Il faut défendre le Conseil national des universités. Deux points de vue

En s’attaquant à cette instance nationale, la future loi de programmation de la recherche bafoue l’autonomie des universitaires et des chercheurs. Refusons cette reprise en main du monde académique par un pouvoir politique. Deux articles, dans Libération et sur Le Point.

  • par Franck Fischbach, Président de la section de Philosophie du Conseil national des universités (17e section), Libération, 6 novembre 2020

Tribune.Dans la nuit du 28 au 29 octobre 2020, lors de l’examen du projet de loi de programmation de la recherche, le Sénat a adopté un amendement supprimant la «qualification» par le Conseil national des universités (CNU) pour les candidats déjà Maîtres de conférences aux fonctions de Professeur des universités et ouvrant aux universités la possibilité de déroger à la qualification par le CNU pour les candidats aux fonctions de Maîtres de conférences et de Professeurs. Dans le même temps se font jour des velléités de restriction des libertés académiques dont l’effet est de diviser les universitaires au moment précis où ils ont besoin d’être plus unis que jamais pour faire face aux enjeux de la loi qui se prépare actuellement au Parlement.

Le CNU est une instance nationale constituée de sections, dont chacune correspond à une discipline académique. Sa mission principale (outre l’examen des demandes de promotion et de congé pour recherche) est d’examiner les dossiers des docteurs qui prétendent se porter ensuite candidats aux postes de Maîtres et Maîtresses de conférences, et de décider s’ils sont aptes ou non à exercer cette fonction (c’est-à-dire de les «qualifier» ou non). Il en va de même pour les candidats et candidates aux fonctions de Professeurs et Professeures des universités, sauf que ce sont alors des dossiers présentés par des chercheurs et chercheuses qui possèdent, en plus du Doctorat, le grade de l’Habilitation à diriger les recherches et qui sont le plus souvent déjà Maîtres et Maîtresses de conférences. C’est cette mission qui est ici remise en cause.

Die Schlangenbuche (Le hêtre serpent). Automne dans la forêt primaire de Sababurg,
Thomas Haeusler, 2015

Garantie d’égalité

En tant qu’instance nationale, le CNU garantit que les critères qui président à la qualification, à l’avancement et à l’attribution de primes et de congés pour recherches sont les mêmes pour toutes et tous, que le chercheur ou la chercheuse qualifiée soit ensuite candidate à Lille, Bordeaux ou Strasbourg, que la collègue qui demande un avancement soit Professeure à Toulouse, Rennes ou Nancy. C’est cette garantie d’égalité de traitement qui disparaîtrait si la procédure de qualification devait être supprimée ou rendue dérogatoire. À quoi s’ajoute que les critères d’évaluation sont ceux définis par les représentants de chaque discipline et que l’évaluation est menée par les pairs : le CNU garantit donc une évaluation collégiale par les pairs.

Le CNU et le Comité national de la recherche scientifique ont été créés à la Libération par deux ordonnances prises le même jour : dans un esprit marqué de l’empreinte du Conseil National de la Résistance, il s’agissait de garantir que le recrutement, la carrière et l’évaluation des enseignants du supérieur et des chercheurs soient indépendants de toute autorité administrative ou politique. La disparition du CNU rendra le pouvoir à cette autorité : tel est le but de l’opération. Il s’agit donc d’une attaque portée à la fois contre l’autonomie des universitaires et des chercheurs, contre la collégialité et contre la démocratie, puisque l’affaiblissement du CNU se fait au bénéfice du Haut Conseil d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (HCERES), instance entièrement nommée, à la tête de laquelle vient d’être placé un proche conseiller du Président de la République.

Reprise en main du monde académique

Qu’il y ait des aspects à améliorer dans le fonctionnement du CNU, nous ne le nions pas. Des solutions existent (le renouvellement de ses membres par moitié tous les deux ans, le remplacement de la procédure de nomination ministérielle du tiers des membres de chaque section par une procédure de tirage au sort, etc.), mais, au lieu de tester ces diverses solutions, on s’apprête au contraire à jeter le bébé avec l’eau du bain.

Au nom de quoi le fait-on ? On nous explique d’abord que le CNU est une exception française et qu’aucun autre pays ne dispose d’une institution de ce genre. Mais il est bien d’autres exceptions françaises au sein de l’enseignement supérieur que l’on se garde bien de mettre en question. On nous dit ensuite que le CNU, organisé en disciplines, est un obstacle à l’interdisciplinarité. Mais on ne fait de la bonne interdisciplinarité que si l’on est d’abord ancré dans une discipline dont on a la maîtrise et la connaissance ; les dossiers et les travaux interdisciplinaires, loin d’être ignorés du CNU, sont souvent qualifiés dans plusieurs sections. On nous assure encore que la disparition du CNU «assouplira» et «allégera» le fonctionnement des recrutements et des avancements : mais cela aura en réalité pour conséquence qu’un même dossier de candidature devra être examiné par une dizaine de comités locaux différents au lieu de l’être une seule fois par une unique instance nationale.

On reproche enfin au CNU de n’avoir pas empêché certains recrutements locaux et on ose prétendre que le transfert complet du recrutement au plan local des établissements permettra de mieux lutter contre le localisme ! Ces arguments inconsistants ne sont mis en avant que pour mieux cacher l’essentiel : la reprise en main du monde académique par un pouvoir administratif et politique qui veut se doter des moyens de lui imposer ses priorités et son agenda. Il est donc primordial, pour la défense de l’autonomie scientifique des universités et de l’égalité de traitement de ses membres, de refuser avec fermeté cette suppression des missions essentielles du CNU.


  • par Olivier Beaud et t Paolo Tortonese, Le Point.fr, 6 novembre 2020

TRIBUNE. Donner aux universités le pouvoir de recruter leurs enseignants sans l’aval du CNU est « une réforme désastreuse », estiment Olivier Beaud et Paolo Tortonese.

Depuis quelques jours, le monde universitaire se mobilise fortement contre un amendement voté en catimini au Sénat, qui conduit à la suppression de la qualification par le Conseil national des universités (CNU) des candidats aux emplois de maître de conférences ou de professeur dans les universités. Pour résumer le problème, il suffit de dire qu’aujourd’hui, pour pouvoir concourir à un poste, un candidat doit d’abord obtenir la « qualification » dans sa discipline, décernée par la section compétente du Conseil national des universités (composé de 77 sections disciplinaires), qui évalue la qualité de ses travaux scientifiques. Cette institution, composée d’universitaires élus par leurs pairs aux deux tiers et nommés au tiers restant par le ministère, détermine en partie l’avenir des candidats, puisqu’elle décide si ceux-ci ont le droit ou non de se présenter devant les universités où ils seront éventuellement recrutés. Le CNU est un « filtre », qui examine tous les ans des milliers de candidatures, notamment celles des nouveaux docteurs. Cela déplaît aux défenseurs d’une dérégulation du système, selon lesquels il faut imiter le système américain, et se débarrasser d’une contrainte centraliste typiquement française. A contrario, les défenseurs du CNU objectent qu’en France, la centralisation garantit la liberté contre les despotismes locaux.

https://www.flickr.com/photos/clicks2006/22039244796/in/photolist-zzwTDf-29K1rnm-284FMw9-BxTEPk-X7e2F7-ZZRriA-AguMJE-2fS9s6X-MdMKXq-M9Xc8s-26TBXsL-SjfQho-P6kRRW-2asAxFv-NApwyz-ZghmoG-2aWbtsv-2bR57eZ-2bL3sK5-qTqe2A-26k5xoY-TuUQCj-ZxEAv7-JNS7T4-23Xb6sg-24UrPcD-29VkNRx-o2ojuh-2a5UxUt-23sX6Yn-RpGUjV-CVhHbX-AB6oMo-MrD8MC-X1zRWw-236WByw-N75e4Y-YdK24m-YnUzkL-MYSwYe-PoF91G-ZByU7b-28Se9vy-FYc9sQ-zTUzxf-ZrP6S5-JPLTe6-21A925r-2aZ9phw-MwLVkCContre-pouvoir

En réalité, le système actuel réalise un équilibre en faisant jouer pouvoirs et contre-pouvoirs : l’instance nationale peut faire barrage à un candidat dont les travaux scientifiques ne sont pas jugés suffisants pour un emploi universitaire, alors que la décision finale sur le recrutement appartient à l’université mettant un poste au concours.

La liberté de recrutement des universités est donc encadrée et limitée par l’instance nationale. Pourquoi ne doit-on pas faire une confiance entière aux universités ? demandera-t-on. La réponse est simple : parce que souvent elles pratiquent le localisme, le clientélisme et ce qu’on appelle l’endogamie. Cela veut dire qu’au lieu d’être ouvertes à la concurrence loyale de nombreuses candidatures, elles privilégient le recrutement du candidat local qui a rendu divers services, au détriment de candidats plus brillants dont le seul tort est de venir de l’extérieur. Une association comme Qualité de la science française (QSF) réclame depuis longtemps l’interdiction de recruter un maître de conférences ou un professeur issu de la même université – interdiction qui existe dans plusieurs pays.

La nouvelle réglementation sera un instrument pour recruter les moins bons, les plus dociles, les plus soumis au mandarinat.

Malgré l’importance institutionnelle de ce verrou centraliste, le Sénat a voté, sans aucun débat, la suppression de cette qualification à la suite d’un amendement proposé par un néosénateur centriste (qui n’a pas achevé son doctorat en sciences de gestion à l’université de Lorraine, cela soit dit en passant…). Ainsi, les présidents d’université, réunis au sein de la Conférence des présidents d’université, ont enfin obtenu ce qu’ils demandent depuis longtemps, car ils veulent avoir les mains libres dans le « recrutement de leur personnel », comme ils aiment à dire. L’un de leurs éminents représentants, M. Chambaz (président de Sorbonne Université), a déclaré le 3 novembre sur France Culture qu’un universitaire devrait être recruté sur la base de ses « capacités de leadership », et non pas de ses connaissances en droit, en physique, en philosophie, en économie… Drôle de conception de notre métier : M. Chambaz semble avoir oublié qu’un professeur doit contribuer à la science par ses recherches et son enseignement.

Mandarinat

La ministre de l’Enseignement supérieur, Mme Frédérique Vidal, propose sa réforme comme une arme pour propulser l’excellence dans les universités : selon elle, on recrutera de meilleurs universitaires sans qualification nationale. Mais les bonnes intentions ne garantissent pas l’efficacité : la nouvelle réglementation sera un instrument dont on pourra très facilement se servir pour recruter les moins bons, les plus dociles, les plus soumis au mandarinat. Aucun obstacle ne se dressera plus sur le chemin de cet ensemble d’abus que nous nommons localisme. À moins que ce funeste amendement ne soit abrogé par le Parlement, ce qui est encore possible.

Les Français n’ont eu que de faibles échos de ce débat, et s’en soucient très peu en ce moment où ils ont bien d’autres préoccupations. Qu’arriverait-il, pourtant, si au lieu d’une discussion sur le recrutement des universitaires, nous en avions une sur le commerce pharmaceutique ? Si au lieu de supprimer le contrôle d’un organisme étatique chargé de veiller à la qualité des enseignements universitaires, on proposait de supprimer le contrôle équivalent qu’exerce l’État sur la vente de médicaments ? Ou encore, de supprimer la surveillance de l’État sur les contrôles de sécurité dans le trafic aérien ? Les Français en seraient certainement beaucoup plus émus. On dira : un mauvais cours a des conséquences moins fatales qu’un mauvais médicament ou qu’un avion déglingué. Certes, mais faut-il se contenter de cette banale vérité ? On ne meurt pas d’une séance de travaux dirigés ennuyeuse ou d’un cours magistral désuet, mais on en
reçoit une mauvaise formation qui sera, sinon fatale, du moins néfaste.

On dira qu’un universitaire n’est pas un « produit ». Il est bien plus que cela : il est le bien le plus précieux de l’université. Qui ne voit qu’affaiblir le niveau de recrutement des universitaires, c’est abaisser le niveau des universités françaises, qui sont déjà suffisamment fragiles ? Et affaiblir la formation des étudiants, c’est affaiblir la nation tout entière.

Liens Academia


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search