Les sciences sociales dans le viseur du politique

« Demander une sorte d’enquête parlementaire sur ce qu’écrivent les universitaires est inédit » : les sciences sociales dans le viseur du politique

Des travaux de recherche sur le décolonialisme, la race ou le genre sont accusés de porter atteinte aux « valeurs de la République ». Deux députés LR ont réclamé, fin novembre, l’ouverture d’une mission d’information sur « les dérives idéologiques dans les milieux universitaires ».

Le pouvoir politique peut-il juger de la pertinence de recherches universitaires ? Après l’offensive, fin octobre, de Jean-Michel Blanquer contre les « ravages » de « l’islamo-gauchisme », deux députés LR, Julien Aubert et Damien Abad, sont revenus à la charge le 25 novembre, demandant au président de l’Assemblée nationale l’ouverture d’une mission d’information sur « les dérives idéologiques dans les milieux universitaires ».

Outre des « courants islamo-gauchistes puissants dans l’enseignement supérieur », ils dénoncent la « cancel culture », qui réduirait au silence « tous ceux qui portent des paroles ou un comportement jugés “offensants” », en provoquant la perturbation, voire l’annulation, de conférences, comme celle que devait donner Alain Finkielkraut à Sciences Po, en avril 2019, qu’un groupe d’étudiants se réclamant de « l’antiracisme » a contraint à reprogrammer sous surveillance policière. Ou encore celle que devait prononcer en octobre 2019 Sylviane Agacinski, annulée par le président de l’université Bordeaux-Montaigne sous la pression d’associations étudiantes jugeant « homophobe » la philosophe, opposée à l’ouverture de la PMA à toutes les femmes.

La tension est montée d’un cran quand, le 26 novembre, Julien Aubert a publié un Tweet alignant les captures d’écran de sept comptes Twitter d’universitaires qui s’étaient émus de l’initiative des députés. « Les coupables s’autodésignent », commentait-il. Coupables de quoi ? « De complaisance, explique l’élu du Vaucluse. Quand une tribune d’une centaine d’universitaires nous alerte sur l’emprise de l’islamisme, on ne peut pas dire qu’il n’y a rien », justifie-t-il en référence au « manifeste des 100 » signé dans Le Monde par des universitaires de renom comme Marcel Gauchet, Pierre-André Taguieff, Gilles Kepel et Pierre Nora (Le Monde des 1er et 2 novembre1. Ils y dénoncent les frilosités de leurs pairs, « la plupart des universités et des associations de spécialistes universitaires » qui se bornent à parler d’« obscurantisme » ou de « fanatisme », au lieu de désigner l’islamisme comme responsable de l’assassinat du professeur Samuel Paty. Ils mettent aussi en cause les « idéologies indigénistes, racialistes et décoloniales », nourrissant une haine des « Blancs » et de la France.

Chercheur en sciences du langage à l’université Rennes-II, Albin Wagener s’alarme : « Un député a donc le droit de jeter à la vindicte populaire des noms d’enseignants. On ne jugule absolument pas les causes qui ont amené à l’assassinat de Samuel Paty ; au contraire, on les déporte ailleurs. » Pour Olivier Beaud, professeur de droit à l’université Paris-II-Panthéon-Assas, spécialiste des libertés universitaires, « demander l’ouverture d’une sorte d’enquête parlementaire sur ce qu’écrivent les universitaires ou sur leurs débats savants est inédit en France. Le seul précédent, c’était aux Etats-Unis avec le sénateur McCarthy, de sinistre mémoire ».

Boucs émissaires

Emmanuel Macron avait accusé en juin le « monde universitaire » d’avoir « cassé la République en deux » à force d’« encourager l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon ». Fin octobre, Jean-Michel Blanquer avait épinglé « les thèses intersectionnelles qui veulent essentialiser les communautés et les identités, aux antipodes de notre modèle républicain ». L’intersectionnalité, dont la caractéristique est de penser comme des rapports sociaux ce qui est envisagé habituellement comme des variables séparées (genre, âge, sexualité, race, classe, etc.), créerait, selon lui, « le terreau d’une fragmentation de notre société et d’une vision du monde qui converge avec les intérêts des islamistes ».

Derrière l’escalade verbale se pose nettement la question du statut du savoir universitaire, qui, à la différence de celui dispensé dans l’enseignement secondaire, consiste à enseigner un savoir en train de se faire. Selon les mots du philosophe Karl Jaspers, un enseignement de type universitaire « se situe nécessairement dans un débat en cours », ce que le gouvernement feindrait de ne pas voir.

« La tendance actuelle est de faire porter à l’université la crise de la démocratie », s’inquiète Rose-Marie Lagrave, directrice d’études à l’EHESS. Mais la crise vient d’un « abus de pouvoir du politique sur les sciences sociales, véritables boucs émissaires », soutient-elle. « On assiste à des tentatives de délégitimation et de dénigrement des sciences sociales au motif qu’elles remplissent pleinement leur fonction critique d’une société dont certains représentants politiques voudraient cacher l’envers du décor : la pauvreté, le racisme, le sexisme, les inégalités sociales face à l’école, l’habitat, l’emploi et la culture », détaille la sociologue.

À y regarder de plus près, la communauté universitaire est pourtant loin de faire bloc. « Je refuse l’inquisition politique mais je refuse aussi le silence qui serait de la lâcheté intellectuelle et reviendrait à cautionner des universitaires dont la pratique serait de surdéterminer leurs recherches censément scientifiques (donc objectives) par des considérations lourdement idéologiques, fût-ce au motif de défendre telle ou telle minorité », nuance Olivier Beaud. Selon lui, des universitaires « radicaux » auraient délaissé la distinction opérée par Max Weber entre le « jugement de fait », qui fonde leurs recherches, et le « jugement de valeur », qui fonde leurs opinions.

Une « question d’appréciation »

À l’évocation de certains thèmes d’étude comme le décolonialisme, l’antiracisme ou le genre apparaît au grand jour une fracture quasi philosophique. « Il y a des conflits d’écoles, des conflits générationnels, notamment un mouvement de résistance à des savoirs qui viennent d’ailleurs ou d’autres épistémés, de champs de référence du savoir qui menacent les modes de validation du savoir en place », analyse Marie-Anne Paveau, professeure en sciences du langage à l’université Sorbonne-Paris-Nord. Le « manifeste des 100 » incarne à ses yeux « un repli de chercheurs français sur les savoirs européens issus du terreau gréco-latin ». Dans ses propres travaux, la chercheuse décentre ces derniers « pour modifier l’universalisme et installer le pluriversalisme », fondé sur des « centres de valeurs » en Inde, en Amérique latine, en Afrique, en Asie, et pas seulement en Europe.

Derrière la volonté de « mettre au pas » des savoirs jugés trop engagés, deux visions du rôle de la recherche scientifique s’affrontent. « Pour le gouvernement, elle doit répondre à des défis sociaux fixés par le ministère de l’enseignement supérieur, illustre Clyde Plumauzille, chargée de recherche au CNRS. Pour l’université, lieu collégial et de contre-pouvoir intellectuel, le savoir et les recherches sont les produits de la volonté des individus qui portent cette institution pour faire avancer les connaissances générales et les sociétés elles-mêmes. » Des recherches peuvent avoir des liens originels avec le militantisme, mais, « du moment que les choses sont dites et assumées, cela ne pose pas problème », estime-t-elle, cassant l’image d’un savant libre de passions partisanes tel que défini par Max Weber : « La science ne peut pas être neutre car elle est toujours située dans des personnes, des objets ou dans des lieux. »

Mais jusqu’où un universitaire peut-il aller dans sa liberté d’expression ? « C’est une question très délicate, selon Bernard Toulemonde, ancien professeur de droit à l’université de Lille et auteur d’une thèse sur les franchises universitaires. Il a parfaitement le droit de dire ou écrire ce qu’il croit vrai, mais le droit lui impose de respecter deux principes : celui de tolérance et celui d’objectivité. Tout est donc question d’appréciation, car on sait bien que l’on peut tendre à l’objectivité mais que celle-ci n’existe pas en soi, surtout dans les sciences sociales. »

Qu’il puisse y avoir des invités pour une conférence empêchés de s’exprimer ne choque pas Marie-Anne Paveau. « C’est un geste politique. Des personnes comme Sylviane Agacinski viennent porter à l’université un discours idéologique, et pas un discours de recherche », affirme-t-elle. « Ces débats empêchés sont extrêmement minoritaires et ne disent pas du tout ce qu’est la vitalité des échanges au sein des universités, complète Clyde Plumauzille. C’est plus souvent des non-débats qui sont empêchés, où les possibilités d’un échange autour d’un contenu scientifique sont minimes ».

Moins catégorique, la présidente de la commission permanente du Conseil national des universités (CNU) tient à ce que « l’espace universitaire reste extrêmement ouvert, de sorte que le débat puisse toujours y avoir lieu ». « Couper la parole avant même que l’invité ait pu la prendre est une impasse, estime Sylvie Bauer, également professeure de littérature américaine à Rennes-II. Empêcher le débat, c’est trahir la pensée universitaire. »

Des fonctionnaires qui jouissent d’une « pleine indépendance »

Si les enseignants-chercheurs sont des fonctionnaires, soumis au principe général de neutralité du service public, ils jouissent d’une grande souplesse qui tient à deux facteurs, rappelle Bernard Toulemonde, ancien professeur de droit à l’université de Lille : « La nature même de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui implique un climat de liberté, et l’âge des étudiants, qui sont en capacité de juger par eux-mêmes ». À partir de 1968, des textes ont posé les principes qui figurent au code de l’éducation : le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique. De plus, les universitaires jouissent d’une « pleine indépendance » et d’une « entière liberté d’expression » dans l’exercice de leurs fonctions d’enseignement et de leurs activités de recherche, « sous les réserves que leur imposent (…) les principes de tolérance et d’objectivité ».



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2020, 5 décembre). Les sciences sociales dans le viseur du politique. Academia. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ain3

  1. Une centaine d’universitaires alertent : « Sur l’islamisme, ce qui nous menace, c’est la persistance du déni » [Abonnés], également publié sur Academia. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.