Ouverture aux étudiant∙es. Réponse de la médiatrice de l’Éducation nationale et et de l’Enseignement supérieur

Credit: Ariel Olson, 2008

Barbara Schapira, maîtresse de conférences en mathématiques à Rennes-1, a interpellé la Médiatrice de l’Éducation nationale et et de l’Enseignement supérieur le mercredi 25 novembre 20201.

Voici la réponse, reçue ce jeudi 3 décembre 2020, qu’elle a autorisé Academia à publier.

#ResistESR


Sujet :

TR: Fermeture des universités
Date : Wed, 2 Dec 2020 19:52:02 +0000
De : Médiateur de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur <mediateur@education.gouv.fr>
Pour : barbara.schapira@univ-rennes1.fr
Copie à : Secrétariat Médiateur EN ES, CHARLOTTE AVRIL mediateur@ac-rennes.fr, FRANCINE LEROYER-GRAVET

Madame,

J’ai bien reçu et lu avec la plus grande attention le message dans lequel vous exprimez vos inquiétudes concernant la situation que vivent les étudiants des universités, du fait de la non reprise des cours en présentiel. Vous jugez la décision gouvernementale d’autant plus incompréhensible que les lieux de culte, les théâtres et les cinémas vont rouvrir bien avant la date prévue pour les universités.

Je vous remercie de cette alerte qui m’a touchée, comme tous les membres de la médiation de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, et qui rejoint les témoignages d’étudiants qui, de leur côté, nous ont écrit pour exprimer leur sentiment d’isolement et leur besoin de présence et de lien social. J’ai pu lire également le référé-liberté déposé le 30 novembre dernier devant le Conseil d’Etat par des enseignants-chercheurs et autres personnels de l’Université Paris I.

Je suis tout à fait sensible aux arguments que vous développez, qui témoignent d’un véritable malaise, d’une dégradation des conditions de vie et d’étude des étudiants les plus fragiles, et notamment du « désespoir » de ceux qui, comme les L1, n’ont quasiment pas eu de cours magistraux depuis mars 2020 et sont tenus de rester à distance de leurs lieux d’étude jusqu’en février 2021 – situation qui risque, selon vous, de déboucher sur un « désastre pédagogique ».

J’ai conscience aussi de la différence de traitement qui est faite entre les étudiants de BTS et de classes préparatoires aux grandes écoles dans les lycées et ceux des universités ; et je comprends que cela puisse leur paraître injuste.

Bien que la médiation ne soit pas en mesure de remettre en cause directement une décision du gouvernement, prise dans un contexte sanitaire aussi particulier et difficile, je vous informe que j’ai, comme vous me le demandez, transmis dès réception votre message aux autorités ministérielles et au cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui se sont montrés particulièrement concernés par cette situation.

En espérant que nos messages seront entendus et pourront faire évoluer la situation, je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes salutations distinguées.

Catherine Becchetti-Bizot
Médiatrice de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur
110 rue de Grenelle
75357 Paris 07 SP
Tél. 01 55 55 39 87
mediateur@education.gouv.fr

  1. Pétitions pour la réouverture par RogueESR et sur Change.org ont dépassé les 6000 et 4000 signatures à ce jour. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.