Stewart Williams, 2012, CC SA-ND

« en 2007 la CPU est, à l’image de nos universités, devenue autonome avec la Loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU). […] la longue marche vers l’autonomie des établissements se poursuit par à-coups, laissant encore aujourd’hui un trop grand décalage entre un pilotage souvent bien assumé par les chefs d’établissement, et les moyens ou les outils qui leur seraient nécessaires. »

La profession de foi embraye sur l’autonomie des universités, fer de lance des stratégies de la CPU qui a fait l’objet d’un colloque en 2019, dont on peut soupçonner qu’il est à l’origine de certains des dispositifs de la LPR. La liste regrette que cette autonomie des universités — et surtout de leurs président·es — ne soit pas encore assez poussée. Tant d’injustices, ça nous arracherait presque une larme.

« cette prise collective de responsabilité a aussi permis […] de faire émerger des projets remarquables d’organisations de toutes tailles »

Il faut ici y voir une référence aux fusions et regroupements d’établissements, qui par effet mécanique et tout à fait artificiel, ont fait rentrer l’université Paris–Saclay à la 14e place du classement de Shanghai 2020.

« Alors qu’on demande à l’Université de former la grande majorité d’une classe d’âge, l’enseignement supérieur est confronté à une situation nouvelle avec

    • une pression démographique qui se poursuit (5 à 6 fois plus d’étudiants en 50 ans)
    • une aspiration légitime d’augmenter le niveau de formation de la population,
    • une diversité croissante des profils des bacheliers et de leurs besoins,
    • une complexification des métiers et de nouveaux besoins de compétences,
    • de nouveaux usages impactant les modalités et les lieux de formation,
    • une formation tout au long de la vie à repenser pour accompagner la transition des métiers. »

Il n’est pas certain que la situation soit si nouvelle que ça, mais soit, en effet. Sauf que… Il ne manquerait pas un paramètre dans votre équation ? Du genre qui concerne le personnel de vos universités ?

« Ce nouveau changement systémique nécessite une réflexion plus globale, au niveau national, afin de définir les objectifs stratégiques du pays et les moyens qu’il y consacre au regard de différents enjeux : ceux des besoins des filières économiques, industrielles, technologiques ceux d’une politique sanitaire et sociale en lien avec les objectifs nationaux, ceux enfin, qui devraient traduire son ambition en termes d’éducation de la jeunesse et de la population. À cet égard, l’absence de régulation par le baccalauréat d’une part, et l’absorption mécanique de vagues successives d’étudiants par l’université d’autre part sans maintien de la dotation de l’État par étudiant (en moyenne 40000 étudiants/an) est un système qui atteint ses limites aujourd’hui. »

Mais alors le nombre (affreusement) décroissant de nouveaux postes d’enseignant·es–chercheur·ses et de BIATSS n’y est pour rien du tout là-dedans. Pas du tout du tout.

Spoiler alert ! La CPU se dédouanerait-elle ?

« Si de tout temps l’Université a été et demeure le formateur exclusif ou principal pour beaucoup de métiers (santé, enseignement, droit…), elle est progressivement devenue un maillon essentiel de l’insertion professionnelle en général dont il faut soutenir et promouvoir la mission, qu’il s’agisse de formation initiale ou tout au long de la vie. Cette dynamique qui se poursuit par l’universitarisation de nombreuses formations (para-médical, travail social,…) va s’accélérer dans un contexte sanitaire et économique où l’emploi et la capacité à anticiper les nouvelles compétences seront des facteurs clés de la relance. »

La future nouvelle présidence confirme que la modification du périmétre des actions des universités vers « l’insertion professionnelle » doit « s’accélérer ».

On repassera sur l’usage complètement inutile de l’expression « de tout temps » ; tout comme sur le passage suivant concernant la formation des professeur·es du primaire et du secondaire. L’argumentation y est creuse, si on veut être charitable.

« La formation des professeurs des écoles, collèges et lycées et l’articulation avec l’enseignement secondaire doivent aussi être l’objet d’une ambition toute particulière. D’une manière plus générale, la CPU doit se positionner plus fortement sur le futur de l’éducation dans le pays notamment à travers les actions initiées à la faveur du plan de relance mais aussi à travers les programmes de recherche conduits dans le domaine. »

S’entame ensuite un volet sur le lien entre recherche et universités. C’est alors l’occasion de comparer la France avec ce qui se fait à l’international.

« Avec plus de 50% des effectifs de personnel de recherche dans le pays, les universités et établissements d’enseignement supérieur sont des acteurs incontournables de la recherche, indissociables cependant des organismes nationaux avec lesquels sont organisés la plupart des équipes et des laboratoires, bien souvent hébergés dans « les murs » des universités. Ce mariage à la française (mais qui existe aussi ailleurs) a permis de hisser le niveau scientifique de la France au meilleur niveau international – même si elle tend aujourd’hui à perdre son rang »

Ouf.

Si ce que fait la France se fait aussi à l’international, c’est que c’est bon — mais qu’en sera-t-il du recrutement des EC et du CNU alors ?

« Le découpage des programmes budgétaires (150 vs 172), l’organisation parallèle des recrutements et des carrières, la duplication des systèmes d’information et des fonctions support au niveau des sites, sont à l’origine d’une complexité qui pénalise l’ensemble des chercheurs au détriment de leur recherche »

Ah bah il n’a pas fallu attendre longtemps. Par contre, que le nombre d’EC et de BIATSS ne soit pas suffisant pour permettre à tout le monde de travailler dans de bonnes conditions, ça n’a rien à voir avec la choucroute.

Spoiler alert : si.

« Le projet de LPPR a été l’occasion pour la CPU de mener une réflexion collective et de faire des propositions dans ce cadre1 visant à mieux organiser et mieux financer cette mission essentielle dont dépend notre développement. Les mesures retenues par la future loi nécessiteront, pour être appliquées, d’être encadrées par des décrets dont la CPU doit se saisir dès maintenant dans un esprit de concertation. Par ailleurs, le travail initié à cette occasion pourrait être poursuivi en partenariat avec les [NDLR : PDG d’]EPST afin de construire une plateforme de propositions pour les futures échéances électorales. »

Nous nous permettons ici d’apporter quelques modifications au texte initial, pour mieux coller à la réalité du dialogue au sein de l’ESR et du rôle de la CPU dans la LPR.

« Si les universités sont idéalement placées pour adosser la formation à la recherche et en faire leur spécificité, notamment à travers le doctorat, elles constituent également un vivier inexploité d’innovation et d’entrepreneuriat dont l’organisation mérite d’être améliorée. Ce défi prend peut-être aujourd’hui encore plus de sens mais suppose de développer et de mieux structurer nos liens avec le monde socio-économique ».

Ce passage permet de cocher un certain nombre de mots-clés de la startup-nation.

« L’espace naturel de l’Université devrait être international. Il l’est assez spontanément dans le domaine de la recherche, pour la plupart des disciplines. Il le devient de plus en plus dans celui de la formation, mais ce phénomène doit s’accélérer. Il peine à le devenir en matière de fonctionnement des établissements. Certes la barrière de la langue reste un frein à ce développement, mais il faut aussi reconnaitre que nos organisations et procédures internes ne sont pas toujours pensées pour cette ouverture internationale et que, par ailleurs, la représentation des universités françaises à l’étranger n’est pas suffisamment structurée. »

On peut aussi se demander si le changement de noms, tous les quatre matins, des universités françaises ne serait pas en cause ici.

« Dans la crise que nous traversons et au regard du contexte dans lequel ses instances sont renouvelées, la CPU doit pouvoir [contribuer] à relever ces défis qui nous attendent »

« la transformation récente de l’université française, son modèle d’université publique ainsi que les résultats qu’elle obtient méritent d’être reconnus et salués par chacun »

On voudrait bien, mais il faudrait d’abord nous montrer les données montrant ces prétendus résultats de la « transformation récente de l’université française ».

« La CPU est l’interlocuteur naturel et légitime de l’appareil d’Etat pour les universités, comme cela est inscrit dans le code de l’éducation. Le dialogue permanent entre le bureau et la (ou le) Ministre de l’Enseignement Supérieur, la Recherche et l’Innovation et son cabinet est indispensable au cadrage des échanges que nous devons ensuite avoir avec la DGESIP, la DGRI, ou la DGRH. »

On se dit que la CPU a bien de la chance, parce que ce sont bien les seuls à pouvoir dialoguer avec le ministère2.

« Au delà du MESRI, le dialogue doit également s’installer avec d’autres ministères qui interviennent dans nos domaines mais pour lesquels l’université n’est pas toujours un interlocuteur naturel »

Beware Blanquer, la CPU is coming for you.

« La CPU doit pouvoir être l’interlocuteur des agences, conseils nationaux et des établissements qui interviennent dans les différentes missions portées par l’Université

C’est le cas de l’Agence nationale de la recherche (ANR) dans le domaine de la recherche, du CNOUS dans celui de la vie étudiante avec lesquels la CPU et ses commissions doit partager les programmes et le retour de leur déclinaison au sein des établissements. C’est également le cas de l’HCERES avec lequel une nouvelle approche de l’évaluation a besoin d’être discutée ou du CNU et son rôle dans le recrutement des enseignants chercheurs ou la promotion de leur carrière. »

On traduit : le CNU, on va vous démanteler dans un dialogue unilatéral.

Conclusion

  • Pas un seul mot sur l’état catastrophique du nombre de recrutements d’enseignant·e·s–chercheur·e·s et de BIATSS.
  • Pas une seule stratégie à cet égard.
  • Pourtant, s’en (pré)occuper, c’est aussi ça l’autonomie.
En résumé, d’après cette confession de foi, il est clair que ça ne va pas s’améliorer à la CPU… Il est d’ailleurs assez savoureux qu’aucune autre liste concurrente n’ait souhaité s’opposer à l’évidence Macronleaks porté par cette brillante équipe.  Reste à savoir quel quorum et quel nombre de votes doivent être atteints pour introniser l’équipe déjà élue.
  1. Pour mémoire, avec les mêmes données, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) était arrivé à des considérations radicalement différentes en matière d’emploi, avec la bénédiction du Medef, c’est dire. []
  2. Et encore, au sein même du cabinet ministériel, ça n’a pas l’air d’être rose rose toute cette affaire de « dialogue », au vu de la démission « douloureuse » de Bernard Larroutourou. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.