L’universitaire et la sénatrice. Newsletter du 26 octobre au 8 novembre 2020

Madame la sénatrice,
chère Laure Darcos,

Vous ne me connaissez pas, moi à peine plus : d’ici quelques heures nos chemins se sépareront, à l’issue de la Commission mixte paritaire dans laquelle vous tiendrez la place éminente qui a été la vôtre au début du processus législatif — la Loi de programmation pour la recherche 2021-2030 et autres dispositions délétères — qui m’occupe depuis près d’un an, comme universitaire et comme fondatrice d’un blog, Academia.hypotheses.org qui en a documenté jusqu’en ses derniers rebondissements.

Nous sommes début novembre : il y a un an quasiment jour pour jour, Anas, étudiant en science politique de l’Université de Lyon-2 tentait de mettre fin à ses jours par le feu. Désespéré par les conditions de précarité dans lesquelles il vivait, ce jeune homme s’était engagé très tôt contre la précarisation générale qu’il voyait à l’université, et dont la fusion des universités et établissements stéphanoise et lyonnaises dans un Idex représentait un dernier avatar des évolutions délétères en cours. Par son geste — et sans en mesurer les conséquences — il a initié une série de mouvements, à commencer par la grève étudiante, puis celle des enseignant∙es et chercheur∙ses non titulaires dits « précaires », avant d’enclencher celle de toute l’Université au printemps contre la Loi que vous finaliserez peut-être peut-être cet après-midi.

Depuis le début de l’année, Academia publie quotidiennement des billets sur ce formidable mouvement. Au sein de la rédaction, je me suis donné le rôle de rédiger un éditorial hebdomadaire, dit « Newsletter », exercice consistant à établir la table des matières des billets publiés dans la semaine et depuis six mois, à en faire une chronique, la contrainte tenant à mettre en lien dans le texte la totalité des billets de la semaine. La Newsletter de cette semaine prendra un peu de liberté avec cette règle : le choc de la « nuit noire au Sénat » m’a empêchée de tenir la chronique de la semaine dernière — je me retrouve donc avec deux semaines de matière éditoriale, qui n’a cessé de croître à mesure que la fébrilité gagnait. Elle prend aussi une liberté formelle : je vous fais une lettre, à laquelle je pense depuis longtemps, et que vous lirez peut-être.

J’ai opté pour ce format, avant de me souvenir de l’analogie entre nos métiers et nos vocations respectives, esquissée par Max Weber dans Le savant et le politique. En raison du confinement, je n’ai eu accès qu’au pan récemment retraduit par Isabelle Kalinowski sous le titre La science, profession et vocation, (Marseille, Agone. 2005) — initialement prononcé comme une conférence à l’invitation de l’association libre des étudiants, en 1917, avant de donner son pendant « Le métier et la profession de politique » en 1919. Weber, à la culture immense — allant de l’économie et de l’histoire au droit, discipline dans laquelle il était habilité — était au sommet d’une carrière partagée entre enseignement, recherche, et recherche appliquée au service du gouvernement de l’Empire allemand. Pourtant, à quelques années de sa mort en 1920, il avait choisi de donner sa faveur à la démocratie. Dans La science, comme métier et profession, Weber dresse un portrait assez misérable de l’université allemande, notamment des contraintes qui pèsent sur le début de carrière académique, contraintes ou plutôt exploitation des Privatdozent. Lorsque j’avais lu ce texte avec mes étudiant∙es, j’avais été frappée par l’actualité de cette conférence à un siècle d’écart. Peut-être est-ce pour cela que j’ai voulu y revenir aujourd’hui en vous invitant, Madame la sénatrice, à me lire.

L’idée de m’adresser à vous m’est venue en écoutant les derniers moments de l’examen de la loi au Palais du Luxembourg. Vous vous étiez émue alors — je ne me souviens plus de vos mots exacts, et le temps manque pour les retrouver : c’était l’émotion d’une femme se défendant de soupçons de malhonnêteté au vu de l’énorme réaction suscitée par votre amendement 234 proposant d’encadrer les libertés académiques par les « valeurs de la République », indice a minima de votre engagement et du sentiment d’incompréhension, voire de trahison.

À l’occasion de la chronique de cette semaine, où nos vies se sont entremêlées, je tenterais une description de ce qui fait mon métier et ma vocation aujourd’hui. Peut-être y verrez-vous comme moi des proximités avec celui de sénatrice.

Intégrité

Commençons par les présentations.

Vous êtes élue sénatrice, sous la bannière Les Républicains (LR), en 2017 : auparavant, après des études d’histoire et d’histoire de l’art, vous avez navigué entre le monde politique, comme assistante de François Bayrou puis de Xavier Darcos, et celui de l’édition. Pour ma part, je suis maîtresse de conférences en sciences sociales depuis 2013, après des études, l’agrégation et un doctorat en histoire, et un parcours professionnel entre Paris, Tours, Angers, et Londres, entre l’université et un musée de sciences. En raison de mon objet d’études — L’économie politique de la médecine et de la chirurgie à l’époque moderne — et aussi par affinité professionnelle, je me suis spécialisée en « épistémologie, histoire des sciences, de la médecine et des techniques », pour reprendre le titre de la section du Conseil national des universités à laquelle j’ai choisi d’appartenir lorsque je suis devenue titulaire — section du CNU où je suis membre nommée depuis tout juste un an.

Autumn Colour, October 2015Thornes Park and Nostell Priory (National Trust), Wakefield, by Clive, October 2015

Pourquoi, me demanderez-vous, préciser cela ? Mes études d’histoire et d’épistémologie m’ont appris une chose : même les universitaires, sous couleur de vérité, ont un point de vue situé sur ce qu’iels étudient. Plutôt que de vérité, je préfère ainsi parler d’intégrité : sachant d’où je parle — de l’état de mes connaissances ou des données que j’ai rassemblées, mais aussi de ma situation professionnelle et sociale — que puis-je dire honnêtement sur ce que j’ai prétention à dire ? Cette acuité à préciser d’où on parle n’est pas un donné : c’est un acquis quelquefois chèrement payé.

Savoir d’où je parlais a longtemps signifié, pour moi, absence totale de légitimité. Issue d’une famille de classe moyenne, petite-fille de paysans et d’ouvriers, sans guère de bibliothèque à la maison et encore moins de référent∙e diplômé∙e des universités, accéder à l’École normale supérieure a toujours représenté un accident de parcours. Acquérir mon métier a signifié aussi parcourir un écart immense avec mes habitudes familiales, celles qui sont le propre de familles nombreuses, modestes, promptes aux disputes mais soucieuses de célébrer les événements familiaux. Faire de cet écart une richesse, et non une rupture, n’est pas chose facile : j’ai été nombre de fois mise sur la sellette et dû justifier qu’avec mon nombre d’années d’études si brillamment commencées, j’ai eu tant de mal à être titularisée sur un poste d’enseignante-chercheuse. Il n’est pas pour me rassurer de savoir que cela est devenu encore plus difficile pour les doctorant∙es qui se destinent au métier d’universitaire. À la différence de collègues plus expérimentés, je ne sens pas le fossé qui existe désormais entre celles et ceux promus universitaires assez rapidement, sans avoir à travailler au McDonald ou négocier d’arrache-pied un détachement du secondaire. J’ai toutefois une expérience très personnelle de l’humiliation structurelle comme rite de passage et ne peux vous cacher que s’être entendu dire que ma candidature n’avait pas été retenue parce que j’étais « trop qualifiée » pour le poste ou inversement trop « arrogante » — quand il s’agit objectivement de concurrence exacerbée faute de poste, de sélection fondée sur l’interconnaissance ou de sexisme — a contribué à la création d’Academia, avec quelques amies, dans le but d’objectiver comment se faisait l’entrée dans les carrières universitaires de philosophe ou d’historien∙ne des sciences.

Je serais incomplète si je ne mentionnais pas aussi un autre endroit de ma prise de parole : celui de mère d’un enfant racisé. Par « racisé », j’entends perçu comme participant à une catégorie sociale non-Blanche. Sans trop entrer dans les détails d’une histoire personnelle qui intéresse secondairement les lecteurs et lectrices de cette Newsletter, disons que j’ai connu les chasses aux sans-papiers organisées sous Nicolas Sarkozy, que notre vie familiale, à moi et à mon enfant, en ont pâti ; que j’ai découvert, à mesure où cette petite personne que j’accompagne, le racisme dont il ou elle faisait les frais, ses mots — « Tu es noir∙e comme le caca » —, ses projections — « Tu ne joues pas au foot comme un∙e Noir∙e », « Ne t’inquiète pas si tu ne fais pas d’études, la cuisine, c’est un beau métier » —, ses atteintes à l’égalité — « Tu sais, Maman, toi, tu es Blanche, tu ne te feras jamais contrôlée dans le bus », la peur du fichage anti-terroriste le jour, lendemain d’un attentat terroriste au couteau capté sur les ondes, cette petite personne décide de dire devant un personnel de la cantine d’école « Yallah hakbard » (sic), pour savoir si « Dire Dieu est grand est vraiment grave » —, ses effets sur la santé mentale. Vivre cela, à défaut d’expérimenter le racisme comme racisé∙e, m’a ouvert des perspectives insoupçonnées sur mes concitoyen∙es, à l’instar de ce qu’ont relaté d’autres avant moi1. Cela — et une expérience minoritaire assez similaire de la vie de « mère célibataire » —représente une autre richesse que je suis fière d’avoir acquise, à défaut d’en tirer tout autre forme de satisfaction pour moi ou mon enfant. L’« expérience minoritaire », comme j’ai pu l’apprendre aux côtés d’anciens membres de la revue Tracés. Revue de sciences humaines, est une voie unique de connaissance de la domination, dont le principal ressort, avec la violence, est le déni de la violence infligée.

C’est avec ce bagage, comme vous avec le vôtre, que j’aborde mon métier, mon enseignement, mes recherches et désormais mon engagement pour l’université. Et contre la LPR que vous finalisez aujourd’hui, en bonne compagnie.

https://www.flickr.com/photos/fynella/26838982757/in/photolist-GTENw2-BVRzPq-8EcGBc-S6GA-T6Lwjw-RS2nhf-RkAYZK-22sUDxU-2gzY9-GwZDxD-2eHkBhA-r8ZXCm-TWnRzE-Feu5Te-SyF9rc-SAtRxm-GoPrmQ-26j8rmQ-SS9Ni8-2741g6g-GcLmvj-SX3QxD-24LnxjT-s3zbCE-8EfMSG-YJc4aQ-UmkC9u-qCNx6k-bsUX5Y-6kJ7A6-4KprdV-9B3nn9-4M8XMG-F3B8pM-GjMhTN-S9wGJK-G12hwf-UNUfHY-2fLpvSS-MV53U1-6k8M3t-29CnxRk-eiZFYN-eiZFY5-FKTXZX-2fbVYh9-eiTXyp-6jAG6T-26VxJsd-REGx26

Blossom trees, April 22, 2018 (Fynella (c) Fynella

Collégialité

Vous allez décider, dans le conclave de la commission mixte paritaire (CMP), de l’avenir de l’université, dans des termes dont nous nous étions méfié∙es dès l’automne dernier, mais dont les derniers développements ont suscité l’effroi et une mobilisation encore accrue.

Résumons. Au terme d’un examen du projet de loi, puis du projet de loi consolidé en première lecture à l’Assemblée nationale, vous avez rédigé, au nom de la commission de la Culture, un rapport dont le sérieux et l’intégrité contrastait singulièrement avec la mascarade qui avait précédé. Avec l’avis de la commission des Finances, ce rapport pointe la (quasi) insincérité du budget de loi et insiste pour la révision de sa trajectoire et des moyens qui sont alloués à l’université et la recherche. Après l’adoption de votre rapport et des amendements par la commission de la Culture, de nouveaux amendements ont été déposés par l’ensemble des groupes pour discussion en hémicycle, sur lesquels vous avez donné un avis lors de la dernière réunion de la commission le mercredi 28 au matin. Au même moment, le sénateur Hingray déposait un nouvel amendement 150, avec l’aval de la Ministre, visant à supprimer la qualification au poste de maître ou maîtresse de conférences et de professeur∙es des universités. Au cours d’un première séance en hémicycle — « nuit noire sur le Sénat » — difficile à soutenir, les sénateurs et sénatrices discutent et votent de nombreux amendements, dont les amendements 147 (délit d’entrave), 150 (suppression de la qualification) et 234 (libertés académiques soumises aux valeurs de la République).

Les premières réactions dès le lendemain vous ont surprise — et nous aussi  — en particulier celle de la Commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU), s’élevant vivement contre la suppression de la qualification, qui lance aussitôt une pétition recueillant aujourd’hui plus de 10 000 soutiens. Rapidement, ce sont les trois amendements 147, 150 et 234 qui font l’objet des foudres de 33 sociétés savantes, différentes sections du CNU, des organisations syndicales individuellement ou réunies en intersyndicale, tandis que l’association Qualité de la science française, champion historique des libertés académiques, s’inquiétait du seul amendement 234, laissant deux de ses membres régler ailleurs, dans une tribune au Point, le sort de l’amendement 150. Academia a continué à contribuer au débat, en mettant en lumière toute la dangerosité de l’amendement 147, mais aussi les nombreuses dispositions néfastes adoptées par le seul Sénat que vous alliez devoir aplanir en CMP. Au terme de cette séquence, dire que nous étions attérés est presque faible : nous n’attendions pas grand-chose du Sénat, mais certainement pas à ce qu’il aggrave un texte déjà inepte et dangereux.

Pourquoi en étions-nous arrivés là ? La rédaction d’Academia avait remarqué depuis de nombreuses semaines le déni de démocratie qui caractérisait le processus législatif de la LPR, à toutes ses étapes. Nous avions même lancé, avant même l’examen en hémicycle, un Appel solennel à la protection des libertés académiques et du droit d’étudier — soutenu désormais par 6 laboratoires, réseaux et fédérations de recherche, 16 sociétés savantes, 11 fédérations ou organisations syndicales, 6 collectifs académiques et 93 revues savantes, et plus de 2300 collègues en France et hors de France. L’examen des ressorts de l’adoption de la loi nous ont permis de mettre en lumière le rôle de certains de vos collègues, à la ligne droitière, voire réactionnaire et raciste : celui du LR Stéphane Piednoir, récemment mis en examen, du centriste Jean Hingray, ancien secrétaire du syndicat étudiant UNI dans la mouvance d’extrême-doite et du centriste Laurent Lafon agissant moins en raison d’une connaissance approfondie comme celle que vous aviez acquise au cours des trois derniers mois, que par des motivations politiques particulières et le souci de se faire une place, à l’occasion de l’adoption de ce texte, à la tête de la commission de la Culture.

Dans le prolongement de ces rouages internes à la commission et au Sénat, nous avons également mis en lumière le rôle déloyal de trois acteurs majeurs de la LPR : celui de la Conférence des président∙es d’université, soufflant le chaud et le froid — défendant d’une main les libertés académiques, et de l’autre, restant silencieux sur l’attaque du principal garant de ces libertés : le Conseil national des universités. Celui de Thierry Coulhon, dont on a appris la nomination au Haut conseil à l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, immédiatement après le vote au Sénat, le dimanche 1e novembre. Celui de la Ministre, ce « soldat du déni » — dont j’avais démontré dans mon éditorial précédent « Game over » toute la traîtrise — qui a souhaité jouer une dernière fois avec la communauté universitaire un sale coup, sans mesurer que c’était le geste de trop et tentant de vous entraîner dans sa chute, en vidant le CNU de tout son sens institutionnel, après avoir passé de longs mois à entraver son action. Pourquoi Vidal a-t-elle fait cette ultime manœuvre, qui va lui coûter son Ministère sans doute possible ? Difficile de savoir : haines recuites du temps de sa présidence, mépris à l’endroit d’une institution jugée poussiéreuse, volonté d’achever le grand-œuvre initié par Valérie Pécresse ? Il n’en reste pas moins que c’était un coup de force insupportable pour la communauté universitaire, la goutte d’eau qui venait faire déborder un vase qui avait déjà bien répandu son contenu.

Tirant courageusement les conclusions qui s’imposaient désormais, Sylvie Bauer, présidente élue de la CP-CNU, a convaincu son bureau puis l’ensemble de la CP-CNU qui l’a suivie à 94% d’avis favorables de demander sa démission, ce qui en langage feutré de nos instances a trouvé la puissante formulation à l’adresse du Président de la République :

À l’heure où, face à la crise sanitaire, chacun mesure l’importance de s’appuyer sur une recherche de qualité, permettant aux pouvoirs publics comme aux citoyens de prendre des décisions éclairées, Mme. la ministre de l’ESRI a donc provoqué une crise de confiance et un désordre sans précédent dans le monde de la recherche en voulant mener, coûte que coûte, une réforme décriée de toute part. C’est sa responsabilité, mais elle a ainsi porté atteinte au crédit de l’ensemble du gouvernement.

Mme. Frédérique Vidal ne dispose plus de la légitimité nécessaire pour parler au nom de la communauté universitaire et pour agir en faveur de l’Université.

C’est pourquoi, monsieur le Président de la République, nous vous posons la question de la pertinence du maintien en fonction de Mme. la ministre dans la mesure où toute communication semble rompue entre elle et la communauté des enseignants-chercheurs.

L’unanimité qui s’est ainsi révélée n’est pas feinte : vos collègues du Sénat et le gouvernement auraient tort de méconnaître l’unité de la communauté universitaire qui est ainsi apparue au grand jour, au terme de longs mois de reprise en main de son destin. Le passage du projet de loi entre les deux Chambres ont faire comprendre à celles et ceux qui en doutaient encore, par suffisance ou déni, que le gouvernement était bien en train d’attaquer l’essence même de notre activité académique et ses valeurs pratiques — le débat, la collégialité, la créativité, la transmission — qu’on réunit sous le concept de « libertés académiques ». Les collectifs mobilisés, à partir de la grève étudiante, puis celle des retraites, en passant par l’opération RogueESR contre la candidature de Thierry Coulhon, ont réinventé la démocratie universitaire qui s’était étiolée à coups de fusion d’établissements et de précarisation de l’emploi, et réinstauré les instances représentatives au cœur de la gouvernance universitaire. C’est la force de Sylvie Bauer d’avoir réinstaurer la CP-CNU comme principal organe de la communauté universitaire par un geste dont l’évidence est désormais manifeste : demander la démission de Frédérique Vidal, ce qui signifie en pratique l’abandon de la Loi de programmation de la recherche 2021-2030, etc.

Die Schlangenbuche (Le hêtre serpent). Automne dans la forêt primaire de Sababurg,
Thomas Haeusler, 2015

Critique

Pourtant la communauté universitaire était traversée de forces centrifuges : les dernières semaines les ont mise dans une lumière crue, Academia — et ma sensibilité aux comportements racistes que j’évoquais plus haut y a peut-être été pour quelque chose, paniquée que j’étais par le backlash que je voyais se profiler et qui se confirme désormais avec l’arrestation et le placement en garde à vue d’enfants de 8 ans pour « apologie du terrorisme, complicité et menaces de mort » ! — s’est trouvée aux premières loges de cette ligne narrative secondaire qui a commencé avec la récupération nauséabonde de l’assassinat de Samuel Paty par l’encore pour quelques jours ministre de l’Éducation nationale, a en effet publié en avant-première une tribune désormais appelée « Manifeste de la honte » : nous étions convaincu que la publier empêcherait tout quotidien national de la faire paraître dans ses pages. Émanant d’une centaine de collègues plutôt âgé∙es, et certainement réactionnaires, le soi-disant « Appel des 100 » paraît néanmoins dans les colonnes du Monde, qui choisit ainsi de jouer un rôle dangereux : celui d’un organe du racisme débridé de quelques-uns, appelant du fond nauséabond de leur « expérience » de professeurs d’universités ou de directeurs d’études ou de recherche à une police politique des débats académiques. Les réactions, clivées, ne sont pas fait attendre, encore dans Le Monde, qui a accepté la publication de deux contre-tribunes — une réponse de personnalités universitaires de grande légitimité sur le caractère inepte et dangereux du texte ; l’autre, de Jean-François Bayart, sur l’islamophobie indéniable des institutions françaises — mais aussi celle de plus de cent cinquante revues, cœur battant de la recherche en sciences humaines et sociales, qui, dans leur « Les sciences sociales contre la République ? », interpellent le soi-disant ministre de l’Éducation ; et celle des milliers de jeunes et moins jeunes collègues, profondément heurté∙es par ce qu’ils et elles ont jugé être une attaque contre la vocation même de l’universitaire : selon plus de deux mille d’entre eux, « les libertés sont précisément foulées aux pieds lorsqu’on en appelle à la dénonciation d’études et de pensée » ; pour d’autres, c’est un scandale de voir l’usage de la censure pour garantir la liberté d’expression, il faut s’élever prioritairement contre la précarité, pour les libertés académiques. Ces voix ont été rejointes par celle d’universitaires du monde entier, voyant avec l’effroi l’autoritarisme menacer en France même, après la Turquie, les États-Unis, le Brésil et la Hongrie et désormais aussi, l’Afghanistan, avec la deuxième attaque contre les étudiant∙es de l’Université de Kaboul, et la Pologne, menaçant, par une sorte d’amendement 234 à la Polonaise, de sanctions financières les universités ayant banalisé une journée pour que les étudiants et les étudiants puissent manifester pour la protection du droit à l’avortement.

Academia ne s’était pas leurrée : l’épisode polonais, qui a heureusement échoué, préfigurait tout l’esprit de la LPR, avec Thierry Coulhon à la tête du Hcéres. Ce dernier, déjà très affaibli par le vote négatif au Parlement le 21 octobre, et néanmoins nommé président « du collège du Hcéres » le 1er novembre 2020, en même temps que son « board », pour reprendre l’expression de Yann Bisiou pour décrire une composition de personnalités qui connaissent peut-être l’administration (de la recherche), mais ne connaissent rien ou si peu de l’enseignement supérieur placé également sous leur responsabilité « évalutatrice ». Thierry Coulhon a connu deux camouflets supplémentaires : une pleine page du Monde, mettant en lumière les conflits d’intérêt et partant la menace que sa personne et sa pratique du pouvoir constitue pour les libertés académiques et surtout un éditorial de Nature, depuis l’Olympe de la recherche universitaire, mettant en cause la politique engagée par le nouveau président du Hcéres, en réussissant l’exploit de ne jamais nommer ce conseiller de l’ombre.

N’étant pas en reste, Academia continue d’œuvrer pour la protection des libertés académiques, en invitant les collectifs, organisations syndicales et les simples collègues de faire usage du droit pour se réapproprier l’université mise en coupe réglée par quelques-un∙es au mépris des traditions critiques et émancipatrices de l’université. La rédaction demande ainsi des comptes et des documents administratifs au sujet de la procédure de nomination de Thierry Coulhon et du rôle de la CPU dans l’adoption des amendements 147 sur le délit d’entrave au débat sur les campus et 150 sur la suppression du CNU. Ce n’est que le début.

https://www.flickr.com/photos/24931020@N02/15619407060/in/photolist-pNexxJ-9q1pTB-DgPHU-E3fo5i-ed7mHf-7HAyWZ-7WhTcB-nWPrqc-edaok2-6bqhus-bLXypF-JdmYMV-JL2qRE-ncTPjt-9u5Rph-cd6kE-GvdbQo-6bRRzH-6cb9pS-eudAtz-4FMG6y-Jrw1Pb-67YtNS-4CsPRQ-7TUb87-9wUzJ3-4J8fAs-9q1AqZ-7W9dRg-by3BGy-K5jQp-9zz9Hp-8EMz6q-4CsPSu-e7Cvn-Hhg7ey-4tQaPv-ntBiMu-7QwDN1-woUp3j-5gqeJQ-e6qaPw-6ezt9W-spTatY-retvm5-7UJ8ZS-ncsiKD-rxAP6C-7QaxNS-FETZLu

(c) Ozzy Delaney, 2014

Émancipation

Ne nous leurrons pas : l’émotion suscitée par le Manifeste de la honte a contribué à mettre au grand jour les forces délétères qui en pourrissaient les ressorts les plus intimes, à commencer par le sexisme intrinsèque aux universités que même Thierry Coulhon a dénoncée dans son audition parlementaire et que Academia dénonce régulièrement dans ses pages. Vous-même, vous avez souhaité promouvoir l’égalité hommes-femmes dans votre contribution — ce dont nous vous remercions. Peut-être n’avez-vous pas mesuré la profondeur des ressorts politiques de l’antiféminisme — depuis les interpellations publiques ou privées, l’emprise, le harcèlement sexuel et sexiste qui a conduit au suicide d’une doctorante à l’Université de Lorraine, l’invisibilisation des travaux académiques et militants des femmes, la sous-sélection des projets de recherche dans les agences de financements (ANR, ERC), voire la disparition pure et simple de leur maternité de découvertes, à l’instar de la trisomie 21 par Marthe Gautier, la défense quotidienne des bastions disciplinaires masculinistes – ou encore, vendredi passé, la cyberattaque nazie et antiféministe qui a conduit à interrompre un colloque consacré aux 50 ans de la naissance du Mouvement de libération des femmes. Le concept d’effet Matilda, proposé par Margaret Rossiter en 1993, n’a cessé d’être enrichi par la description méticuleuse des mécanismes de déni de la contribution des femmes à l’activité scientifique. Un autre déni existe que la séquence des deux dernières semaines a révélé en creux : le racisme, théorisé par le concept d’ « innocence blanche » (white innocence) proposé en 2016 par Gloria Wekker pour comprendre le déni de la violence coloniale. Sur ce déni-là, qui s’entremêle avec celui du genre et de la classe, la tribune publiée dans Open democracy nous invite à ouvrir enfin — et véritablement — le chantier de la « décolonisation de l’université », en retrouvant son rôle réellement émancipateur de toute forme de domination — capitaliste incluse. Comme sénatrice, je ne doute pas une seconde que vous connaissez intimement ce dont je parle pour l’université.

Le cadenassage de la critique académique est insidieuse : elle passe par une censure quotidienne des listes de diffusion institutionnelles et professionnelles, l’obstruction elle-aussi quotidienne du rôle des instances représentatives des universités, dont Julien Gossa avait dénoncée il y a déjà deux ans pour Strasbourg, où désormais plus personne ne veut se présenter contre le président Deneken qui se « réélit » dans un trou noir démocratique effrayant. La LPR contribue à cette vague autoritariste, en modifiant la gouvernance du Campus Condorcet au profit de personnalités nommées par le pouvoir. La loi d’état d’urgence sanitaire vient opportunément prolonger certains mandats. Vous-même, Madame Darcos, vous avez bien repéré le rôle inouï des ordonnances dans le projet de loi, coupant ainsi le lien organique entre l’enseignement supérieur et la recherche d’une part et le Parlement, d’autre part.

*
*   *

Cette « dérive » est en fait une impasse. Mettons-y un terme.

Et reprenons le problème à ses origines : la Loi de responsabilités des universités, voulue par un Sarkozy, dont le mépris des universitaires était chevillé au corps, désormais mise en examen pour « association de malfaiteurs ». Avec les seconds couteaux, Coulhon, Vidal, etc., il aura tenté un hold-up sur l’université, à coups de Crédit impôt recherche — budget équivalent à deux fois et demi celui du CNRS —, le Pacte de productivité, le Hcéres dans sa version LPR, et avec l’aide de la CPU et des présidences d’établissement.

Ouvrons ensemble, universitaires et parlementaires de la République, une nouvelle ère de l’université française, portée par les valeurs républicaines, mais sans que celles-ci puissent constituer un cadre ou une limite au nécessaire dissensus des opinions et à la créativité des savoirs.

À un moment où la République se trouve en danger de toute part, et au cœur même de l’État, à l’heure où la pandémie mondiale mais aussi le formidable mouvement des droits civiques qui renaît dans le monde, réinventons la démocratie universitaire. Donnez-lui les moyens de travailler avec sérénité, de former citoyennes et citoyens aux savoirs critiques et émancipateurs, et transmettre sans encombre ce formidable outil de liberté aux générations futures.

J’ai été longue, bien plus longue que ce que j’avais pensé en commençant cette lettre : je vous prie de m’en excuser.

Dans l’espérance qu’elle vous aura permis d’avancer encore sur le chemin de la découverte du monde universitaire, dans sa pluralité, ses contradictions, mais aussi ses valeurs — intégrité, collégialité, critique, émancipation — je vous prie d’agréer, Madame la sénatrice, mes salutations républicaines,

Christelle Rabier

 

La fabrique de la loi

Fantasme de titulaire ou naufrage de la vieillesse ? Indigénisme et liberté d’expression, 26 octobre 2020 – update (1) 31 octobre 2020 (2) 7 novembre 2020

#50 – LPR : nouvelle modification du calendrier d’examen au Sénat, 27 octobre 2020

#51 Les enjeux du projet de loi de programmation de la recherche : réalité ou fiction ?, par Florent Figon, 28 octobre 2020

#52 Alerte ! Le sénateur Hingray et la ministre Vidal vont-ils saborder in extremis le CNU ?

#53 – Sénat : chroniques d’un désastre, 29 octobre 2020

#54 – Loi de programmation de la recherche : nuit noire sur le Sénat, 29 octobre 2020

#55 – À quoi joue la CPU ? Lettre ouverte sur son rôle dans la LPR, 30 octobre 2020

#56 – Le Sénat vote la Loi de programmation pour la recherche 2021-2030, 30 octobre 2020

#57 Vendredi 30 oct. 2020, 17h20 : Le Sénat adopte la loi de programmation de la recherche, 30 octobre 2020

Frédérique Vidal, par David Chionne, 30 octobre 2020

#58 Et le champion des libertés académiques se réveilla… Communiqué de QSF, 31 octobre 2020

Résumé de toute la politique de Frédérique Vidal, 31 octobre 2020

#59 Blitzkrieg. Le conseiller du président de la République nommé à la tête de l’instance d’évaluation de la recherche, 1er novembre 2020

#60Faire usage du droit : les suites de la nomination de Thierry Coulhon, 1er novembre 2020

#61 Travail d’archives (4). Le vote fier ou honteux ?, 1er novembre 2020 | update 2/11/20

#62 Pleine page dans Le Monde pour Thierry Coulhon et le Sénat, 2 novembre 2020

#63 La grande pénalisation de l’enseignement supérieur : le nouveau délit d’entrave aux débats, 4 novembre 2020

#64 LPR : les enjeux de la commission mixte paritaire, 5 octobre 2020

L’évaluateur évalué (7). Éditorial de Nature du 5 novembre 2020 : un camouflet pour Vidal et le gouvernement, 5 novembre 2020

#65 – Comment le CNU fut écarté… Un roman national, 6 novembre 2020 | update 7/11/20

Cyberattaque nazie et antiféministe, 7 novembre 2020

#66 – LPR. Campus Condorcet : précarité, autorité, par Jean-Louis Fournel, Sauvons l’université, 8 novembre 2020

#67 Se réapproprier l’ESR et demander des comptes : une procédure engagée contre la CPU, 8 novembre 2020

Nous sommes l’ESR

Enseignement supérieur et recherche : Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier, 28 octobre 2020

Les mots de Blanquer et les yeux des manifestants : assaut étatique contre la liberté d’expression, 20 octobre 2020

Devant le Sénat, 28 octobre, contre la LPR 2021-2030, 28 octobre 2020

Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier. Communiqué de presse, 29 octobre 2020

France. Solemn appeal for the protecting of academic freedom and the right to study, 29 octobre 2020

So long, Idex !, 29 octobre 2020

366 femmes de sciences !, par @366portraits, 1er novembre 2020

Stop aux fantasmes sur le CNU, par Sandrine Lévêque, présidente de la section 04 du CNU, Alice Mazaud, vice-présidente de la section 04 du CNU,Jérémie Nollet, assesseur de la section 04 du CNU, Frédéric Ramel, vice-président de la section 04, Anne Cécile Douillet, ancienne président de la section 04, Olivier Nay, ancien président de la section 04, 2 novembre 2020

Des pontes et des goules de la République : Xanax explique deux-trois choses aux macrono-droitards, 3 novembre 2020

Les sciences sociales contre la République ?, par Revues en lutte, 3 novembre 2020

Contre la précarité, pour les libertés académiques. Tribune de jeunes chercheur·ses, 4 novembre 2020

Manifeste des 100 : retrait de la signature de Patrick Charandeau, 8 novembre 2020

La précarité des étudiants étrangers hante la Cité universitaire de Paris, 8 novembre 2020

« Continuez à travailler. Pour moi, pour nous » : Pois chiche s’adresse aux chercheuses et aux chercheurs en SHS, 8 novembre 2020

Vie des Universités, des EPST et des sociétés savantes

Suite aux propos diffamatoires de Jean-Michel Blanquer, communiqué du bureau de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur (SAES), 27 octobre 2020

33 sociétés savantes contre les amendements 147, 150 et 234 du Sénat, 31 octobre 2020

Le crédit du Hcéres en question. Communiqué des cinq associations professionnelles en STAPS, 3 novembre 2020

Court-circuitage du CNU : motion des juristes et des politistes, 5 novembre 2020

[LOBBY] LPR. Compte à rebours vers la promulgation, par le CNCR, 6 novembre 2020

Contre la suppression du CNU : position du Président de la section 01 (Droit privé et sciences criminales) du CNU, 8 novembre 2020

Jean-Luc Autran et des milliers d’universitaires, de chercheuses et de chercheurs demandent l’abandon de la LPR, 8 novembre 2020

Expression syndicale

La CGT FERC Sup dénonce avec la plus vive fermeté les déclarations publiques de M. Blanquer, 27 octobre 2020

Jean-Michel Blanquer, le point d’indice et FO ESR. Déclaration préliminaire de FO au CT MESR du 26 octobre 2020, 30 octobre 2020

La lutte paie. Communiqué de la CGT FercSup ENS de Lyon, 30 octobre 2020

Libertés universitaires : le SneSup dénonce un amendement dangereux, malvenu et non-conforme, 1er novembre 2020

Le Sénat a voté des amendements qui aggravent encore le projet LPR : l’intersyndicale exige son abandon !, 6 novembre 2020 – tous syndicats, sauf SGEN-CFDT, SNPTRES, UNSA

LPR : de pire en pire. Communiqué de la CGT Fercsup, 7 novembre 2020

From Rue Descartes

Rubrique supprimée, suite à la déloyauté traite de la Ministre.

From Conseil national des universités et autres instances représentatives

Le CNU et la CP-CNU condamnent les propos de M. Blanquer, 28 octobre 2020

Contre la suppression de la qualification par le CNU, 29 octobre 2020

COVID19 : le CHSCT MESR alerte, 3 novembre 2020

La CP-CNU demande la démission de Frédérique Vidal, 6 novembre 2020

Que la Ministre fasse acte de présence, ne serait-ce qu’une fois. Avis du CHSCT MESR, 6 novembre 2020, 7 novembre 2020

Revue de presse

Pierre Ouzoulias : la LPPR ne correspond pas à notre idéal républicain !, 26 octobre 2020

Déclassement CNRS, suite et…, par Martin Clavey, The Sound of Science, 27 octobre 2020

[LPPR] Le sénat restreint les libertés académiques et pénalise l’opposition à un débat dans les universités, par Martin Clavey, The Sound of Science, 30 octobre 2020

Libertés académiques au Sénat. Revue de presse, 30 octobre 2020

LPR, universités et démocratie. Un entretien avec la revue Regards, 31 octobre 2020

Libertés académiques : revue de presse internationale, 3 novembre 2020

Université : Censurer au nom de la liberté d’expression, Racismes.hypotheses.org, 5 novembre 2020

Il faut défendre le Conseil national des universités. Deux points de vue, sur Libération et Le Point, 6 novembre 2020

Vidal, soldat du déni, par Anthony Cortes, Marianne, 7 novembre 2020

Lettre ouverte. «Frédérique Vidal ne dispose plus de la légitimité nécessaire pour agir en faveur de l’université», par La Conférence permanente du Conseil national des universités (CP-CNU), Libération, 8 novembre 2020 à 11:38

Étudiant immolé par le feu : « Je suis un symptôme de la précarité en France », sur France Bleu Saint-Etienne Loire, 8 novembre 2020

Chroniques de grève

Temps de pause, par Antoine Chambert-Loir, 30 octobre 2020

#Poésie du #dimanche pour continuer de vivre, par Amélie Hart-Hurtasse, 1er novembre 2020

Veillée pacifiste. A Child of our Time, by Michael Tippett, 3 novembre 2020

Attention ! Espèce en voie de disparition, 4 novembre 2020

7 novembre 2020. Victoire de Kamala Harris et de Joe Biden à la Maison Blanche (et Bernie Sanders au Sénat), 7 novembre 2020

« On vit mieux en luttant qu’en se résignant ». Éric Fassin sur Mediapart, 8 novembre 2020

Plutôt en rire

Mais qui souffle aux oreilles de MM. Macron et Blanquer ?, 27 octobre 2020

Principles, par Calvin & Hobbes, 31 octobre 2020

Hallozoom, 31 octobre 2020

Sous le vent de l’ESR, par CDDLine Dion, par ParoD-Day, 1er novembre 2020

François-Xavier fait un point Zoom, 3 novembre 2020

[Les aventures de Dr Animula en Dystopie #7] Épuisement. Feat. Alexandra Gros, 3 novembre 2020

[Les aventures de Dr Animula en Dystopie #8] La honte !, 5 novembre 2020

[Les aventures de Dr Animula en Dystopie #9] Il faut que ton projet soit orange ou vert. C’est urgent, Feat. Dr. Albertine Proust aka Colère Sereine, 5 novembre 2020

[Les aventures de Dr Animula en Dystopie #10] La vaste blague de l’open access, , 8 novembre 2020

Ailleurs dans le monde

Monde – Lettre ouverte : l’autoritarisme académique menace. Solidarité internationale avec les universitaires antiracistes en France, 7 novembre 2020

 

Iran #FreeKylie – Où est Kylie ? – 30 octobre 2020

PologneUn amendement 234 à la Polonaise : le droit des femmes et la suppression de budget, 1er novembre 2020

AfghanistanAttaque contre les étudiants de l’Université de Kaboul, 2 novembre 2020, 5 novembre 2020

  1. Je pense en particulier à Nicolas Jounin — Chantier interdit au public, 2009 — et Didier Fassin — La force de l’ordre, 2011. []

2 réflexions sur « L’universitaire et la sénatrice. Newsletter du 26 octobre au 8 novembre 2020 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.