Le maintien du confinement pour les universités soulève les contestations

Lors de son allocution du mardi 24 novembre 2020, le président Emmanuel Macron annonce que les universités resteront confiner a minima jusqu’au 4 février 2021, alors que de nombreux autres secteurs auront repris une activité quasi-normale. Cette décision a très rapidement provoqué des prises de positions, isolées et collectives, dont nous faisons ici une liste régulièrement mise à jour.

Mur confiné by Jeanne Menjoulet, 2020, CC

Tribune de RogueESR

Version originale disponible sur le site de RogueESR.

Pour donner un avenir à notre société, ouvrons les universités

Nous vous invitons à vous associer aux 3014 signataires de cette tribune, parue le 27 novembre 2020 dans plusieurs titres de la presse quotidienne régionale (Dernières Nouvelles d’Alsace, L’Alsace, Le Bien Public, Le Dauphiné libéré, L’Est Républicain, Le Progrès, Le Républicain Lorrain, Vosges matin).

C’est un sentiment de sidération, puis de colère, qui a saisi mardi soir des dizaines de milliers d’étudiants et d’universitaires : tandis que les lieux de culte et les supermarchés rouvriront dès ce week-end, les universités ont été condamnées à rester portes closes jusqu’en février dans le meilleur des scénarios. Aucun plan B n’est prévu. C’est pourtant le même exécutif qui, entre mai et octobre, a ignoré les alertes des universitaires sur les risques de contamination dans les établissements du Supérieur, mais aussi les rapports scientifiques détaillant les moyens qui permettent d’ouvrir ces lieux de création et de transmission du savoir sans en faire des foyers infectieux. Ces préconisations n’ont toujours pas été appliquées. La décision présidentielle résonne comme un aveu, dans un contexte où les universités subissent des attaques de l’exécutif et de ses alliés. Cette défiance envers les étudiants et les enseignants ne fait qu’accompagner le glissement de notre société vers un obscurantisme dont le développement des théories complotistes n’est qu’une des manifestations les plus évidentes.

Le mythe de l’enseignement numérique s’est fracassé contre la réalité des conditions de confinement des étudiantes et des étudiants. Leurs situations, tant psychologiques que matérielles, ne cessent de nous alarmer : dépression, précarité matérielle et subjective, décrochage des études, en particulier pour les bacheliers qui doivent apprendre les méthodes de l’Université après avoir été en partie déscolarisés ce printemps. Une société qui maltraite ainsi sa jeunesse est une société qui se prive d’avenir. Ce sont les jeunes adultes d’aujourd’hui qui, dans les vingt années à venir, auront la charge de surmonter les crises économique, sociale, écologique et démocratique, laissées actuellement sans réponse. La réouverture de l‘Université n’est pas que l’affaire du monde académique : elle nous regarde toutes et tous, si nous voulons sortir notre société de l’ornière.

Peut-on faire en sorte de limiter la circulation du virus dans les universités, afin de les ouvrir dès janvier ? À cette question, comme scientifiques, comme citoyens, comme parents ou comme grand-parents, nous devons répondre par l’affirmative. Dans l’état actuel des connaissances, on ne peut exclure qu’une fraction importante des contaminations se fasse par voie aérosol, dans des milieux clos mal ventilés, même avec le port de masques ordinaires, toujours imparfait. Il aurait été nécessaire dès le printemps dernier de quantifier le taux de transmission des différentes voies de contamination. Cela n’a pas été fait.

Pour ouvrir enfin l’Université, et ne pas ajouter à l’angoisse d’un avenir fermé le désespoir des étudiants, il est possible d’adopter un protocole rationnel prenant en compte les lacunes actuelles de notre savoir sur la maladie et reprenant les meilleures pratiques en vigueur dans les pays qui ont réussi à limiter très tôt l’ampleur de la deuxième vague. Ainsi, des mesures systématiques des taux de CO2 permettent de déterminer le nombre de personnes admissibles dans chaque salle. En cas de ventilation mécanique insuffisante ou inexistante, il faut adjoindre des purificateurs d’air à filtre Hepa, comme ceux conçus en kit dans les écoles de santé publique de Harvard, Yale ou du Max Planck Institute. L’Allemagne a débloqué 500 millions € pour l’amélioration de la ventilation des lieux collectifs ; la France, pas un euro. Quant aux présidences des dix universités les plus dotées, qui demandent aujourd’hui à pouvoir rouvrir en premier, rappelons qu’elles ont refusé de procéder à tout investissement, s’enfermant dans le déni des contaminations dans les lieux publics. La réquisition de locaux additionnels peut compléter ce plan matériel d’urgence. Les équipes enseignantes comme les étudiants doivent être équipés de masques FFP2 non médicaux gratuits, et nettoyés sur les campus pour pouvoir être recyclés. Les tests salivaires collectifs et le suivi de la charge virale dans les eaux usées doivent être systématisés. Il faut enfin nettoyer et aérer les salles de cours ; repenser et fermer les lieux de restauration collective — voies principales de contamination — au profit du plein air. Enfin, pour recouvrer l’ensemble des étudiants après ces mois si pénibles, l’enseignement en petits groupes devra être privilégié.

Cela demande des moyens, nous dira-t-on, en particulier des recrutements. Oui. Le sort de notre jeunesse en dépend. Si nous voulons redonner un avenir à notre pays, redonnons-lui son université.
Les 100 premiers signataires

Jocelyn Achard, Sylvain André, Bruno Andreotti, Maïtena Armagnague, Jean-Luc Autran, Sakina Ayata, Christine Bailleux, Christophe Baticle, Gwladys Bernard, Olivier Berné, Magali Bessone, Thibaud Boncourt, Jean-Guillaume Bordes, Vincent Borrelli, Elise Brayet, Sylvie Brodziak, Yann Bugeaud, Guillaume Calafat, Inès Cazalas, Kristel Chanard, Pascale Chiron, Guillaume Coqui, Florent Coste, Hélène Cottet, Dominique Crozat, Pierre-Yves Dacheux, Louis Dautais, Natalie Depraz, Jean-Pierre Digard, Pascale Dollfus, Pascale Dubus, Vincent Duchêne, Claire Ducournau, Thomas Dufaud, Florence Elias, Catherine Fabre, Isabelle Faure, Anaïs Flechet, Jean-Louis Fournel, Gilles Frison, Irène Gayraud, Laurence Giavarini, Lucas Gierczak, Linda Gil, Anne-Florence Gillard-Estrada, Séverine Grélois, Michèle Guillemont, Emilie Guitard, Alexandrine Guyard-Nedelec, Jacques Haiech, Patrick Haillet, Elise Julien, Benoît R. Kloeckner, Alexis Ladreyt, Frédéric Lambert, Frédéric Landy, Martin Laviale, Francis Lazarus, Coline Leonard, Pascal Maillard, Sandrine Maljean-Dubois, Dominique Manchon, François Marchal, Laurent Marsan, Emmanuel Marty, Jean-Marie Merle, Pierre-Yves Milcent, Perola Milman, Pierre-Yves Modicom, Mathilde Monge, Pierre-Louis Montagard, Marc Monticelli, Olivia Munoz, Alexandre Niveau, Pascal Noble, Luc Paillard, Arnaud Plagnol, Alson Ramamamtsialonina, Marwan Rashed, Nicolas Rialland, Jérémy Rivière, Michel Rueher, Arnaud Saint-Martin, Franck Salaün, Sabine Santucci, Nicolas Schabanel, sophie Servais, Tumba Shango Lokoho, Johanna Siméant-Germanos, Frédéric Soulu, Frederic Sounac, Fabien Stalport, Matthias Steinle, Antonin Thiébaut, Mathieu Tremblin, Grégoire Varillon, Miguel Angel Veganzones, Eric Verdeil, Chantal Zabus, Simon Zara.


Communiqué de presse de l’Assemblée des directeurs d’IUT


Communiqué de presse de la Conférence des président d’université

Image

Image


Communiqué de l’Alliance des Universités de Recherche Et de Formation


Communiqué de presse du SNESUP-FSU

Lors de son allocution du mardi 24 novembre, le Président de la République a annoncé que les universités ne pourraient accueillir tou·tes les étudiant·es qu’à partir du 4 février prochain. Cette décision, prise une nouvelle fois sans concertation et sans qu’aucune justification ne soit donnée, aggravera encore les difficultés pédagogiques, matérielles et psychologiques des étudiant·es, mais également de leurs enseignant·es. Le SNESUP-FSU ne peut accepter ce choix lourd de conséquences à court et moyen terme.

Comment peut-on justifier sur le plan sanitaire que les universités soient les dernières à rouvrir, après les restaurants, les salles de sport… et bien après les commerces et les lieux de culte ! Tout se passe comme si l’enseignement en mode “dégradé” à distance, que nous avons été contraint·es de mettre en place, réglait tous les problèmes. Comme si les universités ne rencontraient aujourd’hui aucune difficulté, ni pour les activités d’enseignement, ni pour les activités de recherche ? Il n’en est rien. Faut-il le répéter ? Les modalités actuelles d’enseignement produisent des effets psychologiques délétères qui risquent de se prolonger largement au-delà de la crise sanitaire. Elles ne font qu’accroître les inégalités déjà très grandes entre les étudiant·es. Pourquoi les élèves des CPGE ou encore de STS ont-ils/elles pu continuer à suivre leurs enseignements comme à l’accoutumée alors que les étudiant·es de licence et de master sont assigné·es à résidence, devant leurs écrans ? Comment la dimension collective du travail pédagogique et du travail scientifique peut-elle continuer à se développer dans ces conditions ?

Il est absolument nécessaire que nous puissions rapidement retrouver les étudiant·es en chair et en os et reprendre contact avec elles et eux, même en mode « dégradé » et en demi-jauge, pour pouvoir commencer le second semestre sur des bases stables, dans de meilleures conditions, et empêcher, tant qu’il est encore temps, un “décrochage” massif.
Le SNESUP-FSU rappelle au ministère la promesse (non tenue) faite fin octobre aux organisations syndicales d’une rencontre hebdomadaire sur le sujet pour discuter collectivement des solutions.

Il rappelle sa demande (également sans réponse) d’une réévaluation du budget alloué aux établissements pour faire face aux coûts supplémentaires occasionnés par la crise sanitaire.

Il demande enfin que s’organise, dès maintenant et dans des conditions sanitaires sécurisées, un retour progressif des étudiant·es et des enseignant·es dans les murs des universités pour qu’elles redeviennent des lieux de vie, d’études et de travail. Il en va de la santé de toutes et de tous et de l’avenir d’une génération d’étudiant·es.


Courriel à la Médiatrice de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur

Madame la médiatrice,

J’ai écouté attentivement hier l’allocution de  M le Président de la République.

J’ai entendu que les cultes pouvaient reprendre, dès samedi 28 novembre, dans la limite de 30 personnes à la fois.
J’ai entendu que les cinémas et théâtres pouvaient reprendre, dès mardi 15 décembre.
J’ai entendu que les lycées pourraient reprendre avec leur effectif complet, autour du 20 janvier.

Par ailleurs, je sais que dans de nombreux lycées, les étudiant·es de BTS et de classe préparatoire continuent à avoir cours, le plus souvent en classe entière, au mépris des consignes sanitaires actuelles.
Pourquoi une partie des étudiant·es ont droit à avoir cours, et pas les autres.

Depuis début octobre, madame la médiatrice, les universités se sont adaptées, ont consacré beaucoup de temps et d’énergie à mettre en place un enseignement hybride, avec une moitié des cours en présentiel, et une autre en distanciel. Bien entendu, nous faisons du mieux possible, en distanciel, pour garder nos étudiant·es motivé·es, pour leur transmettre le plus possible de savoirs et d’esprit critique. Mais ce distanciel ne peut qu’être un palliatif de courte durée, pas un mode d’enseignement durable.

Aujourd’hui, les étudiant·essont désespéré.es, les étudiant·es de L1, anciens de terminale, n’ont quasiment pas eu de cours en classe depuis mars 2020, et ne reprendraient qu’en février ? Cela signifie un an à la maison, quasiment… C’est un désastre pédagogique qui s’annonce.

Madame la médiatrice, je suis enseignante-chercheuse à l’université, et je ressens comme une injustice épouvantable envers nos étudiant·es qu’il ne soit pas possible, dès lundi 30 novembre, ou au moins dès le 15 décembre, à la fin du confinement, dans le respect d’un protocole sanitaire strict, de reprendre les cours en présentiel, avec respect des demi-jauges dans tous les locaux, et de toutes les autres mesures barrière, comme c’était déjà le cas début octobre. Au minimum, les étudiant·es de L1 devraient être prioritaires et reprendre sur les campus dès lundi, et les années ultérieures progressivement dans les semaines à venir, pourquoi pas.

Madame la médiatrice, les études , l’avenir des jeunes générations, nos enfants, nos étudiant·es, ne peuvent pas être moins importantes que le cinéma, le théâtre, le sport, les cultes, ou les sorties au restaurant.

Quel message à la jeunesse, Madame la médiatrice, que leurs études valent moins que des sorties dans les bars ?

Pouvez-vous demander au Président de la République, au gouvernement, aux ministres, aux préfets, aux recteurs, aux présidents d’université, la réouverture immédiate des universités dans le respect du protocole sanitaire strict en place depuis octobre ?

Je vous prie de recevoir, Madame la Médiatrice, mes respectueuses salutations,

Barbara Schapira, mathématicienne, enseignante-chercheuse à l’université Rennes 1.


Communiqué de l’association d’universités Udice


1 réflexion sur « Le maintien du confinement pour les universités soulève les contestations »

  1. Ping : Universités : sans directive, les directeurs ne peuvent préparer la réouverture - Terrain multimedia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.