Qui pour soutenir les « coupables de dérives intellectuelles idéologiques dans les universités » ?

Mise à jour du lundi 30 novembre : la CPU exprime enfin tout son soutien aux collègues universitaires ciblé·e·s. Il ne reste plus que les communiqués de l’Udice et plus encore du gouvernement, que le discours de Frédérique Vidal lors de l’examen du plan de relance 2021 au Sénat ne saurait nullement remplacer.

Mercredi 25 novembre 2020 : deux députés demandent la « création d’une mission d’information sur les dérives intellectuelles idéologiques dans les milieux universitaires », et le font publiquement savoir par un communiqué de presse.

Ni la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ni la Conférence des présidents d’université, ni l’Udice, l’association autoproclamée des dix plus grandes « universités de recherche » françaises, ne bougent le petit doigt.

Jeudi 26 novembre 2020 : l’un des deux députés précédents, un certain Julien Aubert, se sentant pousser des ailes, décide d’aller plus loin, et dresse une liste de sept universitaires, dont un président d’université, qui ont en commun d’avoir dit sur les réseaux sociaux le dégoût que leur inspire l’idée même de « dérives intellectuelles idéologiques ». Publiant leurs photos de profils et leurs comptes Twitter personnels, le député jubile, avec le message suivant :

« Les coupables s’autodésignent. Alors que la privation du débat, l’ostracisation et la censure est constatée par nombre de professeurs, étudiants ou intellectuels, certains se drapent dans des accusations de fascisme et de maccarthysme. »

La ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, la Conférence des présidents d’université et l’Udice ne bougent pas davantage le petit doigt.

Vendredi 27 novembre 2020 : l’Auref, l’Alliance des universités de recherche et de formation, qui regroupe rien de moins que 35 universités, décide de sortir du bois, et il faut la saluer. Il faut dire, aussi, que l’un de ses membres, le président de l’université de Bordeaux Montaigne, figure par les « coupables » désigné par le député Aubert. Le communiqué choisit de rester tout en rondeur : il « appelle à plus de calme et de retenue dans les propos, de dignité et de respect de l’autre dans le légitime débat public, de mobilisation sur les vrais enjeux de la France et de son université ». Mais il a le mérite, lui, d’exister.

Communiqué de l’AUREF du 27 novembre 2020

L’université de Rennes 2, de son côté, annonce se réserver « le droit de donner une suite juridique à cette dérive grave ». C’est en effet une vraie question, à tout le moins sur le terrain de la diffamation.

twitter rennes 2

Le conseil d’administration de l’université Paris 8 se prononce à son tour pour défendre les libertés académique et tout particulièrement les collègues universitaires qui ont été pris·es pour cibles à diverses occasions, dont celle-ci. Ainsi, le CA « condamne avec fermeté les attaques ciblées dont certains de nos collègues font l’objet, et qui vont parfois jusqu’aux menaces physiques et même de mort. »

Le Conseil d’administration de Paris 8 tient, dans un contexte d’attaques multiples contre les libertés académiques, à rappeler son attachement indéfectible à l’indépendance statutaire et à la liberté d’expression des universitaires ainsi qu’au libre exercice de l’analyse critique. Il s’inquiète particulièrement des amendements adoptés par la commission mixte paritaire du Parlement dans le cadre de la LPR. Il demande la suspension de l’application de cette loi votée en l’état ainsi que la prise en compte des propositions émanant de la communauté universitaire et scientifique sur les besoins et l’avenir de l’ESR publics. Contre les approximations délétères, il rappelle que par son action l’université garantit un débat pluriel dans le respect d’autrui et de la laïcité, est un lieu d’exercice d’une réelle élaboration conceptuelle libre qui déconstruit les amalgames et toute action qui clive notre société, et contribue positivement à la vie citoyenne du pays. De plus, l’instauration du délit d’entrave ainsi que les discours présupposant l’incapacité des étudiant.e.s à avoir leur propre réflexion nous apparaissent comme autant de remises en cause supplémentaires du travail commun de débats et de développement de l’esprit critique qui caractérisent le projet universitaire auquel nous sommes attaché-e-s. Le CA condamne avec la plus grande fermeté les propos tenus à l’encontre d’une partie des universitaires et notamment celles et ceux spécialisé·e·s en Sciences Humaines et Sociales, accusé·e·s de façon injurieuse et infondée de complicité intellectuelle avec les assassinats islamistes. Il condamne également avec fermeté les attaques ciblées dont certains de nos collègues font l’objet, et qui vont parfois jusqu’aux menaces physiques et même de mort. De telles pratiques exposent non seulement de façon injuste et vindicative des enseignant.e.s-chercheur.e.s dans le plein exercice de leur métier, mais aussi toute la communauté universitaire, étudiant.e.s et collègues. Le CA de Paris 8 leur apporte son soutien plein et entier.

Lundi 30 novembre 2020 : la Conférence des président d’université sort (enfin, pourrait-on dire) un communiqué de presse à charge contre le député Julien Aubert. La CPU y assure sa solidarité avec les collègues universitaires pris·es pour cible et témoigne de son « indignation » partagée avec l’ensemble de la communauté universitaire.

Image

Du côté de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et de l’Udice, en revanche, rien. Toujours rien. Désespérément rien.

Ils bougeront un jour, c’est sûr, il le faudra bien, comme ils avaient bougé après les propos de Jean-Michel Blanquer sur l’islamo-gauchisme. Mais bouger comme ils le font, à la vitesse d’escargots réticents, ce n’est pas un soutien résolu et indéfectible dans la défense des libertés académiques. Ces gens ne sont tout simplement pas à la hauteur de l’Université.

https://www.flickr.com/photos/basicgov/4029724029/in/photolist-796oyv-4pTtwZ-9otiiE-5skEaM-27aV7F-NR1one-8t6WHH-5NZe9-79Ej1a-79JaLQ-71T393-7NeHsw-8t8KCM-51frcB-dPqJi-KzHebP-cnh6vw-JkvP85-6LVf4D-6hjTAf-7b6NFt-asQy7v-xvrcxM-77qh92-exE72-m1nMYX-7eWhyc-nXdV1-GEHuqQ-3njVZG-6hfHH8-77ucZb-eE3r9o-tqWE6d-5CNctd-5CHTax-hx7pa4-hioRzT-8qWx73-61NMLz-NPuCcA-79mkTJ-dCH9oj-ovVux1-bs1vy-bRQwPn-2fCAtDi-7vzoVt-i5dpFs-9vHdVA

Speaking about disasters (c) BasicGov, 2009


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.