Se déclarer en grève … auprès des étudiant∙es

Il y a des moments où l’inquiétude est telle que faire cours est impossible. C’était le cas au lendemain de la nuit noire au Sénat, du 28 au 29 octobre 2020. La préparation d’un enseignement méthodologique de M1 était impossible. Aussi ai-je décidé de me déclarer en grève — à moins que ma formation puisse organiser une autre date.Ce n’était pas à mon employeur qu’il me fallait me déclarer, mais bien à celles et ceux pour qui j’étais indéfectiblement engagée : mes étudiant·es.

#ResistESR

https://www.flickr.com/photos/jamesjardine/7979165037/in/photolist-da6iLZ-4vo1di-9EqBX3-9WnTG5-b8CdRx-n679tN-5Ffe-eRqoR-6Jgqgp-4Spi4-8qLq8D-78aqi1-a9pD7q-4SphS-5Wqa-GasYf-kNyj-3gay-FQFHjh-o9qrpR-wwoog5-7DuV-4ygpJ8-nAMvtF-2qq3Bt-6KqnRV-e4rdo6-QVekvR-wecKZu-21tR91-6rnXKo-hWbuo7-56kJu8-8SiX-cqJu-9kN91C-mGFFtL-5rzS-NC8EuN-5AGB-RbqJ9R-tJke-9ch6oJ-d9dY-4ZL5-Ma3rq3-5WmAeo-bBe73z-294NBiZ-bYa7fj

Crédit: James Jardine,2011

Lundi 2 novembre 2020
Chères et chers étudiants et  étudiantes,
je suis vraiment désolée d’annuler le prochain cours, soit en me déclarant gréviste, soit en reportant celui-ci à des moments plus cléments.
Très engagée contre le vote de la Loi de programmation de la recherche 2021-2030, je suis devenue progressivement très sensible à l’islamophobie d’état (cf. le texte de Jean-François Bayart) et qui traduit, en substance l’existence même d’une islamophobie universitaire. Par chance, elle est cantonnée aux quelques signataires, âgés, voire retraités, issus d’institutions centrales aussi prestigieuses que quasi dépourvuesd’étudiant·es.
Le travail très approfondi sur la fabrique de la loi LPR  avec des juristes de très haut vol, m’a fait progressivement comprendre non seulement l’autoritarisme du gouvernement — que je savais déjà — mais surtout la faiblesse de la résistance des institutions garantes de la continuité de la République.
Nous y sommes : le Sénat vient de voter contre la loi sur l’état d’urgence, posant crûment la question de la continuité de l’État de droit. Soit le gouvernement retire sa loi ; soit il fait valider ce texte liberticide par la seule Assemblée peuplée de godillots, sans culture politique et convaincus de leurs bon droit à écraser tout ce qui existe en matière institutionnelle.
Bref, je n’arriverai pas à vous faire cours. Vous trouverez des textes à lire sur l’ENT; je peux vous répondre ponctuellement pour des besoins individuels, mais la situation est trop grave pour que j’arrive à me concentrer dans mon enseignement.
Je voudrais néanmoins proposer quand le choc de la nomination de Thierry Coulhon à la tête du Hcéres, et celui du discours du Premier ministre seront un peu dissipés, une rencontre hebdomadaire, pour ceux et celles des M1 qui  le souhaitent pour parler de tout, avec la grande latitute que laissent les libertés académiques.
Je laisse un carnet de bord en ligne à disposition : où vous pouvez indiquer une réponse à mon message afin de la partager à tous et toutes et m’indiquer vos besoins. Cela ne se perdra pas dans mes mails.
Vous pouvez également vous organiser un Discord (je ne suis pas assez habile dans ce dispositif). Je peux aussi laisser ouverte une salle BBB dédiée aux heures qui vous arrangent ou vous laisser prendre la main (l’ouvrir, etc.)
Une collègue avait rassemblée des idées pour continuer à enseigner et étudier à distance : la #facàdistance.
Prenez soin de vous — et tout de même, comme j’ai beaucoup Antoine Prost et ses Douze leçons sur l’histoire, n’hésitez pas à en lire les deux premiers chapitres, qui représentent toujours une brève et toujours d’actualité introduction à la sociologie historique
Meilleures et contrites salutations,
Christelle Rabier

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.