Les coulisses de la CMP : comment la suppression de la qualification a été maintenue

La fabrique de la loi #73

← Article précédent

Article suivant­ →

Analyse de la conversation ayant mené la commission mixte paritaire à maintenir la suppression –dans différentes situations– de la qualification pour devenir maîtres·ses de conférences et professeur·e·s des universités dans la loi de programmation de la recherche (article 3bis), et ce malgré les vives oppositions de la communauté.

M. Jean Hingray, sénateur. – Je rebondirai sur le chiffre donné par notre collègue Hetzel, en préambule, à savoir près de 30 000 signataires de la pétition. Je viens de le vérifier, ils ne sont que 10 000, alors même qu’en 2013, quand le Sénat avait proposé un amendement similaire, 20 000 personnes avaient signé une pétition contre un amendement de ce type. Nous notons donc un essoufflement.

Par ailleurs, si ces derniers jours j’ai reçu quelques e-mails désagréables, j’en ai aussi reçu d’enseignants qui m’ont fait part de leur soutien. Nous verrons dans quelques années ce que ce type de recrutement donnera, mais il me semble bon d’insuffler un souffle nouveau au recrutement.

D’après M. Jean Hingray, les pétitions ont moins de signatures, ce qui permet de dire que « Nous notons donc un essoufflement. »

M. Stéphane Piednoir, sénateur. – Je comprends l’émoi que cela peut provoquer dans la communauté universitaire. Nous sommes inondés de courriels depuis quelques jours, même si certains professeurs ou maîtres de conférences y voient un assouplissement intéressant. Nous avons prévu des garde-fous pour ne pas donner le sentiment d’agiter des chiffons rouges. L’article crée une possibilité, par dérogation, à titre expérimental, pour une période maximale de cinq ans. Les établissements doivent aussi obtenir l’accord de leur conseil d’administration pour déroger. Si ses membres y sont opposés, il n’y aura pas de dérogation. A contrario, si les universitaires y voient un facteur d’assouplissement, ils saisiront cette possibilité et nous en dresserons le bilan en 2024.

M. Stéphane Piednoir estime que « Les établissements doivent aussi obtenir l’accord de leur conseil d’administration pour déroger » est un garde-fous suffisant. C’est méconnaitre complètement le fonctionnement des conseils d’administration. Je me tiens à sa disposition pour en parler.

Mme Laure Darcos, sénatrice, rapporteur pour le Sénat. – […] J’ajoute que, d’une section à l’autre, les fonctionnements sont très différents. Depuis quelques années, le CNU s’est reposé sur ses lauriers, notamment sur le suivi individuel qui n’est plus assuré, ce qui a été souvent rapporté. L’objectivité voudrait que nous puissions rappeler au CNU ses devoirs et ses missions. J’espère sincèrement que cette concertation pourra remettre à plat ses missions.

Compte tenu de ces garanties, nous sommes défavorables à la suppression de cet article, telle que proposée par les propositions de rédaction déposées par Patrick Hetzel, ainsi que Sylvie Robert et Marie-Pierre Monier.

 

https://www.flickr.com/photos/vinwar75/48328662621/in/photolist-2gCD2DP-hqyFA-hqyQV-hqyHT-4McHcH-hqyLv-7GCtWJ-nRZPKU-mZVn5b-63imSc-9P6Y4A-w3zgZ-9P6XZ1-6hGjx1-dCcEE4-RCxn22-5RNok6-Kvkmt-NjxaRQ-5K7g8R-4uoKjN-bfAXSc-5TVray-9urwic-HJtH7b-7FUwJG-y8vdZp-57VvQc-5TVre3-bPhQNF-5DVvxX-86A9d8-9kAAmH-AigAW-8LgDmA-auW2bz-2hS1kdu-UZMe6B-57ZK5q-7c9RDN-axvvGz-cVKkTq-2Qqe3b-7vtXS9-HTU3B-8f6kdA-6u2Ach-54Tu5-amPfYe-4ojz78

Fog drill. Crédit: Vincent WR, 2009

Mme Laure Darcos justifie la mesure par « Depuis quelques années, le CNU s’est reposé sur ses lauriers » et souhaite « remettre à plat ses missions », confirmant ainsi qu’il s’agit d’une attaque dirigée contre le CNU et non d’une modification technique.

Mme Danièle Hérin, députée, rapporteure pour l’Assemblée nationale. – Le décret d’application du dispositif fixera le cahier des charges de l’expérimentation, ainsi que les règles spécifiques au processus de recrutement des professeurs. Sur le fond, sont exclues les disciplines à agrégation – droit, économie, gestion, sciences politiques – et les disciplines de santé, comme ma collègue l’a indiqué. Ces deux blocs sont engagés dans des processus différents.

Je soulignerai, par ailleurs, le fait que les étrangers nous demandent souvent pourquoi notre doctorat ne permet pas automatiquement de posséder le statut de maître de conférences. Dans l’université, on considère que le seul doctorat ne permet pas d’être maître de conférences, ce qui est gênant. Il est vrai que les deux assemblées ont fortement hésité à discuter de ce sujet. Néanmoins, procéder à une expérimentation est une bonne chose – il y a trop longtemps que nous nous interrogeons sur cette question. Si les établissements ne s’emparent pas de cette possibilité, cela voudra dire qu’il ne faut toucher à rien.

Mme Danièle Hérin : « les étrangers nous demandent souvent pourquoi notre doctorat ne permet pas automatiquement de posséder le statut de maître de conférences. » Il suffit de leur répondre que ce n’est pas le CNU, mais le manque de postes qui empêche de posséder ce statut.

Tous insistent lourdement sur le fait que c’est une expérimentation (12 occurrences de ce terme). Ca ne serait pas nécessaire si on avait la certitude que c’est une bonne chose. L’expérimentation est une manipulation qui sert à adoucir la transition et à limiter la confrontation. Rien d’autre.

Il n’y a d’ailleurs strictement aucun indicateur de prévu qui permettrait de savoir si l’expérimentation est réussie ou non, et s’il faut la continuer ou non. Cela montre bien qu’il ne s’agit pas d’une expérimentation, mais d’un pied dans la porte.

Le pied dans la porte (traduction littérale de l’anglais « foot-in-the-door » mais traduit également en « doigt dans l’engrenage » ou encore phénomène du premier pas) est une technique de manipulation décrite par les psychologues sociaux. Elle consiste à faire une demande peu coûteuse qui sera vraisemblablement acceptée, suivie d’une demande plus coûteuse. Cette seconde demande aura plus de chance d’être acceptée si elle a été précédée de l’acceptation de la première, qui crée une sorte de palier et un phénomène d’engagement.

Le principe de cette procédure étant qu’un acte peu coûteux obtenu dans un premier temps (acte préparatoire) prédispose l’individu à accepter plus favorablement une requête ultérieure bien plus coûteuse.

Wikipedia, consulté le 14/11/2020 à 11 h 28

Lien : verbatim de la commission mixte paritaire du 9 novembre 2020

Version originale à lire sur Twitter
Remerciements à Florent Figon pour l’éditorialisation



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2020, 14 novembre). Les coulisses de la CMP : comment la suppression de la qualification a été maintenue. Academia. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aikt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.