La précarité des étudiants étrangers hante la Cité universitaire de Paris

Les témoignages et analyses ont été nombreux sur les étudiant·es universitaires plongé·es dans une grande précarité et pauvreté lors du premier confinement. Le Monde, dans un article paru le 15 avril 2020, avait ainsi titré « ‘Privés de jobs, cloîtrés, les étudiants les plus démunis sont tenaillés par la faim et l’angoisse’« .

Le même journal revient sur l’argument le 8 novembre lors du deuxième confinement, en se focalisant sur les étudiant·es étrangèr·es en France.

Quelques extraits de l’article signé Eric Nunès et Jessica Gourdon paru dans Le Monde:

« On n’a jamais vu ça » : à la Cité universitaire, des étudiants étrangers sur le fil de la précarité

Privés de job, de stage, sans aide familiale du fait de la crise sanitaire internationale, ils sont des centaines d’étudiants étrangers, très diplômés, à avoir recours à l’aide alimentaire pour se nourrir.

Depuis mars, 600 résidents [dans la seule Cité internationale de Paris] qui n’étaient pas connus des services sociaux de la cité ont entamé des démarches pour obtenir un soutien, quatre fois plus qu’en temps normal.

Après avoir payé leur loyer, les transports et leur forfait de communication, « de nombreux étudiants étrangers ont un euro ou moins de reste à vivre par jour », affirme Bérengère Pontet, présidente de l’Association générale des étudiants de Paris.

De nombreux pays ont bloqué les transferts d’argent, empêchant les étudiants de recevoir de l’aide de leur famille… Dont certaines sont aussi en difficulté.

Pour subvenir aux besoins les plus urgents, la Cité universitaire a mis en place un fonds d’aide exceptionnel. Ainsi, 189 résidents ont reçu en moyenne 120 euros, qui s’ajoutent, pour certains, à une aide financière du Crous et aux aides alimentaires, notamment de Restos du coeur.

Photo: Als33120 (wiki commons)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.