Une émotion à la hauteur du bouleversement et de l’affront : l’administrateur provisoire de Paris-1 prend le maquis

Gouverner Paris-1 S2 épisode 4

Il est des moments où l’on perçoit que le fond de l’air est révolutionnaire quand des choses improbables se passent, aussi improbables que des juristes demandant aux organisations syndicales si elles ont bien posé un préavis de grève pour les jours qui viennent. Le message qui suit de l’administrateur provisoire de Paris-1 fait partie de ces signes qui ne trompent pas : expliquer aux étudiant·es l’affront fait par une ministre qui avait récemment soutenu fermement la présidence de Paris 1, y compris en outrepassant allégrement le principe de séparation des pouvoirs. Frédérique Vidal ne disait-elle pas dans l’hémicycle du Palais du Luxembourg le 16 janvier 2019 :

« l’ensemble des présidents d’université, des professeurs, des maîtres de conférences » devaient « déclin[er] les politiques publiques décidées par l’État » avec « obéissance et loyauté »»

La lettre de Thomas Clay à l’ensemble de la communauté universitaire de l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne est savoureuse : moins par son ton sentencieux, auquel nous sommes désormais habitué·es, ou par sa critique longuette du fonctionnement du Conseil national des universités (CNU) que par la rage qui en émane.

Personne n’a été dupe, en tout cas pas les milliers de destinataires qui se sont empressé·es à leur tour de faire suivre ce message. Les étudiant·es apprécieront pour autant que l’arroseur — qui, même dans ses rêves les plus fous, n’osait sans doute pas espérer la création du délit d’atteinte à la tranquillité et au bon ordre des universités pour enfin faire cesser l’affront des occupations de Tolbiac — subisse, à son tour, les conséquences des méthodes législatives non-démocratiques du gouvernement. #ResistESR

https://www.flickr.com/photos/latitude-21/3639828304/in/photolist-2e7gWfK-22gMeVq-RgCMhX-ymtRU2-EKmCyr-e58PMS-r7pGi-4g3py1-8SA36Z-RZKGed-8cqKcC-8cxLBX-auY5xa-CnyGN-q4GfA5-A1q8jU-6xD59q-5tZLXZ-2joqeJ1-6SN9ao-dFjsiy-6Vs43i-5H3ZjZ-83FzQc-yx9cMW-712qGZ-cJbXRY-7FFLg9-7FBRj2-xo72z3-8dvHwV-8dz1B7-pBhw5-9kKCLf-dUNndj-btvUWd-5uMzcs-BvfDYi-6AsF6S

L’arroseur arrosé (c) Celia Debruyere, 2008


—– Message transféré de Thomas Clay <thomas.clay@univ-paris1.fr> —–
Date: Tue, 10 Nov 2020 10:44:45 +0100
De: Thomas Clay
Répondre à: Thomas Clay
Objet: [forum] En défense du Conseil National des Universités
À: forum@listes.univ-paris1.fr

Chers abonnés de la liste « Forum »,

Sur cette nouvelle liste dédiée aux débats et à laquelle tous les personnels de l’Université sont abonnés — sauf s’ils se désabonnent — et tous les étudiants qui le souhaitent, permettez-moi un message à titre personnel sur ce qui s’est passé hier en Commission Mixte Paritaire au sujet du projet de la loi de programmation de la recherche. Le sujet me paraît revêtir une importance telle qu’il justifie qu’on en débatte, et que ce débat puisse se tenir ici, en toute liberté. La disparition programmée du Conseil National des Universités heurte selon moi au moins deux principes fondamentaux de notre République, celui de la promotion au mérite et celui de la représentation démocratique.

Sur le premier, le principe de fond, il s’agit de la suppression assumée de l’organe national d’évaluation des aptitudes des enseignants-chercheurs. Certes son fonctionnement n’est pas à l’abri de la critique, certes, il y a même certaines des 77 sections qui devraient être entièrement revues, et, pour avoir participé au nom d’un précédent Ministre, à la composition d’un tiers des membres du CNU, je sais combien le processus est fragile et mériterait d’être amélioré. Mais sa suppression, surtout aussi brutale, n’est évidemment pas la solution.

Désormais donc, l’instance nationale indépendante et impartiale de vérification des aptitudes et des promotions, qui repose sur le principe d’une évaluation par les pairs dans la discipline, pourra être contournée au bon plaisir des universités, lesquelles sont parfois en proie à des préoccupations bien différentes, si tant est qu’elles disposent des compétences pluralistes en interne pour assurer ces évaluations.

Chacun le perçoit, à l’aptitude nationalement reconnue va se substituer une reconnaissance locale qui s’appuiera sur des critères parfois très éloignés des mérites scientifiques. Le temps de la docilité et du mandarinat est donc revenu. On sait bien en effet combien il est difficile de refuser un recrutement ou une promotion à celui ou celle qu’on fréquente depuis longtemps et qui a apporté une aide précieuse ou qui est dans la ligne recherchée. C’est donc le choix de la prime au localisme qui a été fait plutôt que celui des mérites académiques. L’endogamie est pourtant un poison qui se diffuse dans les veines d’une université pour l’affaiblir complètement, sinon l’anéantir. Mais il est bien souvent trop tard pour réagir quand on s’en aperçoit : on n’est déjà plus qu’un village Potemkine1

Certes, compte tenu de sa puissance et de ses pratiques, une université comme la nôtre s’est en partie mithridatisée contre ce poison. Et certaines de nos UFR s’interdisent depuis déjà longtemps la promotion locale d’un maître de conférences au poste de professeur. Mais la mauvaise monnaie chassant la bonne, les mauvaises pratiques s’installent vite. Plus que jamais, c’est à nous, grandes universités parisiennes, de donner l’exemple et de recruter aussi à l’extérieur car c’est de la variété des profils et de la diversité des origines que s’enrichit un lieu centripète de savoirs et de transmission comme le nôtre. Nous saurons donc résister à cette acculturation forcée, je n’en doute pas. Et nous saurons donner l’exemple pour nous substituer ainsi, par le modèle proposé, à l’anti-modèle consacré hier par le législateur.

D’autant que, et c’est la seconde atteinte fondamentale inacceptable, cette affaire recèle un contournement démocratique préoccupant. Voilà en effet une loi qu’on discute depuis le 1er février 2019, qui a mis en débat un certain nombre de sujets qui méritaient de l’être, et qui, soudainement, après la navette parlementaire, en dernière lecture au Sénat, en pleine nuit du 28 octobre, devant un auditoire clairsemé, et juste après que le Président de la République a assommé le pays en annonçant le reconfinement, vote l’amendement n° 2382 venu de nulle part, qui assassine le CNU. Cette démocratie du coup de force ou du coup en douce ne peut être validée.

On se souvient bien sûr que le candidat Emmanuel Macron avait mis dans son programme présidentiel l’éventuelle suppression du CNU3 on n’en n’avait plus entendu parler jusqu’à cet amendement sénatorial scélérat. Mais on se souvient tout aussi bien que la présidente d’Université Frédérique Vidal, notre actuelle Ministre, avait signé une pétition s’opposant à une telle suppression. Et puis, en près de deux ans de discussions, si le projet avait été maintenu, il était certain qu’on en aurait parlé.

Et ce n’est pas le cache-sexe adopté in extremis hier en Commission Mixte Paritaire qui oblige à une soudaine « concertation avec l’ensemble des parties prenantes » avant de prendre le décret d’application, qui change quelque chose. Cette concertation qui aurait dû intervenir avant la loi, et non pas après, ne trompera personne.

On n’abat pas ainsi un organisme qui existe depuis une ordonnance du 2 novembre 1945, c’est-à-dire de celles qui relèvent des grands acquis de la Libération, à moins que le projet politique soit de défaire progressivement ces acquis pourtant inaliénables.

L’émotion suscitée dans la communauté est à la hauteur du bouleversement et de l’affront.

Parlons-en.

Thomas Clay
Professeur des universités
École de droit de la Sorbonne

 

  1. RDLR: Thomas Clay fait sans doute référence ici à la tribune des Précaires IDF L’université Potemkine. []
  2. NDLR: lire « 234 ». []
  3. NDLR: La rédaction cherche la référence. L’officieuse Macronleaks est là, qui sauf erreur ne s’attaque par à la qualification : L’avenir de l’enseignement supérieur et la recherche selon les Macronleaks, 25 janvier 2020. []

1 réflexion sur « Une émotion à la hauteur du bouleversement et de l’affront : l’administrateur provisoire de Paris-1 prend le maquis »

  1. Ping : Elections des Conseils centraux : Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2020 – Docs en stock : dans les coulisses de la démocratie universitaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.