Rétention de notes ou trop-plein de bonnes notes ? Pour une émancipation des jurys d’examen

La contestation de la loi de programmation de la recherche se réorganisant à très grande vitesse ces derniers jours, Academia s’engage à relayer dans dans sa nouvelle collection #ResistESR les différentes initiatives locales ou disciplinaires qui lui seront signalées et qui sont susceptibles d’être reprises ailleurs, à l’instar du refus d’évaluation Hcéres et de la grève des « écrans noirs ».

Dans cette grande colère, la rétention de notes est une proposition qui revient souvent : elle a été utilisée dans plusieurs conflits, et elle reste dans le répertoire des actions des collègues. C’est pourquoi Academia juge utile de faire état des débats que celle-ci soulève, afin qu’elle soit retenue, si elle l’est, en toute connaissance de cause. Nous considérons d’abord l’état de la jurisprudence en matière de rétention de notes — spoiler : vraiment pas favorable — avant de se poser la question d’usages de la notation pouvait porter attente au tranquiilité et au bon ordre de l’établissement, en toute légalité, en nous remémorant les épisodes LRU (2008-2009) et le «10 améliorable» votée au printemps dernier par la CFVU de l’Université de Paris-1. Enfin, pour conclure sur une note fleurant bon Vincennes, nous remettrons sous les feux de la rampe la souveraineté des jurys.

*
*   *

La rétention des notes tient le haut du pava dans le répertoire de la grève enseignante. Encore en 2019, les enseignant·es du secondaire y ont une recours contre une administration Blanquer qui préparait une réforme décriée, et qui est désormais reconnue comme un fiasco. Non seulement la réforme est un échec, mais en plus, la grève s’est retournée contre celles et ceux qui s’étaient saisi·es de cet outil pour empêcher la catastrophe annoncée. Pourtant certain·es appellent, en particulier, à ne pas oublier les enseignements à tirer du conflit – entre autres – des correcteurs et correctrices du bac de 2019 : le non rendu des notes peut être une action coûteuse pour les enseignant·es.

En effet, le risque est aujourd’hui que les établissements d’enseignement supérieur considèrent, à l’instar de ce que Jean-Michel Blanquer a appliqué à l’Éducation nationale ((Academia remercie Denis Roynard de lui avoir fourni la matière jurisprudentielle de ce billet.)), qu’un refus de remise de notes représente une « absence de service fait » qui dure tant que les notes n’ont pas été fournies. La conséquence qui en est tirée est assez simple : en application de la jurisprudence du Conseil d’État sur l’absence de service fait,

« en cas d’absence de service fait pendant plusieurs jours consécutifs, le décompte des retenues à opérer sur le traitement mensuel d’un agent public s’élève à autant de trentièmes qu’il y a de journées comprises du premier jour inclus au dernier jour inclus où cette absence de service fait a été constatée, même si, durant certaines de ces journées, cet agent n’avait, pour quelque cause que ce soit, aucun service à accomplir ».

Au titre des inconvénients, on peut aussi ajouter le fait que la retenue des notes est souvent génératrice de tensions internes entre celleux qui s’y engagent et les autres et, surtout, de tensions entre étudiant·es et enseignant·es.

Jeunes plants. Euphorbia horrida Boiss. Credit: Skolnik Co, 2016

Aussi, certain·es proposent de retenir une autre solution : plutôt que laisser couler les choses, elle consiste à créer un point de résistance différent. Pour cela, il suffit de donner une note à tout le monde, note validant l’enseignement. Cela n’aurait aucun impact sur la correction, mais ne donnerait pas de prise à l’administration universitaire sur le lien entre l’enseignant·e et l’étudiant·e qui se noue à l’occasion de l’évaluation ou plutôt l’appréciation d’un travail. Cela aurait l’immense avantage de consacrer le maximum d’heures à l’enseignement, plutôt qu’à l’évaluation d’une formation incomplète, voire insuffisante. Et, redisons-le, de ne pas davantage obérer les relations entre étudiant·es et enseignant·es, alors que tous et toutes sont convaincu·es que l’université et le ministère les a laissé tomber.

Précisons deux choses à l’attention de nos lectrices et de nos lecteurs :

  • La rétention des notes, comme modalité d’action gréviste, a été utilisée pendant la grève anti-décret LRU en 2008-2009. Selon les entretiens que nous avons euavec celles et ceux qui ont participé à ce conflit, à l’époque les étudiant·es avaient massivement soutenu les EC dans leurs revendications sur les modulations de service, en assurant l’occupation des facs pendant de longs mois, par exemple à la faculté Saint-Charles (Marseille) et d’autres lieux emblématiques de la résistance ESR. Les étudiant·es attendaient en retour un soutien des EC sur leurs propres revendications. Les raisons pour lesquelles, localement, cette rétention s’est arrêtée varient : des pressions sur les EC souvent, des tensions avec les étudiant·es aussi. L’abandon du décret de modulation1 a achevé de dégager les EC de leur contrat tacite passé avec les étudiant·es, qui se sont vu·es imposer la sélection en Master.
  • Structurellement, la politique du gouvernement, en nous faisant baigner dans cette cascade de mépris évaluateur qui affecte nos tâches quotidiennes, n’a cessé de construire la distance EC-étudiant·es, par le biais de la note, précieux sésame pour passer les multiples étapes d’une sélection qui ne cesse de s’aggraver faute de tenir compte de la démographie et des besoins de formation en matière de construction immobilière, d’équipements et bien sûr de recrutements d’EC qualifié·es. Les examens ne sont désormais plus une façon de sanctionner une formation, mais bien un moyen supplémentaire de classer et de jeter. La question se pose pourtant, en période de confinement, quand on sait combien la vie, le bien-être des étudiant·es sont affectés, leurs conditions d’études abîmées, sans même parler des dispositifs techniques (examens à distance) et physiques pour leur accueil, posent problème. Aujourd’hui, pour ne prendre que l’exemple de l’Université de Paris-1, deux-tiers des étudiant·es ont quitté la région parisienne, ce qui rend impossible leur rapatriement pour cause d’examen. Rappelons ici l’épisode CFVU de l’Université de Paris-1 qui avait défrayé la chronique mondaine en mai et en juin 2020. Les organisations syndicales étudiantes avaient proposé une modification des modalités de contrôle des connaissances (MCC) avec validation de leur semestre pair par un 10 améliorable. De l’avis des représentant·es étudiant·es, il s’agissait de faire en sorte que tou·tes les étudiant·es, très stressé·es, puissent disposer de la tranquillité d’esprit pour se consacrer à l’apprentissage et aux exercices de contrôler, sans perdre le bénéfice d’un semestre2. Ces nouvelles MCC ont été votées (plusieurs fois) à la majorité des représentant·es étudiant·es et du personnel.
    L’histoire de cette décision qui a fait l’objet de recours contentieux de différents acteurs de l’Université, mais aussi d’une intervention remarquée de notre chère  ministre Vidal, qui jugeait que ce dispositif portait une grave à la « qualité des diplômes ». Il nous avait frappé, à l’époque, qu’il y avait une différence entre ce que nous EC entendions par « qualité des diplômes » — reposant sur une formation de qualité  —  et la « qualité des diplômes » que Vidal réduisait à une distribution discriminante de notes. Elle suivait en cela la philosophie d’un Thierry Coulhon, et bien évidemment d’autres EC, qui jugent ce rôle discriminant de l’université consubstantielle à sa fonction sociale : classer la société et, partant, ses usagers.

Proposer une note unique à tous et à toutes : voilà qui est quasiment impossible à sanctionner par l’administration par des retenues sur salaire et autres punitions car, en la matière, l’appréciation des évaluateurs et évaluatrices réuni·es en jurys est souveraine, l’administration ne pouvant se substituer à eux ni pour les sujets donnés ni pour les évaluations des copies ou des prestations orales (en présentiel ou à distance).

Nous le savons tous et toutes : corriger un examen ou un exercice n’est pas le noter. La note est un indicateur, à la fois très pauvre et signifiant, du sens que nous pouvons donner au travail réalisé. Ne pas donner une note, ce serait un moyen de nous déprendre du circuit de la récompense qui ne peut tenir lieu d’apprentissage critique. Cesser d’utiliser la notation comme instrument classant est une façon, au passage, de rouvrir le débat sur l’évaluation, et sur la manière dont celle-ci vient au soutien d’établissements sous-dotés en places pour accueillir des étudiant·es qui, soudainement, seraient trop nombreux·ses à être trop bon·nes.

Allons jusqu’au bout du raisonnement : dans cette période de réappropriation de notre université, n’est-ce pas le moment de réinstaurer la souveraineté des jurys sur la notation, souveraineté technique — afin de ne plus être soumis·es au diktat de logiciels qui ne sont pas construits pour les usagers que nous, EC et Biatss, sommes —  souveraineté politique, entendue comme une façon de nouer une nouvelle alliance au sein de la communauté université avec nos étudiant·es.

Le débat est ouvert.


Pour aller plus loin : Université Rennes 2. Le confinement met en difficulté de nombreux étudiants, Ouest France, 12 octobre 2020 — sur la question des examens :

Les étudiants souhaitent, à 91 %, passer leurs examens sous forme de dossiers et devoirs à rendre, et non sur table ou en ligne à heure fixe, « afin de mettre tout le monde en situation d’égalité, pour ne pas avoir à passer son examen avec une mauvaise connexion ou des petits frères et sœurs à côté de soi ».

  1. Sauf erreur en juin 2009. []
  2. Voir la dizaine d’articles publiés sur Academia pour avoir le détail de l’histoire. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.