Patrick Lemaire interpelle Frédérique Vidal : ce que la LPR aurait pu être mais ce qu’elle sera

L’enseignement supérieur et la recherche réunissent une communauté d’individus et de groupes très diverse, et l’hétérogénéité des réactions qu’a suscitée la loi de programmation de la recherche en témoigne. Academia n’a par exemple pas toujours partagé le point de vue sur ce texte que portaient les sociétés académiques de France, et leur porte-parole, Patrick Lemaire, biologiste. Tant s’en faut. Nous avons contesté, en particulier, l’insuffisante attention portée à la nécessité de protéger activement les milliers de jeunes chercheurs et chercheuses réduites à multiplier les contrats précaires, en leur garantissant postes et maintien du statut de la fonction publique. Lutter contre leur transformation en Lumpenproletariat (féminin) de la recherche, comme certains champs disciplinaires de la recherche le pratiquent, est selon nous un combat prioritaire entre tous : le premier de tous les combats à mener.

Ceci étant rappelé, nous avons lu Patrick Lemaire ce matin dans Le Monde, et hier, sur Twitter, et nous sommes entièrement d’accord avec lui : la loi de programmation de la recherche 2021-2030 est une véritable catastrophe à tous les points de vue. Frédérique Vidal en est responsable1. Comme l’a demandé la commission permanente du Conseil national des Universités, Frédérique Vidal doit maintenant partir.

Merci, Patrick Lemaire, pour ce texte, précis, à l’acuïté terriblement mordante.

#ResistESR


  • Par Patrick Lemaire, Biologiste du développement à Montpellier, directeur de recherches CNRS.

Chère Mme la ministre, chère Frédérique Vidal, chère collègue, quelques réflexions personnelles sur cette loi « de programmation » dont vous vous félicitez tant, telle qu’elle aurait pu être et telle qu’elle sera en fait.

Cette loi, la LPPR, était grandement attendue par toute la communauté de la recherche. Cela aurait pu être une grande loi, qui vous aurait placée dans les pas d’Hubert Curien.

La LPPR aurait dû redonner les moyens financiers nécessaires à notre recherche pour la remettre sur un pied d’égalité avec les autres pays et honorer notre engagements international d’investir 1% du PIB dans la recherche publique.

La LPPR aurait dû assurer le nécessaire équilibre entre financements récurrents, qui permettent d’explorer librement, et financements sur projets, pour accélérer sur les pistes prometteuses.

La LPPR aurait dû être suffisamment précise dans sa programmation budgétaire pour que les gouvernements successifs aient du mal à justifier de ne pas la respecter.

La LPPR aurait dû redonner confiance et une perspective professionnelle aux jeunes (de plus en plus rares) qui se dirigent vers les carrières scientifiques.

La LPPR aurait dû ramener les salaires des scientifiques au niveau de ceux des corps de rang égal des autres ministères. Parce qu’ils/elles le valent bien.

La LPPR aurait dû s’attaquer au mille-feuille administratif qui gangrène la recherche publique et les structures de valorisation à l’interface recherche publique/entreprises.

La LPPR était enfin –et peut-être surtout– une occasion à saisir de porter une réflexion politique sur la place des chercheurs toutes disciplines confondues dans la société, dans les administrations et dans le processus de décision politique.

Mais la LPPR ne l’a pas fait, et vous en êtes responsable, Mme la Ministre, chère collègue.

Vous avez justifié d’un investissement nul dans la recherche sur les derniers 10 ans pour clamer qu’un investissement minimal et incertain est une formidable victoire. Vous avez raison, il ne faut pas donner trop de nourriture aux sous-alimenté·es.

Votre loi met en avant le financement sur projet et l’augmentation du budget de l’ANR, omettant toute référence à l’évolution des subventions pour charge de service public, le fondement des crédits « récurrents ».

Pire, dans un remarquable tour de passe-passe sémantique, votre loi finançe les crédits que vous appelez encore « récurrents » par le préciput des contrats ANR. Un financement récurrent sur projet, en somme.

Votre loi laisse près de la moitié de sa programmation budgétaire sans affectation : sur le progr. 172, qui finance les organismes de recherche, environ 10 Md€ sur 17 Md€ ne sont pas affectés. Quelle aubaine pour les coupes budgétaires des gouvernements à venir.

Vous avez, via un amendement scélérat de dernière minute, piloté l’exclusion du CNU des procédures de recrutement sur poste, sans pour autant augmenter le nombre de ceux-ci. Tant pis pour les jeunes. Et tant pis pour la parole donnée.

Votre loi augmente « généreusement » les primes mensuelles des scientifiques. Une demie mesure qui ne suffira pas à rattraper les rémunérations des corps des autres ministères. Que les scientifiques restent à leur place — subalterne.

Le pire n’étant jamais sûr, attendons l’impact d’une hypothétique future loi sur les retraites sur les rémunérations globales, sur une vie, des scientifiques. Gageons que cet impact accroitra encore le déséquilibre des rémunérations avec les autres corps.

Votre loi restera peut-être dans l’histoire comme la loi qui aura réprimé le droit de manifester sur les campus, en prévoyant jusqu’à 3 ans d’emprisonnement pour quiconque aurait le « but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement ».

Votre loi ne montre pas plus d’ambition pour la simplification administrative que de vision pour un soutien à l’innovation. En déclarant la discussion du Crédit Impôt Recherche hors champs, elle se prive de toute réflexion sur la politique nationale de soutien à la R&D privée.

Votre loi définit — certes — et inscrit — enfin — l’intégrité scientifique dans le code de la recherche et dédie 1% du budget de l’ANR au partage de la culture scientifique. Mais elle reste une loi technique et insipide, sans portée politique.

Votre loi ne fait notamment rien pour renforcer le rôle de l’OPECST ou, plus généralement, la culture scientifique des élus et des administrations.

Nous continuerons donc à avoir une représentation nationale et des administrations qui gèrent les incertitudes du monde moderne au doigt mouillé et à la boussole des idéologies. Avec les succès escomptés dans la gestion de COVID19 et de la transition écologique.

Je vous adresse donc toutes me félicitations, Mme la Ministre et chère ex-collègue, pour la qualité de votre vision, qui n’a d’égale que la confiance que la communauté académique place en vous.

J’étends mes félicitations à toute l’équipe des gouvernements de Jean Castex et d’Edouard Philippe pour tant de clairvoyance. Mention spéciale à Bruno Le Maire, pour son soutien à la recherche publique française, motivé par une profonde compréhension de ses enjeux industriels.

Version originale publiée sur Twitter à lire sur Thread Reader

  1. NDLR; Thierry Coulhon en est tout aussi responsable comme manigaceur de l’ombre. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.