Sylvie Bauer rétablit les faits. Entretien avec Olivier Monod, Libération, 16 novembre 2020

Après la tribune de la ministre Frédérique Vidal dans Le Monde, la présidente de la CP-CNU a souhaité faire paraître un Droit de réponse communiqué dimanche 15 octobre au Monde, et encore non publié. En attendant, Sylvie Bauer répond à LIbération, sans langue de bois. Elle  mâche pas ses mots : les paroles de la ministre sont, dans sa bouche, « des contre-vérités » et tiendraient du « procès d’intention».

Le gouvernement continue de se mettre le monde universitaire à dos. Le projet de loi pour une programmation de la recherche n’avait déjà pas beaucoup de soutien, mais les amendements passés au Sénat ont empiré la situation.

Deux articles sont particulièrement visés. L’un prévoit la pénalisation des manifestations sur les campus universitaires. L’autre modifie les règles de recrutement des enseignants-chercheurs. Tous deux ont été passés sans débat, alors que la communauté devait s’adapter aux règles du second confinement. La provocation de trop. Le dialogue semble rompu entre Frédérique Vidal, elle-même universitaire, et le milieu scientifique qui ne s’adresse plus à sa ministre de tutelle. La semaine dernière, la commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) a écrit une lettre ouverte directement adressée au président de la République dans Libération demandant la démission de la ministre Frédérique Vidal.

La lettre ouverte «Frédérique Vidal ne dispose plus de la légitimité nécessaire pour agir en faveur de l’université»

Les syndicats du secteur demandent à être accueillis par le Premier ministre afin que celui-ci revienne sur ces deux dispositions lors des dernières discussions parlementaires prévues mardi à l’Assemblée nationale et vendredi au Sénat. Une grève des enseignements baptisée «écrans noirs» est en cours depuis vendredi et une manifestation est prévue ce mardi.

La ministre essaie de reprendre la main dans une tribune parue dans le Monde le 12 novembre où elle s’en prend vertement à la CP-CNU qualifiée d’«excessive» et «théâtrale». Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU répond à la ministre dans Libération.

Comment réagissez-vous à la tribune de Frédérique Vidal qui juge votre lettre ouverte «maladroite» et vous appelle à vous «ressaisir» ?

 

Cette tribune nous a choqués. Plusieurs éléments tiennent de la contre-vérité et du procès d’intention. Frédérique Vidal évoque des querelles internes au sein de la CP-CNU et parle d’une expression du bureau, mais c’est oublier que notre texte a été soumis au vote des 240 membres de la CP-CNU. Sur 69% de votants, nous avons obtenu 94% de bulletins favorables à l’envoi de cette lettre. Nous avons donc demandé un droit de réponse au journal le Monde qui a publié la tribune de la ministre.

Je conçois que notre lettre ouverte au président de la République ne lui ait pas fait plaisir mais cette situation est le fruit des difficultés que nous nous avons à rentrer en discussion avec le ministère. Depuis mon élection en janvier dernier, je n’ai vu la ministre qu’une seule fois et depuis le lancement des consultations sur ce projet de loi en février 2019, la CP-CNU n’a jamais été associée aux réflexions.

 

Justement, la ministre vous invite à accepter «l’exercice démocratique» qu’a représenté l’élaboration de cette loi. Que répondez-vous ?

Je me demande qui fait preuve de «déni de démocratie» pour reprendre ses termes. La ministre parle du vote positif du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (Cneser) sur la loi, mais elle oublie de mentionner que celui-ci a eu lieu à 6h45 du matin après plus de vingt heures de débat, une nuit blanche et en l’absence de beaucoup d’organisations syndicales ayant boycotté la séance.

Cette loi a été passée en procédure accélérée au Parlement en pleine crise sanitaire. La communauté universitaire s’est largement exprimée contre, sans qu’aucune critique ne soit jamais prise en compte. Que penser du processus démocratique, quand des amendements sont passés en catimini, dans la nuit, sans débat, alors que les enseignants-chercheurs doivent organiser l’accueil des étudiants et la continuité pédagogique en période de pandémie ?

À lire aussiPendant la crise, le détricotage du statut des chercheurs continue

Justement, l’un des amendements dont vous parlez amoindrit le rôle du CNU que vous représentez dans la gestion des carrières. Comment fonctionne-t-il actuellement ?

Le CNU est une instance collégiale composée à deux tiers de membres élus et à un tiers de membres nommés. Elle est divisée en sections disciplinaires. Chaque section participe à l’organisation de la carrière des collègues (avancement, attribution de congés pour recherche, etc). Les règles d’attribution sont communes, mais les critères sont définis par chaque section. Toute personne souhaitant postuler au concours de maître de conférences ou de professeur des universités doit auparavant être qualifié par sa section CNU. C’est l’équivalent de l’inscription sur une liste d’aptitude.

C’est sur ce point que le gouvernement souhaite revenir. Il veut autoriser les établissements à recruter des personnes qui n’ont pas été qualifiées par le CNU. Mais lorsque nous l’avons rencontrée, la ministre nous a affirmé que le CNU n’était pas concerné. Nous ne sommes pas fermés à une évolution, nous voulons juste la faire en concertation. Nous avons des groupes de travail sur les missions du CNU, mais le ministère ne nous inclut pas dans ses réflexions. J’ai découvert à l’occasion de la tribune de Frédérique Vidal que «l’existence même du CNU» avait été remise en question, nous n’en avions pas été informés.

 

Vous dénoncez donc un passage en force…

Exactement. Sur ce sujet et sur celui des franchises universitaires. Le gouvernement instaure un délit d’entrave sorti de nulle part. La justification est d’éviter les événements comme, par exemple, la conférence annulée de François Hollande à l’université de Lille l’an dernier. Mais on voit bien que la rédaction de l’article de loi vise en fait tous les mouvements sur les campus universitaires. Cela va de pair avec les attaques du président Macron en juin reprises par Jean-Michel Blanquer sur l’islamo-gauchisme à l’université. Ces insinuations douteuses jettent l’opprobre sur toute une profession. Tout cela a mis le feu aux poudres.

Comment envisagez-vous la suite ?

Je pense que l’on ne va pas pouvoir continuer à se parler par presse interposée mais ma demande de rendez-vous du 2 novembre envoyée au directeur de cabinet n’a même pas reçu d’accusé de réception. La ministre dit que sa porte est ouverte, mais je ne vois aucune volonté de nous rencontrer.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.