Conseils aux hommes (et aux femmes) universitaires

L’association féministe de l’ENS Lyon, les Salopettes, a lancé une campagne d’information pour l’éducation à l’égalité de genre dans un cadre professionnel universitaire. Complétant, avec les sanctions pour harcèlement moral et sexuel, l’arsenal de lutte contre le sexisme ordinaire à l’université, cette initiative est remarquable par sa clarté et sa concision.  Elle est, qui plus est, dotée d’une affiche qui peut facilement être placardée dans les couloirs de votre université. Academia en reproduit les 10 recommandations ci-dessous, particulièrement utiles pour sensibiliser les étudiants et les jeunes collègues hommes ET femmes que le sexisme ordinaire n’est ni normal, ni une fatalité professionnelle du métier d’enseignant.e-chercheur.se.

***PS: Une collègue, après la publication de ce billet m’a fait remarquer que les conseils valent également pour les femmes universitaires: de fait, les comportements sexistes ne sont pas genrés. J’ai ainsi un peu changé le titre de mon billet, ajouté une mention dans un des conseils***

CONSEILS  AUX HOMMES (et aux femmes)  UNIVERSITAIRES

Agir pour  l’égalité de genre à l’université

1. Ne réduisez pas une femme à son apparence

Ne commentez pas l’apparence d’une femme, et ne remettez pas en cause ses compétences en fonction de ce critère. Abstenez-vous de toute remarque à caractère sexuel. Évitez dans vos espaces de travail les affiches, t-shirts, fonds d’écran (ou tout autre support) qui sexualisent les femmes.

2. Partagez la parole

Efforcez-vous de partager le temps de parole équitablement, sans interrompre les femmes. En tant que modérateur, assurez-vous que les hommes n’occupent pas plus la parole, et n’hésitez pas à solliciter les femmes.

3. Veillez à la répartition homme/femme dans les publications et événements universitaires

Essayez d’équilibrer la répartition H/F dans les réunions, colloques, journées d’étude ou toute forme de travaux collectifs. Prenez conscience des éventuels biais sexistes des revues universitaires.

4. Répartissez équitablement les tâches moins valorisées

Partagez les tâches administratives pour que personne ne soit pénalisé dans l’avancement de ses recherches en raison de son genre.  Assurez-vous que ce ne soient pas principalement des femmes qui organisent les moments de sociabilité : n’hésitez pas à vous porter volontaire et à vous concerter entre collègues. (Valable aussi pour les tâches ménagères et parentales).

5. Prenez garde au sexisme bienveillant

Les femmes ne sont ni merveilleuses, ni faibles, ni là pour apporter une « touche de féminité ». Ne soyez pas hostile à des situations renversées : ne refusez pas de passer les portes ouvertes par des femmes, n’insistez pas pour porter leurs affaires, etc.

6. Réagissez lorsque vous êtes confrontés à des propos ou des comportements sexistes

Les efforts vers l’égalité H/F ne doivent pas être laissés aux seules femmes. Faites remarquer à vos étudiants et collègues, hommes et femmes,  des attitudes ou propos sexistes. N’hésitez pas à soutenir activement vos collègues quand elles sont victimes de sexisme.

7. Réfléchissez à vos pratiques d’enseignement

Veillez à accorder la même considération aux étudiantes qu’aux étudiants, en particulier dans les disciplines où elles sont très minoritaires – mais aussi dans celles où les hommes sont très minoritaires. Ne rejetez pas des propositions de recherche parce qu’elles portent sur des autrices ou sur un « sujet de femmes ». Essayez d’équilibrer les lectures que vous proposez aux étudiant.e.s.

8. Utilisez un langage approprié et non sexiste

N’utilisez pas le seul prénom ou le tutoiement avec une femme là où vous ne le feriez pas pour un homme. Pour désigner des personnes, à l’écrit comme à l’oral, employez le masculin et le féminin ou des formes épicènes plutôt que le « masculin-neutre ».

9. Acceptez de remettre en cause votre comportement

Si on vous fait remarquer un comportement inapproprié, ne négligez pas l’importance de vous excuser. Ne reprochez pas à vos collègues d’être « émotives », « énervées » ou tout adjectif disqualifiant leurs propos parce qu’elles n’adoptent pas ce que vous considérez comme un ton « approprié » lorsqu’elles vous font une  remarque.

10. Écoutez les femmes

L’écoute respectueuse des femmes est une condition pour l’égalité : ne minimisez pas les préoccupations rapportées par des femmes, et prenez conscience du contexte social et des contraintes qui les amènent à exprimer certains problèmes et certaines frustrations.

Le respect ou la mise en œuvre de ces conseils n’ont pas à entraîner de remerciements systématiques

 

Quelques liens:


Laisser un commentaire