Déclaration de soutien de chercheurs.euses d’Amérique latine à Éric Fassin

Nos collègues d’Amérique latine savent d’expérience les dangers qui menacent à l’heure de dérives autoritaires. Plus de 30 associations, réseaux, groupes de recherche et 170 signataires (Brésil, Colombie, Argentine, Équateur, Mexique…) manifestent leur soutien, en même temps qu’à moi, à tou.te.s les collègues en France «victimes de persécutions et de menaces en raison de leur engagement». Merci!
(Eric Fassin)

« Il vaut mieux se plaindre d’une bougie que de vivre dans l’obscurité ». Paris, juin 2018. Photo: Cristina Del Biaggio

Déclaration de soutien de chercheurs.euses d’Amérique latine à Éric Fassin (professeur à Paris 8 – Vincennes – Saint Denis, chercheur au Laboratoire d’études sur le genre et la sexualité et membre fondateur de l’Internationale du genre).

Une fois de plus, notre collègue Éric Fassin a été menacé de mort. Aujourd’hui, la menace de décapitation vient de Twitter, réseau social sur lequel cet enseignant est très actif. Ses recherches sur les questions raciales, les migrations, la sexualité et le genre en font une cible pour l’anti-intellectualisme des extrémistes politiques ; même quand ils sont peu organisés, ces groupes font beaucoup de bruit. Ils accréditent l’existence d’un complot contre la civilisation qu’ils nomment : « idéologie du genre ».

Éric Fassin est menacé parce qu’il est un intellectuel qui se bat. Il répond aux médias chaque fois qu’il est sollicité et ne craint pas de revendiquer ses engagements politiques en faveur de libertés radicalement démocratiques.

Nous, professeurs.euses et chercheurs.eures brésiliens.ennes et d’Amérique latine, sommes solidaires avec le professeur Éric Fassin, un intellectuel qui a été une présence constante dans les événements universitaires importants qui se sont tenus dans notre pays. Il est partenaire de projets de recherche qui lient le Brésil et la France à la recherche de réponses à des questions qui nous mobilisent toutes et tous, comme celles liées aux droits humains et au droit et à la dignité d’existence de groupes sociaux qui ont été historiquement subalternisés.

Le dialogue est un instrument fondamental de et pour la démocratie. Le dialogue implique de promouvoir des relations symétriques et respectueuses, de savoir écouter et de mobiliser la communication pour la paix dans la recherche de solutions collectives. Les attaques télégraphiques sur les réseaux sociaux, qui peuvent aller jusqu’aux menaces de mort, favorisent la haine et montrent que les extrémistes n’ont pour argument que de réduire au silence radical ceux qu’ils désignent comme leurs adversaires. Malheureusement, ce phénomène politique se révèle d’une ampleur mondiale ; face à cela, nous ne pouvons pas garder le silence. Soyons une résistance au démantèlement de toutes les institutions qui encouragent la libre pensée.

À l’heure où le Brésil, et le monde, traversent une vague conservatrice, extrémiste, antiscientifique et qui nient la domination sexuelle et raciale, il est fondamental que nous nous unissions et luttions pour stopper les reculs dans le domaine des droits sociaux et politiques et pour pouvoir avancer vers un monde plus solidaire et démocratique.

Notre solidarité avec le professeur Éric Fassin s’étend à tou.tes les chercheurs.euses victimes de persécutions et de menaces en raison de leur engagement dans des projets citoyens et dans la transformation des institutions autoritaires.

(Liste des signataires et traduction en espagnol et portugais de la déclaration ici)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.