Je milite. Je me qualifie

Malgré les nombreuses alertes d’universitaires, de chercheuses et de chercheurs, de collectifs, de syndicats ou encore de la Commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) et de sections CNU (ici et ici), la commission mixte paritaire a entériné la suppression de la qualification —pour un certain nombre de cas— en validant son inscription dans la loi de programmation de la recherche (LPR).

Bien entendu, il y a toujours eu — et il y a encore — des débats sur les avantages et les inconvénients de la procédure de qualification. Mais selon moi, ce n’est pas le principal sujet ici. Le problème majeur vient bien plus de la façon par laquelle la loi a été amendée et votée, c’est-à-dire en catimini et sans consultation.

En tant que très jeune docteur, je n’ai aucune expérience de la procédure de qualification.Jusqu’à très récemment, je ne la connaissais que via les « on dit » et autres retours d’expériences d’enseignant·e·s-chercheur·e·s. Je voyais ainsi la qualification comme une lourdeur administrative supplémentaire. Ne devrais-je pas me réjouir de cette suppression/dérogation de la qualification ? Ne va-t-elle pas me faciliter la vie et me permettre d’obtenir un poste d’enseignant-chercheur permanent plus rapidement ?

La réponse est clairement non. C’est pourquoi je crois que poursuivre la qualification en cette période est aussi un acte militant.

Premièrement et de manière factuelle, la loi ne supprime pas la qualification pour les concours de maîtres·ses de conférences (MCF) mais permet seulement des dérogations (expérimentales) au bon vouloir des établissements et de leurs instances. Il y a donc rupture de l’égalité des chances entre les candidats, ainsi qu’un risque accru de mandarinat ou de localisme, ce qui ne me satisfait pas.

Deuxièmement, plus que vouloir régler un supposé problème d’attractivité de la France à l’internationale, ces dérogations à la qualification ont pour finalité d’affaiblir le CNU, qui est pourtant l’organe élu représentatif des universitaires à l’échelle nationale, tout en accroissant le pouvoir des présidences d’universités. Cela ne peut pas non plus me satisfaire.

Troisièmement, j’aime à croire que la qualification possède des vertus et permet de donner au recrutement des MCF un certain caractère national auquel je suis attaché. L’abandonner purement et simplement à la suite d’une unique nuit au Sénat ne peut pas me satisfaire.

Ce qui me fait venir à mon quatrième et dernier point. Je ne peux pas accepter que le fonctionnement de l’enseignement supérieur et de la recherche puisse être modifié, altéré, amendé sans aucune concertation avec la communauté, sans aucune communication en amont par le ministère. Je ne peux tout simplement pas accepter l’absence de débats avec les principaux acteurs et actrices de l’ESR. Je ne peux tout simplement pas accepter qu’on légifère sur notre avenir sans même nous en avertir. Je ne peux tout simplement pas accepter qu’on nous ait ni entendus, ni écoutés, ni compris entre le passage au Sénat et à la CMP, que ce soit sur ce point précis mais aussi sur bien d’autres.

Or, une loi n’a un impact que si elle est appliquée. D’autant plus quand les dispositifs qu’elle apporte sont entre les mains de la communauté qu’elle vise. Si comme moi, vous êtes contre l’idée de supprimer unilatéralement la qualification, le meilleur moyen de la combattre est de poursuivre coûte que coûte la procédure.

Ne pas se lancer dans la procédure de qualification, ce serait démontrer que la ministre et la CPU avaient raison de la supprimer. Et plus encore, ce serait donner raison à une loi qui contient de nombreux autres dispositifs encore plus problématiques.

C’est pourquoi je vais poursuivre la procédure de qualification coûte que coûte. Non seulement parce que la carrière d’enseignant-chercheur m’attire mais aussi par militantisme contre la LPR et l’ensemble de son historique.

Je me qualifie. Je milite.

Pursue by Karen Axelrad, 2017, CC BY-NC-SA


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.