Préférer ne pas. Pourquoi et comment refuser d’être évalué∙e par le Hcéres

« Présidence du Hcére: le projet qu’avait présenté Thierry Coulhon au MESRI et au comité de sélection », Newstank, article n°198790, 10 novembre 2020

La résistance #ResistESR — résistance aux décisions de la Commission mixte paritaire fixant les formes de la loi désormais « scélérate » dite de programmation de la recherche 2021-2030, à la nomination entachée de conflits d’intérêts — se réorganise désormais rapidement. La suppression de la qualification et l’invention du délit « d’atteinte à la tranquilitié et au bon ordre des établissements », puni jusqu’à trois ans de prison et 45 000€ d’amendes ont achevé de raviver la flamme endormie avec le chaos de la rentrée. Academia invite les membres de la communauté universitaire à présenter dans ses pages toute initiative locale susceptible d’être reprise ailleurs. Commençons, avec Rennes-2, par ne plus répondre aux attentes collège du HCERES, dont son désormais président Thierry Coulhon juge que c’est du « travail de qualité, non contestable, mais menacé de vanité » (Newstank, 10 novembre 2020) et que même « les DG du Ministère ne lisent pas les rapports du Hcéres ».

Que rédiger un rapport Hcéres, pour Academia, Camille Noûs et Thierry Coulhon, relève bien, selon le concept popularisé par David Graeber, d’un « bullshit job ».

https://www.flickr.com/photos/mikecogh/14759733468/in/photolist-ouguxf-Gxr7ai-VVP3-PgGXXU-29DMS41-2bE4mym-sSCCR-edGaCF-J8t12P-wgSZLh-212xpze-2bdby2z-FUce2o-25RCbC1-24yi9Ee-28eD3kd-2dG5UHn-9caLD8-Kscige-JTfLe4-LMtNS5-2fA5FzV-M4f6n9-29ZFSf6-FXY9z9-J18ZNV-24qbsUE-2b1x836-23fMprB-2eBTroE-24uFhxr-XkyoSB-SFXiWW-2dUyD94-9nQLYm-yj83k-25zAia3-d2PFdG-2cq2hZA-27UzQyh-SSeJSv-azA5Ky-Hrvfbz-2F3NSm-bJ9dD6-QGcNCv-JLpKW4-iExFdj-3aSPsc-281AV6J/

Young trees (c) Michael Coghlan, 2014


  • par Camille Noûs, Université de Rennes-2

Le 1er novembre, Emmanuel Macron a nommé Thierry Coulhon à la tête de l’Hcéres, alors même que le conflit d’intérêt de la candidature du conseiller du président est évident et qu’une majorité de parlementaires s’est prononcée contre sa nomination. Cette décision achèvait de délégitimer une instance d’évaluation dont l’inutilité pour le bien commun est évidente puisque les évaluations de l’Hcéres ne sont pas là pour aider les composantes en difficulté à régler des problèmes qui trouvent généralement leur origine dans le manque de moyens pérennes.

La vague B des évaluations Hcéres en 2020-2021 concerne 70 établissements d’enseignement supérieur et de recherche publics et privés, 484 entités de recherche, 1379 formations et 41 écoles doctorales.

Nous avons commencé à voir venir cette “vague” d’évaluation fin 2019, en même temps qu’une grande partie du pays s’opposait au projet de réforme du système de retraite et que la communauté universitaire commençait à s’inquiéter de la LPPR qui s’annonçait. Nous n’étions évidemment pas imperméables à la situation. La vague s’est rapprochée au premier trimestre 2018 alors qu’il fallait commencer à compléter les dossiers d’auto-évaluation, que la mobilisation contre la LPPR s’amplifiait et que le Covid-19 se rapprochait. Le tout alors que comme d’habitude beaucoup d’entre nous font de nombreuses heures complémentaires d’enseignement pour combler l’absence de recrutement pérennes. Bref, tout ça pour dire que nous n’avions pas que ça à faire et que cette vague charriant des tableaux excel à n’en plus finir achevait de nous mettre la tête sous l’eau.

Il ne semble pas utile de rappeler ici que l’évaluation est constante dans nos carrières, que jusqu’ici elle se faisait majoritairement par les pairs, au niveau international pour les projets de recherche et les publications par exemple et au niveau national, via le CNU et des procédures de recrutement —certes très perfectibles mais qui en théorie limitent le localisme et la promotion des médiocres. Si la qualité disciplinaire et académique était effectivement une préoccupation de l’État, le ministère n’aurait pas proposé une loi qui permet de distribuer les diplômes de doctorat comme des médailles en chocolat ou de recruter au grade de professeur des personnes qui ne font plus de recherche depuis des années.

Dans le contexte de l’opposition massive à la LPPR (devenue LPR depuis), quelques initiatives ici et ont émergé, faisant rapidement consensus, pour refuser de remonter des dossiers d’auto-évaluation et ne plus participer aux comités d’évaluation du Hcéres. C’était, au début de 2020, une promesse de désobéissance civile si nos revendications n’étaient pas entendues. Nous sommes le 10 novembre 2020, hier la commission mixte paritaire a entériné les dispositions les plus contestées de la LPR et a parachevé la destruction du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche en prenant soin de museler toute contestation à venir, puisque désormais

Le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement supérieur sans y être habilité en vertu de dispositions législatives ou réglementaires ou y avoir été autorisé par les autorités compétentes, dans le but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement, est passible des sanctions définies dans la section 5 du chapitre Ier du titre III du livre IV du code pénal”,

soit 3 ans d’emprisonnement et 45 000€ d’amende. Force est de constater que non seulement nos revendications n’ont pas été entendues, mais qu’en plus on nous crache à la gueule. Dont acte.

Ce week-end encore, je prévoyais un long argumentaire pour dire que certes, cette rétention était compliquée puisque nous sommes mis·es en compétition à tous les niveaux et que l’institution est organisée de manière à ce qu’aucun échange horizontal ne puisse se faire ; certes, c’est compliqué puisqu’on nous laisse entendre que l’allocation des moyens sera liée à l’évaluation et qu’on ne voudrait pas se saborder; certes c’est compliqué parce qu’il se passe quoi si on est les seul·es à dire non ?

Mais si nous ne sommes pas convaincu·es aujourd’hui de l’inanité de consacrer une minute de plus à remplir et analyser des tableaux excel pour les transmettre à une instance illégitime, dont les rapports ne sont lus par personne (Thierry Coulhon le dit lui-même, “les DG du ministère avouent ne pas lire les rapports du Hcéres”), aucun argumentaire ne changera quoi que ce soit.

Au début de l’année, dans cet “avant” de plus en plus lointain où se dessinait déjà l’affreux “monde d’après”, nous avons voté en masse des motions indiquant notre refus de la LP(P)R et annonçant la retenue des bilans. Nous demandions à sortir de la logique de “l’excellence”, nous dénoncions des procédures chronophages et une machine bureaucratique qui se nourrit elle-même : on propose des formations non pas pour s’auto-évaluer, mais pour produire des rapports Hcéres.

Hier, le parlement et le gouvernement ont détruit l’avenir des jeunes chercheur·ses, sabordé nos statuts, refusé de financer l’ESR à la hauteur des besoins, ignoré les mobilisations, les oppositions, les milliers de personnes qui se sont opposées à la LPR, à la remise en cause du CNU, et ont poursuivi leur politique autoritaire en faisant passer à la dernière minute un amendement scélérat qui criminalise les mouvements sociaux au sein des campus. L’autoritarisme qui se déploie contre l’ESR, personnels et étudiant·es est le même que celui qui criminalise les journalistes, le mouvement social et même les enfants. Aujourd’hui confiné·es, demain interdit·es d’utiliser nos amphis pour nous organiser, nos modalités d’action se réduisent comme peau de chagrin. Nous pouvons faire ce petit geste : dire non, signaler que nous n’acceptons pas cette autorité illégitime, rendre leur travail plus difficile sans rien changer au nôtre, forcer les directeur·ices de composante, les présidences des établissements à choisir entre la base et la bureaucratie, préférer ne pas remonter les bilans.

Dans la majorité des composantes concernées, les bilans d’auto-évaluation ont déjà été rédigés, nous avons fait le travail pour nous, nous connaissons nos forces et nos faiblesses, nous avons choisi nos perspectives pour les années à venir. Le travail est fait. Nous n’irons pas plus loin.

Le mode d’emploi est simple :

  1. Informer l’ensemble des composantes de son établissement de la décision prise et des modalités de son application pour rompre l’isolement.
  2. Ne pas remonter les bilans.

#ResistESR


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.