Travail d’archive (6). Le courage de démissionner : Michel Deneken donne l’exemple aux membres de l’Udice

Michel Deneken et les membres de l’Udice, le club auto-proclamé des dix « grandes universités françaises de recherche » qui prend la suite de la CURIF, sont en colère. Ils ont raison : le gouvernement ne les écoute pas, désespérément pas, alors qu’ils réclament « instamment la possibilité d’accueillir » les étudiants, et ce, « dès début janvier, avec une jauge de 50 % ».

Face à ce silence, il n’y a que deux solutions. La première consiste à aller au contentieux. La conférence des évêques de France a eu le courage de le faire, plutôt que de se perdre en belles paroles : elle a déposé un référé-liberté et obtenu satisfaction en 48 heures devant le Conseil d’État. Simple et efficace. La seconde solution consiste à démissionner de ses fonctions.

Please Resign by Colin Knowles, 2011, CC BY-SA

Faute d’engager le moindre contentieux, c’est cette dernière solution qui s’impose à nos président.es d’université. Michel Deneken doit prendre ses responsabilités et démissionner. Par-delà la crise sanitaire, les raisons ne manquent pas. Bien sûr, il ne le fera pas, et d’autres, d’ailleurs, ont dû en tirer les conséquences à sa place.

Et pourtant, il l’a déjà fait.

Amusons-nous à faire ressurgir la vieille lettre de démission que Michel Deneken a envoyée le 5 décembre 1980 à Alice Saunier-Seïté, alors ministre des universités dans le gouvernement Barre. Une belle lettre de démission du conseil d’administration de la faculté de théologie catholique, dans lequel il siège comme « délégué étudiant ». Une lettre qu’il veut spectaculaire et publique, et qu’il adresse, tout à sa fougue, directement à la ministre qui n’a qu’à bien se tenir.

Archives nationales, 20090276/1

Relire les motifs de cette démission avec nos yeux d’aujourd’hui est savoureux, quand on sait le chemin parcouru depuis lors par M. Deneken. Comme il l’explique dans sa lettre, avec cette démission, il s’agit de protester contre deux choses :

  1. Il s’agit d’abord de protester contre la loi Sauvage du 21 juillet 1980, qui réforme l’article 13 de la loi Faure de 1968 pour renforcer de manière très forte le poids des professeurs dans les conseils d’université (50 % des voix), et réduire en conséquence le poids de tous les autres acteurs (maîtres assistants et assistants, étudiants et ATOS, en particulier). Cette loi, dont peu se souviennent aujourd’hui, suscite à l’époque une très grande vague de protestation dans les universités françaises, car elle porte une atteinte grave à la représentation de la diversité des intérêts. Une atteinte à la représentation de la diversité des intérêts dans les établissements : voilà quelque chose que M. Deneken ne peut alors pas supporter. 36 universités sur 69 refusent, dans le même temps, de procéder à l’adaptation de leurs statuts, et la loi sera abrogée très vite après l’arrivée de la gauche au pouvoir (loi du 9 novembre 1981).
  2. Avec cette démission, il s’agit plus généralement de protester – accrochons-nous – « contre la politique actuellement menée à l’encontre de l’université ».

En cette fin d’année 2020, entre crise sanitaire, escroquerie budgétaire et loi de programmation de la recherche, il y aurait amplement matière à protester « contre la politique actuellement menée à l’encontre de l’université ». Chiche de prendre un coup de jeune ?


Le document reproduit est une archive publique librement communicable, conservée aux Archives nationales sous la cote 20090276/1, dans un carton appartenant au fonds du Département de la réglementation de la DGESIP versé aux Archives nationales en 2009.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2020, 27 novembre). Travail d’archive (6). Le courage de démissionner : Michel Deneken donne l’exemple aux membres de l’Udice. Academia. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aimp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.