Réponse en règle à la missive de la ministre Vidal

Le 2 décembre 2020, en même temps que paraissait au Journal Officiel le nombre de postes CR classe normale au CNRS (242, soit à peine 3 de plus que l’année dernière), (une petite partie) de la communauté ESR recevait une lettre de la ministre Frédérique Vidal, qui y fait le service après-vente de sa loi de programmation de la recherche.

Les contenus de la lettre envoyée par Frédérique Vidal et de la réponse de Julien Gossa ont été brillamment résumés sur le compte Twitter de « Sauvons l’Université ».

Pour une lecture plus agréable de ce débunk en bonne et due forme, Academia vous en propose une version éditorialisée. Bonne lecture.

  • Par Julien Gossa, université de Strasbourg, membre de la rédaction d’Academia

En-tête et premiers mots de la lettre envoyée par la ministre Frédérique Vidal

« Je tenais à m’adresser à vous personnellement afin de vous dire ce que ce texte va améliorer dans votre quotidien »

Le courrier de Frédérique Vidal qui fait le SAV de la Loi Recherche en infantilisant les chercheurs.

TL;DR : beaucoup de prudence sur les effets immédiats, et beaucoup de promesses pour 2023 (les présidentielles sont en 2022).

Manipulation habituelle : plein de « grands chiffres » sont énoncés, aussi incompréhensibles qu’invérifiables.

C’est une inconduite scientifique de base : appuyer son propos avec des chiffres que le lecteur ne peut pas comprendre.

Le Sénat l’a bien vu.

Alors qu’une vague de mécontentement énorme traverse la communauté scientifique à propos de la LPR, Frédérique Vidal balance le nom des syndicats qui ont négociés avec elle. Croit-elle vraiment que c’est leur rendre service ? Et si non, quel est le but de cette manœuvre ?

Concernant la prime de mille balles, rappelons qu’elle est avant tout une injure et un déshonneur.

Vidal annonce ensuite que « la part individuelle des revalorisations a été limitée à 20% ». Ce n’est pas un outil de revalorisation (on a le point d’indice pour ça), c’est donc un outil de management. Il est bien connu : ses désavantages écrasent largement ses maigres avantages.

Côté doc et post-doc : « L’objectif est de parvenir, avec les collectivité territoriale, les entreprises et les associations » On note donc une promesse faites pour d’autres acteurs, donc surtout un désengagement de l’Etat.

Sur les CDI de mission et le paiement des vacations, la pudeur est frappante… Peut-être parce que la Ministre sait bien que c’est du bullshit.

« Notre pays ne compte pas assez d’enseignants-chercheurs » et c’est pourquoi nous allons en recruter encore moins, en mettant plutôt le paquet sur d’autres types de recrutement et sur l’achat de la paix sociale par des promotions locales.

Sur les 5 200 postes, l’injure s’ajoute à la blessure.

L’attaque sur le CNU est confirmée (elle ne fait que commencer) : un recrutement « simplifié » pour « plus d’équité et de transparence ». Ces mots ont systématiquement été prononcés avant une complexification qui a conduit à plus d’inégalité et moins de transparence.

lettre by Martine, 2009, CC BY-NC

 

Traduisons.

« N’écoutez pas les merdia. Ayez confiance. Gros bisous, Frédo. »

PS : C’était « un courrier destiné à l’ensemble des personnels de Madame Frédérique Vidal ».

¯\_(ツ)_/¯

On est quand même passé de « nous ne sommes pas des employés de l’université » à « nous ne sommes pas des employés de Madame Frédérique Vidal ».

On retrouve ce souci dans : « répondre à vos attentes, tout en nous redonnant des perspectives ». Ce « vous » (les chercheur et chercheuses) et ce « nous » (leurs dirigeant·es) sont si représentatifs de l’esprit de la LPR, que je ne peux pas y voir une simple maladresse.

Ce qu’il n’y a pas dans ce courrier (et qu’il y aurait dû avoir) :

  • la reconnaissance de « maladresses » (euphémisme) du ministère ;
  • le climat de tension qu’il est indispensable d’appaiser au plus vite ;
  • les 15 ans de réformes permanente qu’on n’a pas encore digérés.
  • le boulot formidable des universitaires en temps de crise ;
  • le grand défi qui nous attend à la sortie pour remettre d’aplomb notre système éducatif durablement perturbé ;
  • le grand défi de l’intégrité scientifique qui concerne la science globalisée ;
  • la situation inadmissible de beaucoup trop de nos étudiant·e·s ;
  • la situation intolérable de beaucoup trop de nos collègues, notamment précaires.

À la place, on a ça : « Malgré l’épreuve que nous traversons, le Président de la République et le Gouvernement se sont mobilisés » #ResistESR

Version originale sur Twitter et sur ThreadReaders.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.