Chez les étudiant∙es, la crise sanitaire se paie au prix fort

Academia avait recensé pendant le premier confinement les enquêtes sur les condtions d’études très dégradées, et avait publié les résultats pour Rennes-2, seule enquête menée à l’échelle de l’université par la présidence. Parmi les étudiant·es,les étudiant·es extra-européen·nes sont les plus touché·es par la crise, comme le rappelle Modibo Massaké.

Avec le plaisir d’accueillir dans sa rédaction un nouveau rédacteur, Ugo Thomas, Academia se donne comme nouvelle mission de recenser les initiatives locales, enquêtes comme initiatives, à l’instar de Cop’1, association de soutien alimentaire. #ResistESR

  • par Ugo Thomas, Union Pirate, Université de Rennes-2

Depuis le reconfinement, la réalité de nombreux étudiant∙es a été, à nouveau, complètement bouleversée. Alors qu’écoles, collèges et lycées ont été maintenus ouverts, les établissements du supérieur n’ont pas connu le même sort puisque l’accueil des étudiant∙es, à de rares exceptions près, y a été suspendu. Pour mesurer les conséquences de cette situation, l’Union Pirate, le premier syndicat étudiant rennais a non seulement mené des initiatives de solidarités mais également lancé une grande consultation des étudiant∙es de l’Université Rennes 2. Entre le dimanche 8 novembre et aujourd’hui, cette consultation a reçu près de 4 000 réponses. Ce chiffre, qui représente plus de 18% des étudiant∙es inscrit∙es, nous permet d’observer un certain nombre de phénomènes et en particulier les nombreuses difficultés des étudiant∙es.

Plus de deux tiers des étudiant∙es ne se sentent pas bien, près de quatre cinquièmes rencontrent des difficultés

Sur le lieu de leur confinement, 57,1% des étudiant∙es se déclarent confinés chez leurs parents contre 42,9% dans leurs logements (25,2% en appartement individuel, 12,1% en colocation et 5,5% en cité universitaire). Quel que soit le lieu où ils sont confinés, une grande majorité des étudiant∙es rencontrent des difficultés. Ainsi, seuls 41% des étudiant∙es disent se sentir bien et seuls 20,9% ne rencontrent aucune difficulté. À l’inverse, 56,9% des étudiant∙es déclarent rencontrer des difficultés scolaires, 36,7% des difficultés psychologiques, 23,1% des difficultés financières et 6,8% des difficultés liées à la santé. Dans 92% des cas, ces difficultés ont pour origine ou ont été amplifiées par la crise actuelle (42,6% provoquées par la crise, 49,4% aggravées par la crise).

L’observation de l’état des étudiant∙es suivant leur niveau d’étude et leur lieu de confinement nous permet d’observer une certaine homogénéité dans le ressenti des étudiant∙es. Toutefois, quelques nuances notables nous montrent que les étudiant∙es en première année sont ceux qui vivent le plus mal la situation actuelle (37,7% se sentent bien ou plutôt bien contre une moyenne de 41%). À l’inverse, les étudiant∙es confinés en famille sont ceux qui déclarent se sentir le mieux (42,8% contre une moyenne de 40% chez ceux se déclarant se sentir bien ou plutôt bien).

Consultés sur leur ressenti vis-à-vis de la continuité pédagogique, c’est-à-dire la capacité de l’université à poursuivre le fonctionnement pédagogique en distanciel, les étudiant∙es la jugent dans la plupart des cas aléatoire (57,9%) ou pour 23% « bonne ». Malgré quelques nuances suivant les départements où sont inscrit∙es les étudiant∙es, ces chiffres restent très homogènes et l’on observe aucune différence notable entre les étudiant∙es de Staps, Sciences Humaines, Sciences Sociales, Langues et Arts-Lettres-Communications.

Face à une telle crise, qui touche l’ensemble des étudiant∙es, le ministère de l’enseignement supérieur ne peut pas persévérer dans ce que nous considérons être une inaction coupable. Il est de sa responsabilité de mettre en place un Plan d’aide massif et urgent à destination de l’ensemble des étudiant∙es. Ces aides doivent aussi bien concerner le volet financier que les questions de santé et en particulier de santé mentale. De plus, les nombreuses difficultés scolaires rencontrées par les étudiant∙es doivent être prises en compte par les universités, qui doivent mettre en place des modalités d’examens adaptées. Celles-ci doivent également comprendre que de nombreux étudiant∙es ne se trouvent pas dans des lieux où ils peuvent réviser et passer des épreuves dans de bonnes conditions (petits logements, difficultés numériques, manque de temps) et doivent ainsi limiter, si ce n’est exclure, l’organisation d’épreuves en distanciel synchrone.

https://www.flickr.com/photos/martie1swart/25435657524/in/photolist-EKEoPo-KSL4QA-rDkQx3-sQ4mQD-tL8Jfb-JJ7Fte-EdiASb-rf1AKa-rDhLAJ-siQP9c-z7wbiQ-HUMtYk-wuHHpw-D9fYMY-AnxzVy-BqCACq-EQkWKA-Qd7e9H-r3PPTB-J1Yyht-ryP11w-Sw7f6V-K6tqMS-s9bm43-27YQ9yu-uhcAtw-HwNHVD-vuYd2p-Gu8GFY-MYkd2p-CP3ABd-tkdneT-KMEkiA-uxLGYt-TeRJmh-JmhsBe-K6tF5j-rXu9Uj-GA2v8K-rQDb8V-EdNQfF-An6LLY-siCvbb-yKZqZj-YoHm75-FUzSGc-yp5KHR-rDfDBh-PDbigA-wvNNnp

Crocosmia flowers growing in the Drakensberg area. Credit: Martie Swart, 2016


Modibo Massake, sur Université ouverte : « les étudiant·es extra-européen·nes sont les plus touché·es par la crise »


Pour une autre initiative #ResistESR à l’Université de Paris-1 :Cop’1  « Des colis alimentaires préparés par des étudiants pour des étudiants », France inter, 19 novembre 2020.

Préparation de la distribution alimentaire place de la Sorbonne à Paris © Matteo Bordron

Samedi dernier, place du Panthéon à Paris, 250 étudiants ont fait la queue devant les stands de l’association Cop1 solidarités étudiantes pour récupérer un panier alimentaire. Chaque colis avait été préparé par des étudiants pour des étudiants.

150 bénévoles solidaires

Cette association basée à la Sorbonne est née à la rentrée, après que des étudiants de cette prestigieuse université au cœur de Paris se soient rendus compte qu’autour d’eux de plus en plus de leurs copains ne mangeaient pas correctement. Parti d’un noyau constitué de 6 personnes, l’association aujourd’hui compte 150 bénévoles dans ses rangs venus de différentes facultés.

Lire la suite sur France inter →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.