L’évaluation en temps de crise sanitaire

La fin du semestre approchant, les équipes pédagogiques dans les universités sont amenées à se reposer les questions épineuses sur l’évaluation en période de confinement. Bien sûr, les contrôles continus ont maintenu cette question dans les esprits, mais l’organisation des examens soulève des problèmes d’une toute autre ampleur. Si ces questions doivent être posées, certains messages envoyés par des équipes pédagogique soulignent l’urgence de rappeler quelques points légaux qui doivent encadrer nos décisions et peut-être de proposer quelques éléments de réflexion. #ResistESR

L’évaluation : une obligation ou une option ?

En premier lieu, puisque notre métier d’universitaires consiste à élaborer des savoirs et en assurer la diffusion, il faut rappeler que l’évaluation devrait se subordonner à cette mission : évaluer pour enseigner et non l’inverse. Ceci est vrai de l’évaluation formative, bien sûr, mais aussi de l’évaluation assertive – l’un des problèmes actuels étant que sont entrés dans une année de formation des étudiantes et étudiants qui n’ont, suite au premier confinement et à une évaluation rendue presque impossible, pas assimilé les prérequis leur permettant de continuer leurs études dans de bonnes conditions intellectuelles. Il me semble qu’il aurait souvent été préférable de se contenter d’évaluation formative et de laisser le choix aux étudiantes et étudiants de redoubler ou de passer à l’année suivante : au moins nous n’aurions pas donné la fausse impression que nous étions en mesure de leur assurer qu’ils avaient légitimement validé leur année. Dans ces conditions, la question se pose à nouveau d’évaluer, ou de neutraliser.

La question de la fraude

Dans un monde idéal, il suffirait de d’informer les étudiantes et étudiants des conditions dans lesquelles se placer pour les examens et les laisser composer assez librement. Il resterait encore à s’occuper de celles et ceux qui n’ont pas d’espace de travail ou pas d’outil de télécommunication adapté, ce qui ne serait certes pas une mince affaire. Mais notre monde n’est pas idéal, et il est impossible de ne pas prendre en compte que la fraude aux examens universitaires est courante et constitue un problème sérieux.

https://www.flickr.com/photos/galeoc/28282968063/in/photolist-K6gB3p-2FCoti-MEbZFd-qumNk1-58SrYM-Kscige-yypc2s-R5e1QZ-JKRzra-77GD9e-KxHPKt-MzTsvY-TCN29a-epPnwM-WkUVJr-2jmmoe-FJ95xs-Kkuw9B-zs2vpb-HKMTgf-HPK4Kx-7VXKA1-dPn7rJ-JLyV6v-xQte8T-4xMVze-3aSPsc-f8w8Z-ceATeh-6mffr7-FcCkD2-NxXvwd-C4k5Rc-EZAbXk-iExFdj-vGeCf-5igcd7-bJ9dD6-4d5QmE-Duun6r-Nr1tar-rxUtVK-NrJtwV-CPF4wp-JTgH2D-zcWsbz-qyRbzb-oPPdhd-qG81kU-iajywd

Young succulents, from Skolnik Co, 2016

Il est cependant nécessaire de se rappeler que ce n’est pas un problème spécifique à la crise sanitaire, et qu’il y a une certaine hypocrisie à ne s’en préoccuper que maintenant – à part un rapport de l’IGAENR, on trouve peu de ressources et peu de place donnée à ce problème dans les conseils universitaires. On peut conjecturer qu’on s’est accommodé de la fraude tant que son ampleur évoluait continûment, et nous permettait un fonctionnement administratif régulé ; ce qui cause maintenant un tel intérêt serait en grande partie la disruption de notre fonctionnement : la taille des promotions a pu varier brutalement à la faveur de taux de réussite exceptionnels. Il convient donc de nous rappeler que le but de l’évaluation n’est pas, hors concours, de réguler la taille des promotions, mais de déterminer l’acquisition de l’essentiel des enseignements dispensés. La question de savoir comment obtenir cette information va recevoir une réponse différente suivant les contextes, en fonction des formations, des conséquences de l’évaluation, du public étudiant, et il ne peut être question d’édicter des normes uniformes.

Télésurveillance : un cadre légal incertain malgré le soutien de la DGESIP

Depuis le premier confinement, la question de la télésurveillance des examens est brûlante. Dans l’idée de reproduire une capacité de surveillance semblable à celle qu’on obtient en convoquant les étudiantes et étudiants dans une salle, certaines universités décident d’imposer jusque dans les domiciles et les ordinateurs la surveillance, avec la bienveillance de la DGESIP. On renvoie à ces billets du 3 avril (point 2°) et du 27 avril pour certains problèmes soulevés par cette méthode. Contentons-nous de dire ici que les moyens envisagés doivent respecter les droits des étudiantes et étudiants, notamment à la vie privée, ne pas faire peser sur eux des contraintes excessives, et être adaptés indépendamment des dispositions matérielles de chacun et chacune. Ces contraintes se sont révélées essentiellement incompatibles avec la télésurveillance des examens.

En tant qu’enseignantes et enseignants ayant à ce titre un poids important sur l’avenir de nos étudiantes et étudiants, nous ne devons pas profiter de cette ascendance pour imposer nos regards dans leurs vie privée. Peut-être ne mesurons-nous pas toujours ce que ceci représente, mais il est de notre responsabilité de nous poser cette question.

Examens en présence : un défi organisationnel

Pour ce deuxième confinement, moins strict, il est autorisé de convoquer les étudiantes et étudiants pour des évaluations en présence. Ceci soulève néanmoins des problèmes non négligeables.

Tout d’abord, il est bien sûr impératif de garantir des conditions sanitaires sûres : aération suffisante, jauges basses pour le nombre d’étudiantes et étudiants autorisés dans chaque salle, limitation du brassage.

Ces contraintes représentent un défi pour l’organisation des universités : placer les examens dans des salles de capacités réduite va certainement demander de limiter la part des examens passés en présence et de modifier les calendriers universitaires afin d’étaler les examens. Il serait désastreux de reproduire nos réflexes habituels cherchant à organiser les choses « aussi normalement que possible », pour se retrouver au dernier moment face à une impossibilité pratique.

Il faut considérer également les contraintes que cette modalité fait peser sur les étudiantes et étudiants. Beaucoup auront quitté leur chambre ou appartement, et les délais de déplacement et les possibilités de logement ne peuvent être ignorés. À minima des convocations précises, sur des horaires pas trop étalés, et envoyées très à l’avance sont nécessaires.

En conclusion : la variabilité des situations

Une formation de M1 en effectifs réduits pourra évaluer sur projets individuels là où ce serait inconcevable dans une année de licence aux effectifs pléthoriques ; une UE de mineure pourra être évaluée avec une souplesse plus grande qu’une UE contenant de nombreux prérequis pour la suite de la formation ; une université dont le bassin de recrutement est très large et peu desservi par des transports en commune n’aura pas exactement les mêmes contraintes qu’une université au bassin densément connecté, etc. Il paraît donc nécessaire de combiner une souplesse d’organisation permettant à chaque formation de faire les choix appropriés à ses spécificités, et un cadre d’organisation collectif. Les équipes pédagogiques doivent être libre de prendre les décisions qu’elles jugent adaptées, mais sans être livrées à elles-même dans le prolongement du grand #démerdentiel.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.