Des universitaires en France craignent pour la liberté dans le contexte de la lutte contre le terrorisme islamique

Les universitaires en France craignent d’être pris·es pour cible par des politicien·nes de tout horizon politique à l’approche de l’élection présidentielle de 2022, après que le ministre de l’éducation nationale a accusé les universités de créer un terreau intellectuel pour le terrorisme islamique.

Après la décapitation, à la mi-octobre, d’un enseignant qui avait montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet, des chercheurs et des chercheuses qui se consacrent à des domaines tels que le racisme, l’islamophobie et le colonialisme français ont été victimes d’attaques sans précédent de la part de certains membres du gouvernement d’Emmanuel Macron — qui était initialement considéré comme un bastion contre le populisme de droite — mais aussi de la part de collègues universitaires.

« Lier tout cela au terrorisme, c’est la nouveauté »,

a déclaré Simon Dawes, professeur de médias à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Les universitaires sont désormais accusé·es d’avoir « du sang sur les mains » pour avoir mené certains types de recherches, précise le Dr Dawes, s’alarmant de la menace pesant sur liberté d’expression des universitaires.

Au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’éducation, a affirmé que « l’islamisme de gauche faisait des ravages » dans les universités françaises.

Réitérant ses propos, il a ensuite déclaré qu’il fallait « combattre » les courants intellectuels issus des universités américaines qui regardent la société à travers le prisme de l’origine ethnique, de la religion ou du sexe — plutôt que l’idéal républicain français d’égalité — parce qu’ils risquent de « fracturer » la société et créent une «vision du monde qui converge avec les intérêts des islamistes ».

https://www.flickr.com/photos/91022405@N03/10486596975/in/photolist-gYExW8-SxX3D9-3FtrAJ-7YoJAh-9aNo15-84YmSS-5k1hxj-7YkuF6-7Liodb-7YkucF-7YoJTG-7YoJZU-7YkuTR-7Ykv2K-7YkuB6-7YoKtj-7YoKiC-atkXid-7YoKdY-xQtR53-rPV92B-agATDt-bDwgbG-2hePDhi-5Ckq9T-9uMFTA-jqZHpY-7ckJzN-scawpS-2eeLP3Z-QNP9vv-2h1j4fM-rE7kvF-aSUNeF-2gZY222-52rguA-BWVSD6-2j7HXqr-xe9Nux-qM21aE-7jZc2S-5dJVU8-8yrQJM-QmPqnw-aUxnXX-7oJRU8-S19CsZ-8cNHTW-2h9bsSV-Tu3XcW

Putrefaction, by Alouette55th, 2013

La Conférence française des Présidents d’Université (CPU) a dû riposter en niant que les universités étaient complices de terrorisme.

Depuis lors, 100 universitaires ont publiquement soutenu les propos de M. Blanquer, accusant les universitaires « racistes » et postcoloniaux d’ « alimenter un racisme anti-blanc et une haine de la France ».

D’une certaine manière, ce débat reflète l’évolution aux États-Unis et au Royaume-Uni, où certains partis de droite craignent que certains points de vue universitaires ne suscitent injustement du ressentiment à l’égard de l’État et du pays. Ces derniers mois, Donald Trump, le président américain sortant, et un ministre du gouvernement conservateur britannique ont  attaqué la théorie critique de la construction raciale, un cadre en sciences sociales qui examine le racisme ancré dans la loi et les institutions juridiques.

En France, cependant, les universitaires qui explorent ces domaines sont attaqués de plusieurs côtés — par l’extrême droite et aussi par des laïcs républicains convaincus au sein du gouvernement et du monde universitaire de M. Macron. Les sondages actuels indiquent un second tour entre M. Macron et un représentant du Rassemblement national d’extrême droite lors de l’élection présidentielle d’avril 2022.

« Il est dangereux pour le gouvernement centriste français de surenchérir », a déclaré le Dr Dawes.

Le scandale a failli entraîner de véritables changements dans la loi. Le Sénat français a d’abord amendé une nouvelle loi sur la recherche pour stipuler que la liberté académique doit être exercée « dans le respect des valeurs de la République », un changement qui a incité la CPU à demander que la loi soit clarifiée et réécrite. Elle n’a été édulcorée par le Sénat qu’au dernier moment1.

Cet amendement aurait été « très mauvais » pour la libertée de la pensée dans les universités, a déclaré Rose-Marie Lagrave, directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), basée à Paris. Le Dr Dawes a déclaré que l’amendement l’aurait laissé dans l’incertitude quant à la possibilité de critiquer les valeurs républicaines françaises, telles que la laïcité, dans son enseignement.

Une des universitaires soutenant le ministre est Nathalie Heinich, directrice de recherche en sociologie à l’EHESS2. Le problème n’est pas que les universités s’intéressent à des domaines tels que le racisme et le colonialisme français, ce qui est normal, dit-elle. Le problème est plutôt que des universitaires « activistes » ont utilisé la recherche pour créer « une mentalité de victime » parmi les minorités en France.

Le problème est maintenant que dans les universités françaises, il y a eu une importation « à la mode » de la politique identitaire américaine, a-t-elle déclaré. Les affirmations des universitaires sur le « racisme systématique» et le «racisme d’État» sont « un encouragement direct au terrorisme,

a-t-elle déclaré au Times Higher Education.

Pourtant, il n’existe aucune preuve d’un lien entre les universités et l’assassin de M. Paty, Abdullakh Anzorov, 18 ans, un Russe d’origine tchétchène qui s’est installé en France en tant qu’enfant réfugié, ni entre l’université et l’homme d’origine tunisienne qui a poignardé trois personnes à Nice plus tard en octobre.

Je ne pense pas que les personnes qui décapitent des gens soient des lecteurs avides de Judith Butler

a fait remarquer le Dr Dawes, en référence à la pionnière américaine de la théorie du genre.

On craint que l’escalade de la rhétorique ait déjà créé un environnement plus hostile pour les universitaires en France. Le Dr Dawes a souligné l’annulation, début novembre, d’un colloque universitaire sur le féminisme après le harcèlement en ligne par des trolls d’extrême droite.

Une des organisatrices de l’événement, Sylvie Chaperon, professeur d’histoire à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès, a déclaré que s’il était difficile d’établir un lien direct entre le harcèlement et les propos de la ministre, les universités en avaient été affaiblies.

Ils sapent notre crédibilité et alimentent l’hostilité à notre égard, a-t-elle déclaré. Nous avons besoin de soutien et d’engagement et non de critiques infondées.

Toutefois, le gouvernement français est partagé sur la question de savoir s’il faut accuser les universités de jeter les bases intellectuelles du terrorisme. Frédérique Vidal, la ministre de l’enseignement supérieur, ne s’est pas fait l’écho de la rhétorique de M. Blanquer, tweetant plutôt que les universités ne sont « pas des lieux de radicalisation » et que « plus que jamais » la recherche était nécessaire pour comprendre les origines du radicalisme islamique.

  1. NDLR. On ne peut pas vraiment dire qu’elle a été édulcorée, car la CMP a maintenu les délit d’atteinte à la tranquillité et au bon ordre des établissements », passible de trois ans de prison et de 45 000€ d’amende. []
  2. NDLR. Correctif: au CNRS. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.