Représentation étudiante : le bruit et l’odeur

Il existe au coeur des universités, de nombreuses instances, pour la plupart régies par le Code de l’éducation, ou à défaut le réglement intérieur. Certaines invitent des représentant·es ou des syndicats étudiants. Représentation, pourtant, ne veut pas dire citoyenneté : à l’université, quelle place est donnée à la parole étudiante ? Pour les instances définies dans le Code de l’éducation, on peut se demander si les nobles principes imposés par le législateur ne posent pas problème aux primi inter quasi pares — les enseignant·es-chercheur·ses. L’an passé, Academia avait relaté la saga CFVU de l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne, où le détournement des principes légaux confinait à de l’abus de pouvoir au plus haut niveau ministériel. En cette période de refondation de l’université, il nous semble utile de continuer à contribuer à la réflexion sur la démocratie universitaire, telle qu’elle est actuellement pratiquée par les enseignant·es-chercheur·ses, les agents BIATSS et des étudiant·es, en particulier en son cœur : la formation.

Arrêtons-nous des instances créées récemment par l’arrêté du 22 janvier 2014, en son article 5 : les conseils de perfectionnement.

Article 5. Dans le cadre de la politique de l’établissement, des dispositifs d’évaluation sont mis en place pour chaque formation ou pour un groupe de formations, notamment à travers la constitution de conseils de perfectionnement réunissant des représentants des enseignants-chercheurs, des enseignants, des personnels bibliothécaires, ingénieurs, administratifs, techniciens, ouvriers, de service et de santé, des étudiants et du monde socioprofessionnel.
Une évaluation des formations et des enseignements est notamment organisée au moyen d’enquêtes régulières auprès des étudiants. Cette évaluation est organisée dans le respect des dispositions des statuts des personnels concernés.
Ces dispositifs favorisent le dialogue entre les équipes pédagogiques, les étudiants et les représentants du monde socioprofessionnel. Ils éclairent les objectifs de chaque formation, contribuent à en faire évoluer les contenus ainsi que les méthodes d’enseignement afin de faciliter l’appropriation des savoirs, des connaissances et des compétences et de permettre d’en améliorer la qualité. Ces dispositifs peuvent également servir de base à l’évolution de la carte de formation de l’établissement en cohérence avec la politique de site.
Les résultats des évaluations font l’objet de présentations et de débats au sein des équipes pédagogiques, du conseil de perfectionnement, du conseil de la composante concernée et de la commission de la formation et de la vie universitaire du conseil académique ou du conseil de l’établissement qui a compétence en matière de formation.

L’intention du législateur, en 2014, est parfaiement clair : la formation nécessite de constants ajustements, peu compatibles avec la rigidité des maquettes. Le « dialogue » entre enseignant·es et étudiant·es, étayé d’évaluations mais aussi d’échanges, en faisant particulier personnels de bibliothèques et autres agents contribuant à la formation, doit ainsi conduire non seulement à des débats au sein des équipes pédagogiques, mais surtout  « faciliter l’appropriation des savoirs, des connaissances et des compétences et de permettre d’en améliorer la qualité ». Pourtant, il peut y avoir un monde entre ces principes légaux et leur mise en œuvre.

Academia publie le témoignage d’étudiant·es invité·es au conseil de perfectionnement dit « conseil pédagogique » d’un Master recherche pendant l’hiver 2019-2020, alors que la mobilisation contre la précarité, les retraites et la LPR avait gagné l’établissement. Récit d’un non-dialogue ou d’une mise à distance.

https://www.flickr.com/photos/stephen63/30927235911/in/photolist-P7WaKn-7P4TTs-25XjYFo-8DSEFz-HFX9Zy-vcPiRG-5Dycra-Ea6kv-9xWtdU-ebMgqH-54gPL5-SY9Jik-bixioe-4dTWCy-9FMJVx-26ZqpGk-6qWi5d-awZrHN-Gdk2cF-8VM3ei-4GMCDW-7SBWGP-8qPwoh-4wNJZo-L2h1R6-S5Q5G-dmnvKJ-BHoPHW-hwdP5-iVzn-bXcvGi-fCjTxn-7NSW4K-2rmN6-2fpcz2h-KxDSx-athayM-3cgJSF-2nYM9d-2o7CVR-9qWrx-dCY7xi-CUqESX-8ppwd4-9yyi34-fCBqVC-tNCayK-GFiWfi-a87gFx-TSHwSW

Fallen. Credit: Steve Byrne, 2016


Cet après-midi avait lieu le conseil pédagogique de notre master. Il se trouve que nous sommes réprésentant·es, un peu par hasard, puisqu’aucune élection n’a eu lieu. On ne nous a pas vraiment dit en quoi consisterait ce conseil pédagogique. Simplement que nous étions convoqué·es à participer au conseil une heure après son commencement.

Nous décidons de tenir une réunion entre étudiant·es en amont. Nous sommes alors en pleine mobilisation contre la contre-réforme des retraites et la LPPR. Deux problématiques majeures se dégagent de la réunion étudiante, en premier lieu les problématiques des étudiant·es dans le cadre de la mobilisation, en second lieu les problématiques que nous considérions d’ordre « pédagogique » (problème de maquette, stage, cours etc.)

À la fin de notre assemblée générale improvisée, nous avons décidons de rester en nombre (à 14) pour essayer de participer dès le début du conseil — sans attendre l’heure de notre convocation une heure plus tard. Nous avons donc attendu nos enseignant·es devant la salle de la réunion. En nous voyant, iels réitèrent le fait que nous ne sommes pas convié·es pour ce début de réunion. Nous leur proposons de leur remettre un document résumant la réunion que nous avons tenue en amont : iels refusent sous prétexte que « ce n’est pas une assemblée » , « aucune décision ne sera prise » , « on discutera après un peu avec vous »,  « on les connaît déjà vos revendications ». Face à cette situation, nous décidons de laisser passer l’heure pour revenir plus tard. Nous en profitons pour rédiger un texte plus précis, cohérent pour expliquer les situations et les problématiques.

Nous nous rendons à nouveau à ce conseil pédagogique, nous sommes 14 devant la salle. Ils finissent, après 15 minutes d’attente devant la porte à nous ouvrir. Une enseignante nous invite à rentrer (toustes). Donc on se lance, naïvement enthousiastes à l’idée de rentrer ensemble.

Sauf que.

Lla directrice du Master nous dit qu’elle ne veut que les représentant·es. Premier problème : les deux étudiant·es élu·es, étaient excusé·e ou absent·e. Nous réitérons notre demande de rentrer en nombre, pour rétablir un rapport d’égalité — au moins en nombre — pour pouvoir discuter plus largement et éviter de reproduire les positions de dominations intrinsèques à l’université. Mais les arguments (absurdes) fusent pour nous empêcher de rentrer « s’ils rentrent toustes je m’en vais » « on est déjà fatigué·es ». On essaie d’expliquer qu’on veut simplement discuter avec eux tou·tes. Mais « ce n’est pas le lieu ».

De plus, l’élection s’étant faite arbitrairement, notre légitimité contestée et contestable d’être représentantes ne fonctionne pas tellement ce qui fait que nous aimerions tous venir. Refus. Nous arrivons seulement à faire entrer dans la salle deux autres personnes au hasard pour combler l’absence des deux autres représentant·es. La porte est fermée aux autres présent·es, qui doivent rester dans le couloir. Face a quoi deux enseignant.es (en opposition à la décision de la « directrice » qui ne veut accepter la présence étudiant·e) décident de quitter la salle. (Dommage pour nous restées à l’intérieur). Les deux enseignantes qui quittent la salle improvisent une discussion dans le couloir devant la salle où nous sommes.

Nous sommes un peu prises au piège.

Sans allié·es.

Bref.

Donc on commence par demander ce qu’il s’est passée l’heure précédente pour avoir une base de discussion. On nous rétorque qu’ils ne peuvent rien nous dire. Qu’ils nous communiqueront dessus plus tard.

Pour essayer de faire avancer la discussion qui n’a pas lieu, nous expliquons donc que nous, nous nous sommes réunis et on a discuté selon les deux points mentionnés plus haut. Ils disent que c’est seulement dans le cadre de la mobilisation qu’ils sont réunis ici et que de toute façon on ne peut pas discuter du deuxième grand point — la pédagogique.

Donc on évoque nos revendications étudiantes puis on nous rétorque que ce n’est pas non plus le lieu. Qu’on est pas représentant·es des 250 étudiant·es à qui ils font cours puisque nous sommes mobilisé·es. (Même si nos réunions étudiantes convient systématiquement l’ensemble des étudiant·es). Donc nous demandons ce qu’est un conseil pédagogique à quoi il sert. On nous rétorque un truc bien flou « réunion de membres statutaires avec représentant·es étudiant·es » sans mentionner d’objectif.

Chaque début de proposition était rejeté comme hors cadre, illégale, hors injonction ministérielle etc. Clairement, nous étions face à un mépris de taille vis-à-vis de la communauté étudiante (plus encore de celle mobilisée).

Au milieu du non-dialogue, deux enseignants partent en mentionnant des obligations très floues — le premier fait mention d’un rendez vous et le deuxième dit quelque chose du style « euh ah oui moi aussi ». On a voulu parler du stage des modalités de validation aussi, mais ce n’était pas le lieu non plus — iels feront une réunion D’INFORMATION pas de débat sur le sujet, ce qui nous confirme qu’en effet que les Master 2 devraient s’en inquiéter. Iels ont évoqué que les modalités étaient déjà très souples — sauf que les mails disent le contraire — et que c’était nous qui n’étions pas à l’écoute. On a voulu parler du tronc commun qui pose question on a eu droit à un « ah non mais ça on sait d’où ça vient » « y a des personnes nostalgiques d’une école que je n’ai pas connu » — en référence à une enseignante qui avait quitté la salle et qui était une enseignante de l’étudiant qui mentionnait le point. On nous a dit que la validation automatique à 16 n’était pas une mesure de « souplesse ».

Que « faire la grève c’était faire le jeu du gouvernement ».

Qu’il fallait des modes de mobilisations plus attrayants et charmants. Qu’on avait fait preuve de violence avec notre façon de venir ce jour. Que la grève des revues par exemple allait simplement tuer les revues en questions. Qu’il était important de maintenir des lieux de savoirs et discussions critique —réf à leurs super cours qui n’ont rien à voir avec une position critique. Que de toute façons ils ne pouvaient rien imposer à leurs collègues qui n’étaient pas tous présents. Bref, ils ont essayés de clore la non-discussion au plus vite et nous étudiant·es sommes ressortis bien annéanti·es.

Alors que faire face à un tel mépris? Comment mettre en place de nouvelles « instances » ou réunion pour travailler à un meilleure dialogue et une meilleure écoute des problématiques étudiant·es? Comment rappeler que le refus d’user des termes de dominaitons au coeur de l’université — comme les violences policières d’ailleurs —n’annulent pas ces faits?

Des étudiant·es de master


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.